Full saisonplanete2

Communauté

Une Saison...

Créer un abri pour les insectes ? Pourquoi et comment ?

Publié par La Casemate, le 15 février 2021   280

Xl 20

Bon nombre d’insectes sont utiles dans nos jardins, on les appelle les insectes auxiliaires. Parmi les plus connus, on retrouve la coccinelle mangeuse d’insectes ravageurs comme le puceron, l’abeille indispensable à la pollinisation, le perce oreille ou encore la grande sauterelle…

Mais comment faire pour que ces insectes s'installent et restent dans votre jardin ?  L’astuce : leur proposer un bel abri pour qu’ils puissent s’y installer et se reproduire. 

On pense souvent aux oiseaux en installant des nichoirs et des mangeoires mais il est important également de dorloter nos petites bêtes. La disparition des insectes est un phénomène grave, particulièrement dans les milieux urbains, mais il n’est pas irréversible. L'hôtel à insectes sert entre autres, comme son nom l'indique, à héberger des insectes, à leur permettre d'hiberner et de se reproduire. C'est une des solutions pour favoriser leur retour et leur prolifération.

On contribue ainsi à favoriser la biodiversité locale et à rétablir l'équilibre de la chaîne alimentaire. Et quel plaisir d’observer les allers et venues de ces petites bêtes !

Du plus sophistiqué en passant par le simple pot en terre rempli de paille ou encore un tas d’écorce au fond du jardin, on trouve toutes sortes d’abri à insectes. Ce qui est important c’est de les identifier, de connaître leur rôle dans notre jardin ainsi que leur goût en terme d’habitat.


Quels insectes sont concernés ?

Voici une petite liste des insectes utiles à notre jardin, proposée par Arthur lors de son récent service civique à La Casemate. Pour chacun d’eux vous trouverez quelques astuces pour les attirer et les encourager à rester.

Les papillons 


  • Famille : Insectes holométaboles

  • Ordre : Lepidoptera

  • Taille : très variable 

  • Durée de vie : De plusieurs mois à un an

  • Activité : Crépusculaire et nocturne

99 % des espèces connues se nourrissent de plantes. Les adultes se nourrissent pour la plupart de nectar des plantes à fleurs. 

➭ Des boîtes ouvertes par des fentes verticales ainsi qu’un appuie à l’entrée pour se réchauffer au réveil de l’hibernation. 


Les chrysopes 

  • Famille : Chrysopidae

  • Ordre : Névroptères

  • Taille : De 10 à 15 millimètres

  • Durée de vie : De plusieurs mois à un an

  • Activité : Crépusculaire et nocturne

Les larves de la chrysope verte s’en prennent aussi bien aux pucerons qu’aux cochenilles ou aux acariens de tous poils et ce pendant les trois stades larvaires. Une fois adultes, elles consomment du pollen et deviennent donc pollinisatrices. 

➭ Les abris à chrysopes leur servent à passer l’hiver au chaud et peuvent accueillir une colonie entière. Il faut donc prévoir une boite assez grande, remplie de paille.

Les forficules (Pinces Oreilles)

  •  Famille : Forficulidae

  • Ordre : Dermaptère

  • Taille : Environ 15 millimètres

  • Activité : Nocturne


Les forficules, aussi appelés « perce-oreilles » sont de grands mangeurs de pucerons. À la différence de nombreux autres insectes, ils peuvent aussi consommer certains fruits ce qui peut poser quelques problèmes (nuisible).

➭ Un simple pot en terre cuite que l’on remplit de paille et que l’on retourne pourra faire l’affaire.

La coccinelle 

  • Famille : Coccinellidae

  • Ordre : Coléoptère

  • Taille : 4 à 8 millimètres

  • Durée de vie : 2 ans

  • Activité : Diurne

La coccinelle à 7 points est une excellente dévoreuse de pucerons, qu’elle soit au stade larvaire ou au stade adulte. Mais n’oublions pas que la coccinelle est également particulièrement appréciée de bien des espèces d’oiseaux. Elle fait partie de la chaîne, et pas uniquement pour nous donner un coup de main dans nos cultures !

➭ C’est surtout les pommes de pins et la laine de bois en petits morceaux qui vont attirer nos petites bêtes rouges.

Le bourdon

  •  Famille : Apidae

  • Ordre : Hymenoptera

  • Taille : Entre 7 et 32 millimètres

  • Durée de vie : 2 ans

  • Activité : Diurne

Le bourdon des champs se trouve principalement dans les herbes basses et près des forêts. C’est bien une espèce inféodée à la campagne, mais qui peut avoir un réel impact sur la pollinisation des cultures.

➭ Le bourdon des champs nidifiant dans le sol, il faudra garnir sa boite en fonction, avec une majorité de terre et de quoi l’alléger (un peu avec de la paille). Il est important de mettre une petite plateforme de décollage et d'atterrissage à l'entrée pour leur permettre un accès aisé. 

Les abeilles sauvages 

  •  Famille : Apidae

  • Ordre : Hymenoptera

  • Taille : de 5 mm à 30 mm

  • Durée de vie : 2 à 10 semaines

  • Activité : Diurne

Pollinisatrices par excellence aux côtés des abeilles domestiques, par rapport auxquelles elles seraient plus efficaces en la matière, les abeilles sauvages ont réellement besoin qu’on leur file un coup de patte. Alors donnons-leur le gîte.


➭ Elles ont besoin de tiges creuses (pour la plupart des espèces) afin d’y pondre. 

Les tiges de framboisier, bambou, roseau et sureau feront parfaitement l’affaire. Des trous percés dans du bois, cela fonctionne également. Attention néanmoins au sapin qui fait des échardes qui pourraient endommager leurs ailes.

Les carabes

  • Famille : Carabidae

  • Ordre : Coléoptère

  • Taille : 8 à 50 millimètres

  • Durée de vie : Jusqu'à 4 ans

  • Activité : Diurnes ou nocturnes selon l'espèce

Sur un millier d’espèces de carabes en France, 80% des adultes et 90% des larves de cette famille de coléoptères sont carnivores. Ils se nourrissent en particulier de limaces, pucerons et autres acariens ce qui fait d’eux de parfaits auxiliaires du jardin.

Les autres mangent des végétaux et peuvent ainsi poser quelques menus soucis aux cultures.

➭ Un bon fagot de branches et autres branchages, mousses, écorces et bois en décomposition vont les attirer.

Les diptères (syrphes)

  • Famille : Syrphidae

  • Ordre : Diptera

  • Taille : 4 à 20 millimètres

  • Durée de vie : Jusqu'à 4 ans

  • Activité : Diurnes ou nocturnes selon l'espèce

Cette famille de diptères est bien connue des agriculteurs autant que des jardiniers pour les épauler dans la lutte contre nombre de « ravageurs » de cultures.


Elles consomment d’autres insectes durant leur stade larvaire, principalement des pucerons. Arrivés à l’âge adulte, comme les chrysopes vertes, elles consommeront du pollen et joueront le rôle de pollinisateurs à leur tour.

➭ Briques et tuiles plates (parfois tiges creuses aussi) sont des lieux qu’elles adorent.

Les Epeire diadème (araignée)

  • Famille : Araneidae

  • Ordre : Araignées

  • Régime alimentaire : Insectivore

  • Durée de vie : 1 an 

  • Taille : 4 à 16 millimètres

  • Activité : Diurne

Les araignées sont multiples. Si elles sont souvent moins considérées, leur rôle n’en est pas moins primordial dans nos écosystèmes.

Avec leurs toiles, énormément d’araignées se nourrissent d’insectes volants, mais cela ne les met pas à l’abri de se faire dévorer à leur tour, notamment par les oiseaux.

➭ Feuilles, herbes longues et brindilles permettront à beaucoup d’entre elles d’y placer des cocons qui passeront l’hiver bien abrités.

Installation et positionnement 

L’hôtel à insectes ayant pour but de protéger ses habitants des intempéries et des prédateurs, il devra donc être positionné dos au vent principal et au moins à 30 centimètres du sol. 

Par ailleurs, comme il doit servir de lieux de ponte et d’hibernation, son exposition n’est pas négligeable. Idéalement plein sud ou sud-est en fonction des possibilités, afin d’avoir le soleil de face au maximum, mais le matin est important. 

N’hésitez pas à vous inspirer sur le net, beaucoup d’idées d'hôtel à insectes avec des matériaux de récupération sont proposées !

Auteur : Armelle Chaleon, armelle.chaleon@lacasemate.fr