Vous êtes ici

Visite à GI-Nova, un FabLab pour l'enseignement, la recherche et l'innovation

En l'espace de quelques mois, Grenoble est devenue une place forte des FabLabs. Immersion dans un de ces espaces créatifs pour des passionnés de technologie à l'Institut National Polytechnique (INP).

Si les FabLabs ne sont pas une terra incognita pour les lecteurs réguliers d'EchoSciences Grenoble (1), cette fois-ci on s'intéresse à une autre utilisation de ce concept. Rappelons-le : le mot FabLab vient de Fabrication Laboratory. C'est un atelier ouvert à tous pour venir imaginer, partager et concrétiser des projets avec des passionnés de technologie. Les amoureux de ce concept ont par exemple la possibilité d'intégrer le FabLab de la Casemate pour s'y atteler aux projets qui leur tiennent à cœur. Ceci est donc un FabLab grand public.

Mais Grenoble a également des FabLabs utilisés dans le contexte académique. La plate-forme GI-Nova de Grenoble-INP en est un. Il répond à trois usages : recherche, formation, valorisation. Concrètement, c'est ici que les étudiants, en particulier ceux de l’école Grenoble-INP / Génie industriel, et les doctorants de  l'établissement vont réaliser les prototypes – réels ou virtuels – de produits, afin d'en vérifier les performances, voire d'engager un transfert industriel. Fidèle à l'esprit des FabLabs, il aide les étudiants à créer, à imaginer... et à s'emparer avec passion et compétence de leurs métiers futurs.

Attention, ça grouille au FabLab !

Lorsque je rentre dans cet espace de 600m² situé dans la cour intérieure des locaux de Grenoble-INP avenue Félix Viallet, la première chose qui me frappe est... le bruit assourdissant. Et pour cause ! A deux pas de la porte, plusieurs étudiants en tenue de protection, des lunettes vissées sur les yeux, sont en train de tailler des pièces métalliques.

Pierre-Marie Boitel, professeur de génie mécanique, responsable de la plateforme, Alain di Donato, son responsable technique et Marie-Brigitte de Mathan qui en gère la communication surgissent du néant. Heureusement ! Ils ne sont pas trop de trois pour me faire visiter ce labyrinthe, qui pour un œil naïf (tel celui de votre reporteur) prend des allures d'une vraie caverne d'Ali Baba.

Six espaces pour six approches complémentaires

GI-Nova se structure selon six espaces thématiques. Suivons nos guides...

Retrodesign

Vous avez un objet réel et vous aimeriez en construire une maquette ? Rien de plus facile grâce au rétro design. Le scannage de l'objet en 3D permet d'obtenir une maquette numérique fiable. Aujourd'hui cette approche permet de reconstituer les maquettes numériques des objets qui en étaient dépourvus.

Prototypage

Grâce à ses imprimantes 3D, GI-Nova peut réaliser des objets très variés et conçus avec des matériaux différents, allant du plâtre au métal, en passant par des résines. Plusieurs pièces illustrent la puissance de ce procédé. J’en retiens trois : la maquette des versants du Piton de la fournaise (photo ci-dessous), un petit flacon fabriqué directement avec son bouchon à vis et enfin, la pièce maîtresse, un assemblage de sept sphères ouvragées et creuses, bien entendu, imbriquées les unes dans les autres, de la plus petite à la plus grande ! [ndlr : voir photo de une]

Lean manufacturing

Pour devenir un ingénieur averti, il est important de comprendre l'ensemble du processus de fabrication. Dans l'espace Lean manufacturing les étudiants construisent des objets en meccano ou en papier, mais pour y parvenir ils doivent apprendre à tenir compte de l'approvisionnement, des tests de qualité etc.

Eco design

L’ingénierie prend désormais de plus en plus en compte l'impact environnemental des projets. Dans cet espace les étudiants peuvent déconstruire des objets, découvrir leur composition, puis à l'aide de simulateurs calculer leur impact environnemental. D'autres exercices leur permettent, par exemple, de comprendre les différences de prix et de solidité qu'il peut y avoir entre divers modèles d'un objet courant, telle une scie sauteuse.

Instrumentation et commandes

Mécanique, automatique et programmation, voici les trois composantes grâce auxquelles ce FabLab initie les étudiants à cet aspect commandes aujourd'hui incontournable.

Simulation et espaces immersif

A l'aide de vrais programmes de CAO (conception assistée par l'ordinateur) la simulation est aujourd'hui indispensable en industrie. Équipé d'un immense écran rétro projeté, l'espace de simulation de GI-Nova, en connexion avec les autres sections de la plate-forme, est là pour tester les projets en virtuel ou sur des prototypes réels. Les lunettes 3D et le bras à retour de force rendent ces tests tout à fait saisissants. J'imagine aisément les discussions animées qui peuvent entourer les essais qui se font dans ces murs.

Une démarche concluante

Une heure et demie après mon entrée à GI-Nova, je termine tout juste le tour avec mes guides. Il est temps de partir... alors que tant d'objets me « tendent des bras », ma curiosité mise en éveil par tant de petites merveilles. Je suis sous le charme, mais plus important, je suis loin d'être la seule dans ce cas !

Les premiers étudiants formés ici sont aujourd'hui en poste : enseignants, ingénieurs dans l'industrie, voire chefs d'entreprises. Leurs demandes, comme celles des industriels, voire des laboratoires tant en formation qu’en valorisation industrielle arrivent aujourd'hui au FabLab. Preuve que le concept a été jugé judicieux et que son intérêt est très apprécié.

>> Notes :

  1. Lire notamment "Faites-le vous-même au Fab Lab de la Casemate !", "A la découverte du LOG grenoblois" et notre série sur les Tables ouvertes du FabLab (1, 2, 3 et 4)

>> Illustrations : Aleksandra Bogdanovic-Guillon

Aucun vote.