La cellulose, molécule magique !

Publié par Daniel Samain, le 26 novembre 2012   2.5k

Xl imgp7592

Daniel Samain nous présente les intérêts de la cellulose, "matière première renouvelable et intelligente des sociétés humaines  de demain dans le domaine de la nourriture, de l’énergie et des matériaux"

Au rythme de la consommation actuelle - 4 milliards de tonnes par an pour le pétrole - l’épuisement des ressources fossiles n’est plus qu’une question de décennies. Un bébé naissant aujourd’hui connaitra une situation économique où ce type de ressources aura pratiquement disparu. Dans le même temps le nombre de bouches à nourrir sera passé à plus de 10 milliards alors que la surface des terres cultivables aura régressé et que l’augmentation des températures liée à l’effet de serre compromettra gravement la production agricole.

Un devenir plutôt sombre

Nous allons donc très probablement vivre une situation paradoxale où nous aurons d’un côté la possibilité de disposer d’objets technologiques extraordinaires - du type super téléphones portables dotés de rayons laser -  de l’autre une pénurie de biens essentiels comme la nourriture et l’eau. 

Il est ainsi à craindre que les dits objets technologiques extraordinaires ne soient utilisés principalement pour nous entretuer pour l’accès aux derniers restes de nourriture et d’énergie. Malgré les cris d’alarme émis depuis maintenant près de 40 ans, on n’observe au niveau planétaire aucun vrai ralentissement de la consommation de ressources fossiles. Le ralentissement en Europe liée à la crise économique étant plus que compensé par la croissance des pays du tiers monde.

La réorientation de nos sociétés autour de concepts de développement durable est donc une nécessité impérative mais il ne suffira pas de simplement consommer moins, il faudra apprendre à consommer « autrement ».

La cellulose

A notre sens, dans ce contexte, la cellulose est la seule alternative sérieuse pour constituer la base d’une nouvelle économie durable. Composée de molécules de glucose liées les unes aux autres, la cellulose qui constitue près de 50% des végétaux, est une molécule "magique" qui peut indifféremment être utilisée comme un aliment (en gros le sucre du petit déjeuner), un matériau (papier, bois, textiles...),  ou une énergie (les buches). Surtout la production de la cellulose qui est immense (100 milliards de tonnes par an) ne dépend en définitive que du soleil à qui, aux dernières nouvelles, il resterait encore quelques milliards d’années à exister. 

Il se trouve que les hasards de l’histoire ont fait de la région de Grenoble, un des centres d’excellence mondiaux dans la connaissance de la cellulose. Des chercheurs de Grenoble tant du service public que du secteur privé, notamment la société BT3 Technologies, que j'ai fondée œuvrent pour faire de notre région l’épicentre de cette nouvelle économie basée sur la cellulose, principal composant des plantes. Celle-ci va devenir, grâce aux chercheurs grenoblois, la matière première renouvelable et intelligente des sociétés humaines de demain dans le domaine de la nourriture, de l’énergie et des matériaux.

>> Illustrations : Daniel Samain (DR), arnold_weinholt (Flickr, licence cc)