A la découverte de l'exposition "Fascinants Félins" !

Publié par Marion Vacherand, le 8 avril 2020   310

Xl image 1 fascinants f lins

Amoureux des chats, nous sommes partis à leur rencontre grâce à l’exposition “Fascinants félins”. Jusqu’au 20 septembre 2020, venez découvrir de nombreux félins tous plus impressionnants les uns que les autres. Vous êtes intrigués ? Voici quelques informations qui vous donneront à vous aussi l’envie de venir la visiter !


Cette exposition est adaptée pour tous les types de publics : la richesse des supports proposés rend le parcours vivant et attractif. Vous pourrez admirer de nombreux félins naturalisés. Elle est une source riche en informations :  les passionnés pourront en apprendre plus et développer leurs connaissances. Passez de panneaux en panneaux pour découvrir l’histoire des différents félins. Observez, levez les yeux, écoutez, touchez, vos sens sont mis en éveil ! 


Les enfants sont les bienvenus. Tout a été pensé pour qu’ils puissent profiter autant que les grands de leur visite ! Sous forme de “le saviez-vous” une phrase résume le contenu des panneaux destinés aux adultes. Ils peuvent jouer à reconnaître les empreintes des félins, écouter les bruits que ces animaux produisent, observer les différentes espèces naturalisées, tout est mis en place afin de plonger les enfants dans l’univers des félins. Ils seront également sensibilisés à l’extinction de certaines espèces et à la nécessité de prendre soin de notre environnement et de la biodiversité. Ils peuvent admirer des félins parfois plus grands qu’eux : il y a de quoi être impressionné ! Et pour ceux qui voudraient se remettre de leurs émotions, il y a le coin sieste. Car comme tout félin qui se respecte dormir est une activité indispensable ! 

Découvrir les empreintes. 

Pour les plus grands, il vous est proposé de découvrir les félins présents en Isère, en France mais également ceux qui se trouvent sur d’autres continents. Au total, vous trouverez des informations sur les 38 espèces différentes de félidés qui existent. Si vous souhaitez retrouver ces espèces ou les découvrir en amont de la visite, la liste est disponible sur leur site internet. 

De nombreuses ressources sont en ligne sur le site internet de GrenobleCulture[s]. Vous pourrez approfondir la visite avec des vidéos, une bibliographie (les documents sont empruntables dans le réseau des bibliothèques de Grenoble), des cartes pour situer géographiquement les animaux, un dossier pédagogique et pour les plus petits, des coloriages. 

Le muséum de Grenoble a concocté un programme d’animation très complet autour de l’exposition. Vous pouvez voir des films, participer à des quizz et pour les fans de soirées déguisées vous êtes invités à sortir votre plus beau costume de félin ! 

Des visites guidées sont organisées et certaines sont adaptées en LSF pour les personnes sourdes ou malentendantes.

Cette visite a renforcé notre curiosité pour les félins ! Voici ce que nous avons découvert : 

Alors que l’on assimile les félins à la savane africaine, il existe en réalité une centaine de lieux, d’habitats différents pour eux. De l’Amérique du Sud au Japon en passant par la Nouvelle Calédonie, tous les continents hébergent ces espèces. La France, et plus particulièrement l’Isère, accueille quelques félins sauvages. Le Lynx et le Chat Sauvage vivent aux cœur de montagnes, discrètement. Après avoir été longtemps chassés, ils reprennent petit à petit leurs droits dans la nature ... 


Source de l'image : Pixabay

Le Lynx, longtemps jugé offensif et dangereux pour l’Homme a connu durant de nombreux siècles de fausses idées sur lui. Un mélange d’admiration et de crainte l’entoure. C’est pourquoi il fut la proie d’une longue chasse à la fin du XIXème Siècle qui entraîna sa disparition de nos massifs. Mais la chasse n’est pas l’unique raison de sa brève disparition. La raréfaction de ses proies et de son milieu naturel a nui à sa présence. L’action de l’Homme sur la nature a participé à diminuer le nombre d’individus de cette espèce. En outre, le projet d'éradication des ours et des loups touche ce félin indirectement. 

Malgré cela, les années 80 voient le retour du lynx en montagne. En passant par le Jura, l’animal est réapparu dans les Alpes ainsi que dans les Vosges. Le félin a notamment été aperçu dans le massif de la Chartreuse. Malheureusement, sa situation reste très précaire et les chercheurs s’en inquiètent. Ils sont en effet peu nombreux et régulièrement victimes de braconnage. Leur situation pourrait s’aggraver si rien ne change …


Source de l'image : Pixabay

Le Chat Sauvage, aussi appelé Chat Sylvestre vit beaucoup plus bas que les Lynx dans  le massif de la Chartreuse. Souvent confondu à tort avec le chat errant ou avec le chat haret, le chat Sylvestre est beaucoup plus sauvage. Contrairement aux autres espèces, il n’a pas subi de mutation, c’est une espèce à part entière. Cet animal n’a en aucun cas connu la domestication. Il n’a jamais dépendu de l’être humain et a toujours été sauvage. Il est cependant capable de s’accoupler avec des chats domestiques.

Très timide, il faut s'armer de patience si l’on veut l'apercevoir dans nos montagnes. Sa discrétion le fait passer inaperçu. Occupant en très grand nombre les forêts du Nord-Est de la France, des Pyrénées et de la Corse,  il se fait plus discret en Isère. Sa présence est malgré tout supposée d’après plusieurs observations. Le chat Sylvestre résiderait, comme son homologue le Lynx, dans le massif de la Chartreuse. 

Non victime de la chasse, il n’a jamais été menacé par l’Homme et vit depuis des années dans notre région.

Les félins ont toujours été peu nombreux en Isère. Il ne reste aujourd’hui plus que le Lynx et le Chat Sauvage. Si nous n’agissons pas rapidement, ils pourraient eux aussi disparaître définitivement. En Isère, environ un quart des espèces animales sont menacées. Cette situation n’est pas problématique uniquement en Isère. Dans le monde entier, des centaines d’espèces sont menacées tandis que des milliers d'espèces ont déjà disparues. 

Les menaces qui pèsent sur certaines espèces.

D'après les informations du site de l'Union Internationale pour la Conservation de la nature (UICN), certaines espèces de félins sont menacées. L'UICN a réalisé une frise, dans laquelle sont recensées les 38 espèces de félins présentes dans le monde qui sont classées selon le modèle suivant: LC → préoccupation mineure dans laquelle on trouve 13 espèces, NT → quasi menacé dans laquelle on trouve 7 espèces, VU → vulnérable où on trouve 13 espèces, EN → en danger où on trouve 5 espèces et CR → en danger critique dans laquelle on ne recense aucune espèce pour le moment car celles qui s'y sont trouvées peuvent finir par s'éteindre complètement. 

Ici, on s'intéressera à la classe EN (en danger). Elle contient les espèces suivantes : Chat bai, chat des Andes, lynx d'Espagne, chat à tête plate et le tigre.

Le chat bai

Source de l'image : Wikipédia

Le chat bai est une espèce très rare dont les informations sont difficilement accessibles car il n'a jamais été réellement étudié. Le chat Bai vit exclusivement sur l'île de Bornéo, en Asie du sud-est. Quelques photographies ont été prises grâce à des pièges photographiques, mais il vit dans des forêt denses dont l'accès pour l'être humain est restreint. Le nombre d'individus est difficile à estimer mais on pense qu’en  2014, la population s'élevait à 2 400 individus. Etant donné qu'il vit dans les forêts, la déforestation semble être la première cause de la mise en danger de cette espèce. Quelques Chat bai ont été retrouvés écrasés sur des routes, ce qui constitue la deuxième cause de la mise en danger de son espèce. Les braconniers le convoitent surtout pour sa fourrure rare qui peut-être vendue assez cher. Toutes ces raisons expliquent sa place dans ce classement d'espèces en danger.

Le chat des Andes

Source de l'image : Wikipédia

A l'instar de son cousin le chat Bai, le chat des Andes est une espèce méconnue et très peu étudiée. Cependant on connaît son habitat se situant en Amérique du sud dans la cordillère des Andes, dans des régions spécifiques de seulement 4 pays : sud du Pérou, sud-ouest de la Bolivie, nord de l'Argentine et nord-est du Chili. Depuis les années 2000, des observations sont faites afin de mieux connaître ce petit félin. On sait qu'il se nourrit de viscaches (proche du lapin) et de chinchillas (rongeurs). Ce dernier est rare et chassé pour sa fourrure, ce qui est une proie difficile pour le chat des Andes. De ce fait, sa survie dépend beaucoup de viscaches car cette espèce est sa nourriture principale, notons que le viscache est aussi chassé par le colocolo (autre espèce de félin qui est également appelé chat des pampas). La population du chat des Andes est de 1 500 individus (2014) et diminue. Même s'il est protégé, il est victime de braconnage à cause de sa peau. Son habitat est menacé par l'exploitation humaine comme le tourisme. Il est donc classé en danger par l'UICN.

Le lynx d'Espagne ou lynx pardelle

Source de l'image : Wikipédia

Le lynx d'Espagne est une des quatre espèces de Lynx actuelles et vit principalement dans la péninsule ibérique. Des doutes existent quant à son existence dans les Pyrénées françaises, où les avis de spécialistes divergent. Il vit dans des forêts de broussailles caractérisant les forêts méditerranéennes. Il se nourrit de proies de petites tailles généralement des lapins de garennes dont la population est en baisse à cause de maladies. Cependant, il peut s'attaquer plus rarement aux rats, aux souris ou aux oiseaux. Pendant longtemps, il a été considéré comme le félin le plus menacé du monde et classé dans danger critique d'extinction. Aujourd'hui il n'y est plus classé mais reste tout de même en danger. La menace principale est la baisse significative d'espèces de son régime alimentaire comme le lapin de garenne dont la population a chuté de plus de 50%. Il est aussi victime d'accidents sur les routes qu'il traverse. Aujourd'hui le WWF (fond mondial pour la nature) recense environ 475 lynx d'Espagne. C'est le plus grand nombre depuis 2002. La population du lynx d'Espagne est croissante, mais est toujours en danger.

Chat à tête plate 

Source de l'image : Wikipédia

Ce félin vit sur le continent asiatique principalement en Malaisie et sur les îles de Sumatra et de Bornéo. Il vit proche de points d'eau, comme les lacs ou les marécages ce qui explique son régime alimentaire même s'il suscite des doutes. En effet, les données proviennent de quelques chats à tête plate vivant en captivité. D'après ces données, il se nourrirait de poissons, de grenouilles et de crustacés. Le peu de données collectées ne suffisent pas à expliquer ses caractéristiques ou ses prédateurs. Comme pour la majorité des félins menacés d'extinction, la principale cause et l'appropriation de son habitat par l'homme, la déforestation le menace ainsi que les constructions urbaines. Aussi, la pollution des eaux dans lesquelles il chasse constitue une raison de sa mise en danger. En 1985, les scientifiques pensaient ce félin éteint mais il réapparut en 1995 en Malaisie. Aujourd'hui, bien qu'il soit en danger, le chat à tête plate est entièrement protégé sur tous les territoires où il a été observé. Le nombre d'individus est difficile à estimer, car il est très sauvage et les données disponibles en sont contraintes. Son nombre s'élève à approximativement 2500.

Le tigre

Source de l'image : Pixabay

Certains le considèrent comme le roi des animaux, le tigre est un super-prédateur. Mesurant 1 mètre et pesant jusqu'à 300 kg, il peut engloutir 18kg de viande en un seul repas. Il vit en Asie sur de nombreux territoires, 11 pays, dont la Russie, la Chine, l'Inde, le Népal... Son habitat est constitué de forêts tropicales humides et dans les herbes hautes et denses. Il est carnivore et se nourrit de cervidés, sangliers, mais aussi d'oiseaux ou de singes. Il peut même s'attaquer à des buffles ( le buffle pèse entre 350 et 500 kg!). Le tigre fascine par sa taille, son apparence et ses capacités physiques. C'est pourquoi il est très convoité et est considéré comme l'animal le plus braconné de la planète pour sa fourrure unique et atypique. Le braconnage est donc sa principale menace. Certaines réserves créées uniquement pour sa protection ont disparu car tous les tigres s'y trouvant ont été tués par l'homme. Les chiffres sont alarmants : sa population a diminué de moitié en seulement 25 ans. Une population estimée à 7000 dans les années 90, elle est estimée à 3500 aujourd'hui. Plus choquant encore, au début du XXeme siècle sa population était d'environ 40 000 soit une diminution de 95%. Il a complètement disparu sur 10 territoires comme l'Iran et la Turquie. Très protégé aujourd'hui sa population ne diminue plus de manière spectaculaire mais on ne sait pas s'il sera toujours vivant dans 50.

En somme ces 5 espèces de félins ont toutes un point commun. Effectivement, elles sont toutes menacées par l'Homme, que ce soit pour le braconnage ou l'exploitation de son milieu naturel. De nombreuses associations œuvrent pour la conservation de ces espèces, or leur travail pourrait être compromis par la non prise de conscience des Hommes de la nécessité de protéger ces espèces pour leur pérennité.


Voici un aperçu du contenu de l’exposition. Vous restez sur votre faim ? Alors rendez-vous vite au Muséum de Grenoble. N’oubliez pas de regarder le programme culturel de l’exposition pour profiter d’une visite guidée, d’une conférence ou encore d’un atelier dessin. Bonne visite ! 


Simon Bordedebat, Manon Saracino et Marion Vacherand.

 Nos informations ont été récoltées lors de la visite de l'exposition ainsi que sur les sites suivants :