Le tourisme lunaire, la nouvelle conquête spatiale ?

Publié par Anaïs Ratel, le 27 mars 2020   560

Xl lune  chosciences

Cinquante et un ans après que Neil Armstrong ait fait les premiers pas sur la lune, ce satellite fascine toujours autant les hommes, au point de vouloir développer une nouvelle forme de tourisme : le tourisme lunaire. Ainsi, les recherches scientifiques s’accélèrent, les entreprises investissent de plus en plus dans ce domaine. Le ton est donné : c’est la nouvelle course à la lune du 21ème siècle.  

Le tourisme lunaire, un voyage à prix d’or ?

Le tourisme lunaire consiste à effectuer un voyage dans l’espace, autour de la lune.

Cette escapade touristique autour de la Lune se résume au lancement d’une fusée sur une trajectoire, faisant le tour de la Lune avec un retour direct vers la Terre. Le client devra prévoir un voyage spatial de six jours. Pendant toute la durée du voyage, les passagers n'auront qu’à admirer le paysage puisque tout sera contrôlé et commandé depuis la Terre. Quant à la durée du survol au-dessus de la Lune, elle dépendra de l'altitude mais devrait être d’environ une heure.

Ce nouveau marché du tourisme spatial intéresse plusieurs entreprises. Les coûts varient selon les entreprises. Il faut compter entre 150 et 180 millions de dollars du côté de l’agence RKK Energia, contre 250 000 dollars chez Virgin Galactic pour un simple vol suborbital (vol à la surface de la Terre).

 https://lh6.googleusercontent.com/dNTpb0WddiPfBCq-6kSHpHKn0aq8d9uPty-XZ9WR4BL8DyOjxBojgYVheUEVOrZHoy1YgDp_FSLrvX8kS4qDK6OKoDwEnIuGOXI5PRizAFBA2L2b_F6aAcm2aAPruOQUc1laptzg

Des ambitions qui visent la lune

L'Agence Spatiale Européenne envisage la possibilité d'installer une colonie sur la Lune. La France fait partie de ce projet. En parallèle, l’agence spatiale russe a annoncé en novembre vouloir créer une base lunaire, où vivront des humains, d'ici à 2050. Cette annonce n'a pas laissé les Etats - Unis indifférents puisque Donald Trump, qui avait annoncé quelques mois auparavant avoir la même idée, à répondu que : «cette fois, il ne s'agira pas seulement de planter notre drapeau et de laisser notre empreinte. Nous établirons une base pour une mission vers Mars et peut-être un jour au-delà». Une ambition forte, même si aucun américain ne s’est rendu dans l’espace  en huit ans.

https://lh6.googleusercontent.com/xThb4eRFYgxeo_NIV1TeCeCOQZlutj2MwqQcwpeuW-ioAgyLClSI4XnYD4N4vcgJ4d75n8l4plI6S1ECNpYyGp_YUxkWfbuP95Ny2Ds37JFFbgpI5VQ83HZymKWwKxMXG42KCk1P


 La Lune, une destination qui ne fait pas l'unanimité

Cette ambition de conquérir l’espace laisse toutefois émerger des conflits. En effet, beaucoup de personnes s’opposent à ce projet . Tout d’abord, car ce voyage représente des sommes impressionnantes et seuls les milliardaires de la planète pourront se permettre cette dépense. 

Ensuite, voyager dans l’espace n’est pas sans risque pour l’écologie. Envoyer une navette spatiale (le plus petit modèle) consomme pas moins de 300 000 litres de kérosène. Envoyer des navettes plus grandes laisse donc penser qu’il faudra encore plus de kérosène, non sans conséquences pour la planète, sans compter l'impact carbone pour la fabrication de la fusée et de ses composants.

Etant donné que le nombre de milliardaires dans le monde s’est envolé ces dernières années, supposons que tous décident de faire ce voyage, cela engendrerait des dépenses énergétiques faramineuses. Ensuite, les débris de fusées, par exemple des morceaux de premiers étages planent dans l'espace. En 60 ans, c’est plus de 6.300 tonnes de déchets qui ont été accumulés, et avec le tourisme lunaire, cela pourrait devenir de plus en plus préoccupant. 

Enfin, voyager dans l’espace ne représente aucun réel intérêt. Les fusées ont des hublots très épais qui ne permettent pas une bonne visibilité sur l’extérieur et la vue de la Terre n’est que très succincte.

https://lh5.googleusercontent.com/lTdHq-fpDEolspmJQxr7pzcmEJlNAq1Pf-RErDkxK3BtSidWFUkIAAL8iaF7GSJtbgu6zUX3pBer2yogdfENzI5Be3RyUc8XFTycKPW75UrPBOgrlVSImhm8TI7eabAigdgVFAjf

La course des PDGs

Les dernières innovations technologiques qui visent au développement du tourisme spatial et lunaire sont réalisées par plusieurs grands acteurs du marché spatial, notamment Space X, Virgin Galactic et Blue Origin. 

En septembre 2018, Elon Musk, chef d’entreprise de Space X annonce avoir son tout premier client pour un vol touristique vers la Lune. Ce voyage lunaire a été annoncé mais ne pouvait cependant pas se concrétiser, puisque la fusée, nommée à ce moment  BFR pour "Big Falcon Rocket", qui permettrait ce trajet était encore en développement. Le client, resté secret pendant quelque temps n’est autre que Yusaku Maezawa, un riche japonais  collectionneur d’art. 

En février 2020, l’ambition d’un voyage vers la Lune se concrétise : Space X présente sa nouvelle version du BFR, et le re-baptise Starship. Son prototype est achevé et pourrait, dans le cadre d’une collaboration avec la NASA, aller sur Mars avec des passagers professionnels. Cette fusée, en plus d’avoir des ambitions pour envoyer des astronautes vers Mars, aurait la capacité d’envoyer des touristes en orbite autour de la Lune. Finalement, le collectionneur d'art contemporain Yusaku Maezawa, est le premier touriste au départ d’un vol touristique autour de la Lune à bord du Starship en 2023 ! Six ou huit autres artistes seront également du voyage, invités par Maezawa lui-même.

 https://lh6.googleusercontent.com/7Wihs6B_rpADvrkSau41hq2mdYOYrwJetLZSGaDwd75GEaHJ6gTp4fdzE7SNUuTFObVHrS80YQLTr6ZkDZWIw2-IlxVD-vr-I2ZNBDT0GMEotg-cdg5mKKkz9xymg6LxdGqTb3S2https://lh4.googleusercontent.com/kgQjafOQ7PIfZRX5PYlww0MVZDllzY50b_TgUCMBx1sa2grDLo6Cb_lqc99ISVPigMce79wEPE7NO_KWHsRZ0xMXBKXzVnsWGmqMD2wO8do2MzN_4aiX50nHNyF4B3RJYovZlCjl

Du côté de l’entreprise Blue Origin, des innovations se développent mais il semblerait que le tourisme lunaire ne soit pas encore d’actualité. Le 23 janvier 2019, la fusée de la société spatiale américaine Blue Origin, du patron d’Amazon, Steve Bezos, a réussi son dixième vol d'essai, atteignant une altitude approximative de 107 kilomètres. Soit 7 kilomètres au-dessus de la frontière de l'espace fixée par la convention internationale. Rappelons que la capsule, située au sommet de la fusée New Shepard, est prévue pour transporter six passagers-astronautes, et ce, pour un voyage de 11 minutes au-dessus de la frontière de l’atmosphère. 

En février 2019, la société Virgin Galactic avait envoyé pour la première fois de son histoire une personne dans l’espace, aux côtés des deux pilotes de son vaisseau SpaceShipTwo. Il s‘agit de Beth Moses, instructrice en chef des futurs clients-astronautes, qui devient ainsi la première personne à aller dans l’espace comme passagère de Virgin Galactic. 

De plus, en octobre 2019, Virgin Galactic présentait les combinaisons spatiales réalisées exclusivement à destination des touristes spatiaux. Créées en collaboration avec la marque Under Armour, ces combinaisons seront réalisées sur mesure pour les voyageurs. Les fibres de celle-ci, des sous vêtements et des bottes ont la capacité de réguler la température du corps et l’humidité. Les voyageurs auront aussi une poche intérieure transparente pour emmener avec eux des photographies de leurs proches. 

Ces combinaisons ont été réalisées avec le soutien de médecins, formateurs d’astronautes, de pilotes et de concepteurs de vêtements et de chaussures. Chaque étape de la conception a été validée par un test en laboratoire dans les conditions correspondant à l'environnement attendu à toutes les étapes de vols touristiques spatiaux.

https://lh6.googleusercontent.com/d4MSkMs3GWZ0FvfF5LcMQxCnIox8Xlwoak8SgEeD1wzzQa5brcAFKVEzVypG-WCKAyNbyvN3UHgdVwS6gBU3KoHpEE2JA90lx1UA9HAxzgRpXvKiDKZdu3lbm52AWVdEmoEfIJj_


Une concurrence qui s’envole

Le concept de tourisme lunaire devient une réelle obsession pour des entreprises spécialisées dans le domaine spatial. En effet, elles y voient l'opportunité de diversifier leur activité, de devenir des précurseurs dans le domaine et d’augmenter leur bénéfices. Ainsi, nous pourront bientôt choisir notre compagnie pour aller voyager autour de la Lune, comme on choisit sa compagnie aérienne pour se rendre dans un autre pays.

Les deux principaux concurrents sont:

  • la société américaine SpaceX. Elle est spécialisée dans les domaines astronautique et spatial. Elle souhaite proposer des vols à destination de la lune dans une fusée nommée Starships (ou BFR) qui est entièrement automatisée et pilotée depuis la terre. Elle pourra transporter dix personnes.

  • la société russe RKK Energia (la plus importante société russe du domaine spatial) en partenariat avec Space adventure, société américaine de tourisme spatial qui permet aux civils de se rendre dans l’espace. Elle propose de transporter deux touristes dans une version améliorée de la capsule Soyouz (vaisseau spatial russe) qui sera pilotée par un astronaute.

Ils ont donc les mêmes ambitions mais pas les mêmes procédés et types de vaisseaux.

On retrouve également sur le marché du tourisme lunaire, la société mexicaine Virgin Galactic qui commercialise des vols suborbitaux, comme le ferait des compagnies aériennes. Elle permettrait ainsi de prendre son billet pour  embarquer en direction de la lune à bord d’un vaisseau de la société Space X ou de la société RKK Energia. 

Enfin,  pour la société Blue Origin le but n’est pas d’avoir son propre vaisseau pour amener des touristes sur la lune mais il est “simplement” d’innover dans le domaine de la fabrication des vaisseaux. 

Le tourisme lunaire s'apparente donc à un luxe difficilement accessible. La conquête de ce nouveau marché n’est pas sans risque pour l’environnement, et les PDGs millionnaires à la tête des sociétés spatiales, sont prêts à tout pour l’obtenir, tant les enjeux sont importants. Si cela est possible, c’est grâce aux progrès scientifiques et techniques. Mais le tourisme lunaire n’est qu’à son commencement, de nombreuses avancées sont à prévoir: la suite dans l’espace...

Le Saviez- vous ?

La Lune c’est: 

  • le cinquième plus grand satellite naturel du Système solaire

  • le seul satellite naturel permanent de la Terre

  • Elle existe depuis 4,53 milliards d’années

  • Distance de la Terre: 384 400 km

  • Sa superficie: 37 871 220,85 km2

Sources

 L'humanité pollue aussi l'espace, et c'est de pire en pire

Publication le 06/04/2018, Jean-Paul Fritz - Le Nouvel Obs 

Tourisme lunaire : SpaceX va envoyer une bande d'artistes autour de la Lune

Publication le 18/09/2018, Rémi Decourt - Futura Sciences 

Avec Soyouz, il vous en coûtera de 150 à 180 millions de dollars pour tourner autour de la Lune 

Publication le 27/09/2018, Rémi Decourt - Futura Sciences 

Non au tourisme Lunaire

Publication le 23/09/2018, Jean-Marc Dupuis - Santé Nature Innovation

Mars, Lune, Tourisme... Les prochains objectifs de la conquête spatiale

Publication le 10/07/2019, Anthony Audureau - C News 

Virgin Galactic présente ses combinaisons de vol pour ses touristes de l'espace

Publication le 18/10/2019 - Sciences Avenir 

Tourisme spatial : Virgin Galactic présente ses combinaisons de vol « Star Trek »

Publication le 19/10/2019 - 20 Minutes  Nouveau test de la fusée de tourisme spatial de Blue Origin

Publication le 11/12/2019 - La Croix

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa cherche une "partenaire" pour un voyage sur la Lune

Publication le 14/01/2020 - BBC News 

Tourisme Spatial : 225 000 Euros Pour Le Premier Billet Pour l’Espace !

Publication le 15/01/2020, Désirée de Lamarzelle - Forbes 

SpaceX : la Nasa enthousiaste après le succès du test du Crew Dragon

Publication le 23/01/2020, Rémi Decourt - Futura Sciences 

Opinion | Quand les start-up se lancent à la conquête de l'espace

Publication le 04/02/2020, Pierre-José Billotte - Les Echos 

SpaceX se lance dans le tourisme spatial à une altitude jamais atteinte

Publication le 19/02/2020, Marcus Dupont-Besnard - Numerama

Tourisme spatial : les places à bord de Crew Dragon de SpaceX sont en vente !

Publication le 20/02/2020, Rémi Decourt - Futura Sciences 


INARD Valentine, PAJTAK Maud, RATEL Anaïs
2 COM A - IUT 2 Grenoble