Vous êtes ici

Des ouvrages anciens et rares désormais disponibles en un clic !

Rayonnage de la réserve de fonds anciens BU Droit-Lettres Grenoble

Comme une bonne résolution qui se réalise déjà, la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres de l’Université de Grenoble a ouvert en ce début d’année 2013 la bibliothèque numérique de ses fonds anciens.

La démarche de publication sur internet d’ouvrages anciens numérisés n’est pas quelque chose de très nouveau en ce début de 21e siècle. Ce qui est déjà moins courant, c’est la possibilité de faire numériser un document sur simple demande, d’en disposer gratuitement et d’en faire profiter d’autres internautes. Un service original que propose désormais la Bibliothèque Universitaire (BU) Droit-Lettres de l’Université de Grenoble. Initié depuis 2008 avec le service de “numérisation à la demande”, le projet a logiquement pour étape suivante la mise en ligne de ces supports sur une plateforme dédiée.

Portail de la bibliothèque numérique de la BU Droit-Lettres

Le service de numérisation à la demande est né d’un partenariat avec le laboratoire de recherche RARE, de l'Université Stendhal, qui nous a permis de faire l’acquisition d’un scanner professionnel performant. Le personnel de la bibliothèque volontaire s’est alors formé à la numérisation patrimoniale et le projet de bibliothèque numérique est finalement devenu évident : le service numérisation à la demande était de plus en plus sollicité et nos collaborations s’intensifiaient avec les scientifiques concernés par les deux principales collections de notre fonds : le droit dauphinois et les études italiennes. Dès l’origine, notre souci a été de travailler à une proposition de service de qualité” explique Héloïse Faivre-Jupile, chef de projet des collections numériques de la BU.

C’est dans cette perspective que la bibliothèque numérique a été pilotée autour de trois axes. D’abord, sur la qualité des supports numériques qui seraient proposés, puis sur la technologie OCR (Reconnaissance Optique de Caractères) pour générer des fonctionnalités avancées sur le texte, enfin, sur le choix d’une plateforme de diffusion des documents. “Nous n’avons pas longtemps hésité pour ce dernier point : plusieurs bibliothèques universitaires, dont celle de Rennes 2, ou encore nos collègues de la BU des Sciences qui ont mis en place Hydraulica, utilisent comme nous un logiciel libre, Omeka, qui donne pleine satisfaction”.

C’est ainsi que près de 80 documents de haute qualité sont en ligne, feuilletables et téléchargeables et ce n’est qu’un début ! Puisque la réserve de fonds anciens est constituée de 12 000 références, dont certaines sont rares en France. Sans compter les revues disponibles en magasin. “L’objectif n’est pas de tout numériser, d’abord parce que c’est un travail long et minutieux, et aussi parce que certains documents existent déjà sous format numérique par ailleurs”, poursuit Héloïse. C’est d’ailleurs la principale raison (outre les questions de droit, bien sûr) qui peut entraîner un refus pour une demande de numérisation, dans ce cas, les équipes de la BU cherchent, trouvent et transmettent au demandeur le document numérique.

"Plaidoyez de Maistre Jean Guy Basset", ouvrage de 1668 de la collection Droit Dauphinois, en ligne sur la bibliothèque numérique

Et pour l’avenir, la bibliothèque numérique a de belles années devant elle pour se développer. Il s’agira d’abord d’augmenter le corpus des ressources à disposition et pour l’aspect technologique, de créer une version mobile pour la consultation sur tablettes numériques. L’édition commentée est l’autre projet phare qui devrait voir le jour dès septembre 2013 : “Nous travaillons beaucoup avec les chercheurs en études italiennes des laboratoires CHRIPA et GERCI. L’idée est d’aller plus loin que la simple mise à disposition de documents rares et anciens, et de proposer aux utilisateurs un travail complémentaire réalisé par les scientifiques” s’enthousiasme Héloïse.

Grâce à la bibliothèque numérique, non seulement la richesse du fonds documentaire de la BU Droit-Lettres devient facilement accessible tout en conservant ce patrimoine unique, mais elle apporte également une valeur ajoutée, qu’est l’éclairage par des experts. Oui, le service de qualité est bien le leitmotiv de cette nouvelle bibliothèque numérique.

>> Illustrations : Université de Grenoble

Aucun vote.