"LAROZE" : l'arrosoir écolo / Atelier réemploi IEP Grenoble

Publié par Camille Morille, le 11 février 2020   230

Xl arrosoir

Notre équipe

Nous sommes une équipe de quatre étudiantes en master 1 Transmédia à Sciences Po Grenoble. Petite, Juliette voulait devenir architecte d’intérieure et depuis elle est toujours passionnée de design et de décoration. Agathe est très débrouillarde et adore tester de nouvelles choses. Nina est créative et ce workshop lui a fait mettre à profit ses talents. Enfin, Camille a toujours aimé les travaux pratiques et a pu mettre à profit son imagination. 

L’objectif de ce workshop était de fabriquer un nouvel objet à partir de matériaux recyclés. Enthousiastes, nous souhaitions créer des coques de téléphone en plastique fondu. Nous avions imprimé en 3D un Iphone pour modeler notre objet. 

 



Quelques jours après, retour à la Casemate. L’équipe encadrante met en lumière une contradiction importante dans notre projet de coques pour Iphones. Est-il possible de valoriser le recyclage à travers des téléphones dont la fabrication pollue et pose des problèmes éthiques ? Nous avons alors réfléchi à un concept plus cohérent et écologique. Après un brainstorming laborieux mais fructueux, nous avons décidé de créer un arrosoir. 

 

Notre projet

 Nous voilà alors lancées dans la phase de croquis et de réflexions techniques sur la faisabilité de notre objet. Première contrainte : trouver un matériau étanche et facile à transformer. Nous optons pour le métal en imaginant réutiliser des boîtes de conserve. 

Il faut maintenant penser au bec verseur et à l’anse pour donner jour à notre arrosoir. Toujours séduites par notre idée de plastique fondu, nous décidons d’en utiliser pour l’anse. Cela nous permettra d’obtenir un arrosoir en plusieurs matières recyclées avec un aspect design grâce au plastique. Le bec verseur quant à lui sera fabriqué en pièce 3D. 

  






Les matériaux

 Nous faisons des tests de fonte du plastique. Nous découpons des bouteilles et des bouchons que nous mettons sous la presse chauffante. Si les bouchons fondent aisément, les bouts de bouteilles restent solides et ne s’homogénéisent pas avec le reste. Nous optons donc pour l’utilisation exclusive de bouchons de bouteilles mais il est difficile d’en récolter en grand nombre. Heureusement, une commerçante nous fait gentiment don d’un grand sac de bouchons à recycler. 

 





Le plastique une fois fondu n’est malléable que quelques secondes et nous devons donc sculpter rapidement notre anse. Nous commençons par la former manuellement mais le résultat est loin d’être esthétique. Après un long moment de réflexion, nous décidons de découper des lamelles de plastique préalablement fondu, de les empiler puis de les coller entre elles grâce au décapeur thermique. Nous donnons au tout la forme souhaitée en utilisant un support arrondi. 

 

Pour le bec verseur, nous le fixons sur la boîte de métal grâce à une colle étanche utilisée pour les salles de bain. Auparavant, nous avions percé quelques trous afin de faire passer l’eau. Enfin, nous vissons l’anse avec le corps de l’arrosoir.

 

Les finitions 

Il est désormais temps de passer à la décoration de notre objet. Notre marque se prénommera « Larozé ». Nous mettons ainsi en valeur l’aspect ludique de notre arrosoir en faisant référence à l’expression « arroseur arrosé », mais également son aspect poétique puisque le nom rappelle la rosée du matin. Nous choisissons une police fine et remplaçons la lettre o par une goutte d’eau. 


Grâce à la découpeuse laser, nous fabriquons une étiquette en plastique fondu avec le nom de notre marque. Les lettres n’apparaissent pas assez et nous décidons de réaliser à la place une étiquette en bois que nous collerons ensuite sur l’arrosoir. 

 

Nous peignons notre arrosoir en bleu grâce à de la peinture en bombe. Nous souhaitons ensuite peindre de petites gouttes d’eau sur le corps de l’arrosoir. Nous utilisons pour cela un pochoir préalablement découpé au laser et bombons notre objet. Mais le résultat ne nous satisfait pas car la peinture coule sous le pochoir. Nous décidons alors de découper ces gouttes d’eau dans du bois et de les coller directement sur l’arrosoir. Cela nous permet de créer une unité avec le matériau utilisé pour l’étiquette de marque. 

 

Bilan

 

Notre arrosoir recyclé est désormais terminé ! Si le résultat ne le laisse peut-être pas imaginer car notre objet reste relativement simple, nous avons dû beaucoup réfléchir et faire de nombreux tests pour que cet arrosoir voit le jour. Pendant ce séminaire Makers nous nous sommes remises en question, nous avons persévéré et nous avons su nous adapter. Notre objet final est le fruit d’un véritable travail collectif. Cette semaine au FabLab a été très enrichissante et agréable pour toute l’équipe.