Journal de bord #4: Echanges et partages

Publié par Quentin Giaume, le 12 octobre 2020   140

Xl 121093822 621207921905492 2307434654424997792 n

Mardi 06/10, de 13 à 16h  

Mardi 6 octobre, nos étudiants de Master 2 Transmedia se sont retrouvés, enfin en présentiel, pour avancer sur leurs projets pour la cinémathèque de Grenoble et entamer la première séance de laboratoire de production

PREMIERE PARTIE :  ICE-BREAKER 

Pour profiter de ces retrouvailles en présentiel, le cours a débuté dans une ambiance ludique. Laura Schlenker avait prévu pour nous deux jeux qui nous ont permis à la fois de nous détendre, et de nous mettre dans un état d’esprit d’écoute de l’autre, indispensable à la création collective : 

  • Un mot chacun ! : En duo, nous devions créer une histoire en proposant chacun un mot, à tour de rôle… Qu’on se retrouve à raconter la vie d’un éléphant ou à débattre sur l’Amazonie, peu importe, nous avons tous pu faire le constat que le travail collectif passe avant tout par l’échange avec l’autre et l’écoute. 

  • Tout à fait Boby ! : En duo aussi, mais face à la classe à tour de rôle cette fois, nous étions sur un marché, et devions vendre quelque chose, peu importe quoi…  La seule contrainte : soutenir notre collègue en approuvant tout ce qu’il dit : “Tout à fait Boby !”. Là encore, l’idée était d’écouter l’autre, et de développer son esprit d’équipe… 

DEUXIÈME PARTIE :  LABORATOIRE DE PRODUCTION

Après ces exercices et la projection d’un bref extrait d’un film des frères Cohen, il semble clair que le travail d’équipe pose un certain nombre de questions, en termes de leadership et de dynamique de travail collective.

 

Les premières questions à se poser…

Quoi qu’il soit, l’heure est venue de démarrer le laboratoire de production, qui sert à peaufiner, formaliser et étudier la faisabilité des projets retenus la semaine dernière pour animer la programmation de la cinémathèque de Grenoble. La crise sanitaire était omniprésente dans l’élaboration de ces projets, tant en termes de logistique, pour assurer l’implication des étudiants placés en isolement, que pour la conception des projets eux-mêmes. 

Après séparation des étudiants par groupe de projets, chaque dispositif pensé pour la cinémathèque a été formalisé et repensé en fonction des questions présentes ci-dessus. Par la suite, ces idées ont été proposées à Mme Peggy Zejgman-Lecarme, via un pitch vidéo. Cet exercice a aussi demandé une réflexion de la part des étudiants, sur le fond et sur la forme, pour satisfaire aux attentes de la commanditaire du projet et directrice de la cinémathèque de Grenoble.






Rémi, du groupe ciné-concert, confiné chez lui mais présent !

La semaine prochaine, nous aurons ses retours concernant les projets, nous permettant ainsi d’avancer dans leur élaboration. 

A bientôt!