Full humagora 1500x250px

Communauté

Humagora

Conférences

D’une cuirasse musquée contre la peste aux senteurs florales. Vers la promotion des parfums et de la féminité

Conférence de Robert Muchembled dans le cadre du cycle "Avenue centrale. Rendez-vous en sciences humaines".

À la Renaissance, les médecins préconisent d’empêcher l’air vicié (le souffle diabolique) de pénétrer le corps, ce qui, selon eux, cause la peste. Les privilégiés s’entourent pendant deux siècles d’une carapace odorante, composée d’essences animales coûteuses (musc, civette et ambre), répandues sur leur personne, véhiculée dans des pomanders (bijoux remplis de senteurs) et imprégnées dans les cuirs (gants, bottes, etc.) ; les médecins de peste arborent également cette cuirasse, tandis que les humbles se contentent de répulsifs moins coûteux, tels le vinaigre et diverses plantes odoriférantes.
Les mêmes parfums ont une valeur érotique pour les deux sexes (musc et civette proviennent de glandes sexuelles animales), traduisant une domination masculine sans complexe et attirant l’ire véhémente des prédicateurs. Très hostiles à la modification odorante du corps créé par Dieu ces derniers fustigent particulièrement les femmes, qu’ils accusent de déployer une sexualité pécheresse dévorante. Le temps n’est en rien à leur promotion (même pas pour les reines ou les grandes aristocrates) : la médecine des humeurs héritée de l’antiquité les définit comme froides et humides, de ce fait puantes naturellement, à la différence des hommes chauds et secs ; certains docteurs les engagent même à porter sous la robe, lors de leurs règles, une cassolette sur laquelle se consument doucement des substances capables de dissiper leurs épouvantables remugles.
Ce n’est pas avant la fin du règne de Louis XIV que se profile une révolution des odeurs, liée à la disparition de la peste, à l’abandon de la médecine humorale, à des progrès de civilisation (tel le code de politesse) et à un début de promotion féminine parmi les élites sociales (incarnée à la fois par la marquise de Pompadour et par une certaine féminisation de l’apparence masculine). Les senteurs florales prennent alors le haut du pavé, jusqu’à nos jours, malgré quelques retours ponctuels (par exemple sous l’Empire) des parfums animaux virils et guerriers.
La révolution des odeurs va ainsi plus loin que la Révolution française, en soutenant (discrètement) dans le long terme un principe d’égalité entre les sexes qui fait lentement reculer une domination masculine auparavant considérée comme « naturelle », préparant les grandes mutations en cours depuis les années 1970.

L'intervenant
Robert Muchembled est écrivain, professeur honoraire des universités de Paris, chevalier de la Légion d’honneur. Il a publié plus de trente ouvrages, traduits dans une trentaine de langues.

Bibliographie sélective
- Insoumises. Une autre histoire des Françaises du XVIe siècle à nos jours
(Ed. Autrement, 2013)
- Mystérieuse Madame de Pompadour (Fayard, 2014)
- La Civilisation des odeurs (XVIe-début XIXe siècle) (Les Belles Lettres, 2017)
- Le Fils secret du Vert-Galant (Les Belles Lettres, 2021)

__
> Informations pratiques

Conférence ouverte à tous, sans inscription (dans la limite des places disponibles).
La conférence est également retransmise en direct sur la chaîne YouTube de la MSH-Alpes.

Xl 10c banni%c3%a8re avenue centrale s8 07 06 parfums
Lieu :
MSH Alpes
1221 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d'Hères, France
Tarifs :

Gratuit

Public :

Tout public

Modalités :

En présentiel et retransmission en direct sur YouTube

le
juin 7 2022

De 12:15 à 13:15