60's : les molécules à l'origine de notre morphologie

Publié par Mathilde Chasseriaud, le 6 janvier 2017   1.3k

Xl 4

Quand nous nous observons le matin dans le miroir, nous pouvons voir des traits communs, traits que partagent les 7,5 milliards d’êtres humains peuplant la planète. Nous avons tous un nez, une bouche, deux yeux… Des attributs « normaux » me direz-vous. Mais il faut savoir que leur formation résulte de mécanismes moléculaires précis, intervenant de manière spécifique en temps et en heure dans notre développement d’un embryon.

Le développement embryonnaire est une balance entre une multitude de molécules qui auront des effets différents selon notamment leur concentration dans tel ou tel tissu.

On appelle ces molécules des morphogènes. En fonction de leur concentration et de leur localisation, elles vont déterminer l’identité des cellules au sein d’un tissu. Par exemple, la formation de ce qui sera l’avant et l’arrière d’un animal est conditionné par des concentrations de molécules. Dans ce qui sera l’avant du corps, on va trouver une molécule A en très grosse quantité, ce qui aboutira à ce que cette partie devienne la partie avant. Cette molécule A est présente sous forme d’un gradient : c’est-à-dire très concentrée dans la future partie antérieure et de moins en moins présente dans le reste du corps. La partie opposée n’ayant presque pas de molécule A deviendra donc par défaut la partie arrière.


Visuel principal : site internet