Les constellations définies par les Grecs dans l’Antiquité

Publié par Enguérand Pavlov-Roynard, le 30 mars 2021   5.4k

images libre de droit Pixabay


Les étoiles et les constellations ont joué un rôle fort dans la vie des Grecs de l’Antiquité. Ces derniers les ont étudiés et y ont apposé leur mythologie, tout en conservant une approche scientifique. À travers cet article, vous pourrez comprendre la manière dont ces dernières ont été découvertes, leur place dans la vie des Grecs et les outils de mesure.

     1.La découverte des constellations

Les constellations que nous connaissons aujourd’hui ont été définies officiellement en 1930 par l’Union astronomique. Cependant, leur découverte n’est pas nouvelle et remonte bien avant 1930. Les 88 constellations qui composent notre ciel avaient déjà été déterminées, car elles datent de l’antiquité pour la plupart. Les autres ont été définies durant les deux derniers millénaires.

Les constellations existent depuis longtemps dans toutes les cultures et civilisations. Elles remontent bien avant les grecs, car les hommes de par le monde ont toujours été doués pour reconnaître diverses formes à travers la nature, plus particulièrement dans notre voûte céleste qui a toujours su attirer les regards. Les cieux étant l’un des plus grands mystères de cet existence.

Les premiers écrits et les premières preuves matérielles sur les constellations, ont été découvertes dans le territoire où se trouvait la mésopotamie. L’un des premiers écrit sur les constellations, un texte religieux nommé “Prières aux dieux de la nuit”, a été rédigé en -1700 à Babylone. Ce texte mentionne quatre constellations, dont le chariot ( qui compose la constellation que l’on nomme aujourd’hui la grande ourse), l’amas des pléiades et trois étoiles dites individuelles. D’autres écrits remontant au treizième siècle avant notre ère, évoquent des figures dans le ciel qui se réfèreront aux constellations par la suite.

Tablette circulaire représentant un planisphère céleste
 indiquant la position des constellations

Mais grâce à ces écrits on s’est aperçu que les mésopotamiens n’avaient découvert que quelques constellations en -1300. C’est à partir de 600 avant JC que certaines tablettes rédigées en écriture cunéiforme, listaient plus d’une trentaine de noms de constellations.

L’astronomie grec à été considérablement influencée par les babyloniens, bien plus que par exemple l’astronomie égyptienne, malgré un contact direct entre ces deux civilisations.

Les Grec, en comparaison aux Babyloniens et aux Égyptiens, avaient une approche moins religieuse et basée principalement sur la recherche et les sciences. 

Ce sont eux qui ont défini la majorité des constellations que l'on connaît aujourd'hui. Ils ont réalisé de nombreuses études ainsi que des écrits, aujourd’hui encore véridiques pour la plupart.

     2. La place des constellations dans la vie des Grecs de l’Antiquité (la mythologie) 

Les constellations et les étoiles qui les composent ont toujours été des inspirations pour les Grecs de l’antiquité. C’est ainsi qu’ils les ont individuellement associés au éléments de leur mythologie, incarnant alors des Dieux et Déesses. Chaque planète du système solaire correspond à une divinité et tire son nom de la version romaine de ces Dieux.

Tout d’abord, avant de comprendre comment s’articule la vie quotidienne des Grecs au travers des constellations, il serait intéressant de connaître quelle divinité principale est associée à quelle étoile et planète:

Statues Grecques 

  • Les divinité principales:

Hélios: cette étoile correspond au soleil. Sa seule fonction est d’éclairer la terre durant la journée, en portant l’astre lumineux dans son char. Il traverse le ciel de part et d’autre, durant tout le jour et répète ce processus continuellement.

Aphrodite: cette planète fait référence à la déesse Vénus, fille d’Ouranos. Elle incarne la déesse de l’amour et de la beauté et a été au cœur de nombreux mythes de la mythologie.

Arès: cette planète fait référence à Mars, le dieu de la guerre.

Zeus: cette planète fait quant à elle référence à Jupiter, le dieu tout puissant et qui gouverne le monde du haut de son palais l’Olympe.

Poséidon: cette planète du système solaire représente Neptune, dieu des océans et frère de Zeus. Les Grecs ne l’avaient pas découverte à l’oeil nu, c’est pas la suite qu’elle a été nommée de cette manière.

 

Système solaire

Les savants de cette époque comprenaient que les planètes n’étaient pas réellement des Dieux, car ils étaient en mesure de les étudier.

  • Les constellations qui composent notre ciel

Quant aux constellations, elles sont une association de plusieurs étoiles, formant une personne, un objet ou un animal et racontant une histoire. Douze constellations du zodiaque composent le ciel et correspondent à un mois de l’année. Elles n’ont pas toutes été découvertes par les Grecs, car certaines remontent à des populations plus anciennes. Ces derniers y ont simplement appliqué leurs croyances.

D’après le dictionnaire le Robert, le mot zodiaque correspond à la “zone circulaire du ciel dans laquelle le Soleil et les constellations se lèvent au cours de l'année”.

Signes du zodiaque

Les douzes signes du zodiaque sont les suivant:

Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons.

Voici quelques exemples de signes du zodiaque et des légendes qui leurs sont associées.

  • Le Verseau incarne une de ces constellations. Pour les grec, il correspond au fils de Prométhée nommé Deucalion, qui navigue sur les mers du Déluge. Cette dernière reflète la zone dans le ciel où se concentrent de nombreuses constellations aquatiques comme les Poissons ou la Baleine.

  • Le Poisson correspond quant à lui, d’après la légende grecque, à  la fuite d’Aphrodite et Eros (son fils) transformé en poisson, pour échapper à Typhon.

  • Le Taureau incarne Zeus, Dieu phare de la mythologie grecque, s'étant transformé en cet animal pour enlever et s’unir à Europe.  

Les constellations avaient donc une place importante dans la Grèce Antique, car elles étaient synonymes de périples vécus par les Dieux ou les héros. Artemis (déesse de la chasse, accouchement), avec ses flèches peut par ailleurs ajouter des constellations dans le ciel. Cette action se nomme la Catastérisation (du grec aster qui signifie étoile). Elle a notamment été utilisée dans l’une des versions de la mort d’Orion (un chasseur).

Ces constellations reflètent donc la vie des Dieux et étaient dans les croyances, une preuve de leur toute puissance.

Carte du ciel composée de toutes les constellations. 



     3. Les outils de mesures

Les Grecs, pour pouvoir observer et analyser les astres, ont eu besoin d’instruments. Plusieurs d’entre eux se sont penchés sur la question et ont commencé à inventer des outils et faire des théories. Cependant, il est assez compliqué d’être exact concernant la date de création de ces inventions. 

Il existe deux grands outils principaux, qui ont servi aux Grecs pour observer le ciel dans l’Antiquité. Ces deux instruments se nomment la sphère armillaire et l’astrolabe.  

  • La sphère armillaire

Un des grands instruments de mesures de l’époque se nommait la sphère armillaire. Nous ne connaissons pas exactement son inventeur, mais cette invention est basée sur le modèle de Ptolémée, le géocentrisme. En effet, à cette époque les Grecs pensaient que la Terre était le centre de l’univers. Ils essayaient de comprendre les astres en fonction de ce qu’ils pouvaient voir. Ceci est une représentation de leur vision. La sphère armillaire était non seulement un outil de mesure mais aussi un outil pédagogique.  

Une représentation d'un astrolabe

Représentation de la sphère armillaire

        Son utilisation 

Cet instrument est composé de plusieurs anneaux qui représentent les grands cercles du ciel. La Terre est donc au centre de cet outil, si l’on continue vient l’anneau à l’horizontale, qui représente l’horizon locale fixe. C’est le grand anneau de face qui permet de mesurer les angles de hauteurs, il est gradué en degré. On peut aussi retrouver la représentation du soleil dans cet instrument. Le schéma ci-dessous permet de mieux situer ses éléments :

Schéma décrivant les éléments de la sphère armillaire

Grâce à cette sphère les Grecs pouvaient déterminer l’heure et la position des astres. Il suffisait alors de rajouter des éléments de visées à la sphère, pointer un astre et grâce à l’anneau gradué on pouvait déterminer ses coordonnées

  • L’astrolabe

L'astrolabe est l’un des premiers outils pour observer le ciel dans l’Antiquité Grec. Son inventeur est Hipparque, et il existe différents types d'astrolabes, plan universel, sphérique ou encore en plan équatorial. C’est un outil assez difficile à concevoir. Les astrolabes sont considérés comme de vraies œuvres d’art puisqu’ils étaient souvent joliment décorés. Cet instrument ressemble beaucoup à la boussole, d’ailleurs il était utilisé en complément sur les bateaux. Il était nommé astrolabe nautique. Nous allons nous intéresser au plus connu d’entre eux, l'astrolabe planisphérique.


L’astrolabe

        Son utilisation

Comme la sphère armillaire, l’astrolabe permet de connaître l’heure mais aussi de s’orienter, calculer, prévoir des phénomènes astronomiques et également d’établir un horoscope. Il y a plusieurs éléments sur la face d’un astrolabe, le tympan, qui se situe sur le fond, est gradué pour donner une latitude. Le trône est l’élément au-dessus, il permet de suspendre l’astrolabe pour le tenir verticalement. Par la suite on retrouve le limbe, qui entoure le tympan, il est gradué en degrés et en heure. Les aiguilles au centre sont considérées comme étant une règle qui permet de lire une graduation sur le tympan ou un élément sur le limbe. L’araignée est l’élément qui représente la voûte céleste et elle peut tourner autour du limbe. Et enfin le cercle écliptique représente les signes du zodiaque. 

Schéma de la face de l’astrolabe

Il y a aussi des éléments au dos de l’astrolabe on retrouve l’alidade qui est comme la règle sur sa face. Mais celle-ci va pointer une graduation sur le calendrier, qui se trouve lui aussi sur le dos de l’astrolabe.

Pour commencer à utiliser cet instrument, il faut le retourner. Sur le dos, on va tourner l’alidade pour faire en sorte que le soleil réfléchisse directement dans la paume de la main. Par la suite on peut alors lire sur le calendrier la date, mais aussi grâce aux signes du zodiaque. Par la suite, il suffit juste de tourner la règle de la face dans la même position que celle du dos. Au devant, on pourra alors lire les autres informations qui sont disponibles, comme la position de l’astre mais aussi l’heure.








Bibliographie:

 

  • Plus de 2.2 millions d’images libres de droits - Pixabay [en ligne], 2021. Disponible à l’adresse : https://pixabay.com/fr/. (consulté le 30 mars 2021)