Réponses aux énigmes de l'expo 2.0 de La Casemate / Semaine du 23 au 27 nov

Publié par La Casemate, le 28 novembre 2020   340

Xl img

Du 23 au 27/11 : “1 jour 1 énigme”

Cette semaine, nous continuons notre découverte 100% numérique sur le thème de la montagne et  de l’exposition Petits Monts et Merveilles.

Lundi 23 novembre

C’est en faisant travailler votre ouïe que nous avons continué la semaine. Qui se cachait donc derrière ces cris ?

Je mange énormément en automne pour faire des réserves de graisse avant d’hiberner pendant plus de 5 mois. Je suis devenue l’un des symboles des Alpes. Qui suis-je ?

Ce sifflement appartient à la marmotte ! Il est parfois difficile de la voir mais son sifflement résonne souvent au cours des randonnées en montagne. Elle prévient ainsi la colonie de notre présence, de celle d’un aigle ou tout autre danger imminent. Sa vie est bien rythmée, une période à hiberner (de mi octobre à mi avril) et une autre pour prendre des réserves (elle double son poids) et préparer ce long sommeil.


Mardi 24 novembre

Les animaux sont nombreux en montagne mais ils sont parfois difficiles à voir si l’on ne se fait pas discret. Il faut alors parfois jouer les détectives et observer le sol pour apercevoir des traces de leur passage mais selon le poids de l’animal, celles-ci peuvent être très légères. Le passage d’un sanglier laissera beaucoup plus de traces que celle d’un campagnol et tout dépendra également de la nature du sol.

Comme nous l’explique l'Office Nationale des Forêts, pour identifier une empreinte, nous pouvons nous aider de différents détails :  

  • La forme du pied : à ongles (cerf, chevreuil, sanglier,…), à pelotes (renard, écureuil,…) ou encore à doigts (oiseaux)

  • L'observation de l'écart entre les empreintes gauches et droites, et leur enchaînement, fournit de précieux indices pour déterminer l'espèce, la taille, l'allure et le poids de l'animal mais l’identification reste parfois difficile.


         

Empreintes de chevreuil                                                    Traces d’animaux dans la neige


Mercredi 25 novembre
Mon chuintement aigu est signe d’inquiétude. Je porte des cornes noires et crochues que j'entrechoque lors de mes combats. Qui suis-je ?

C’est le chamois ! Habitué à vivre en hardes, il chuinte ainsi pour prévenir ces congénères d’un éventuel prédateur (renard, loup, aigle, etc.) ou d’un danger imminent comme une chute de pierre, une avalanche, etc. A ce moment-là, les autres chamois se réfugient généralement sur le versant opposé pour se protéger. Le chamois change de pelage en fonction des saisons : en hiver, il possède un pelage épais et sombre qui le protège du froid. En été son pelage est plus court et lui permet de ne pas souffrir de la chaleur. Il se déplace facilement sur la neige dure où il aime faire des cabrioles et des glissades.


Jeudi 26 novembre 

Jeudi, nous vous proposions de découvrir certains arbres de nos montagnes. C’est eux qui, au fil des saisons, donnent de belles couleurs à nos reliefs.

On distingue deux catégories : 

  • Les feuillus dont les feuilles changent de couleurs et tombent entièrement en hiver : chêne, châtaignier, charme, hêtre, bouleau, etc.

  • Les conifères, aussi appelés résineux, gardent leurs épines toute l’année. Leur nom vient de leurs fruits en forme de cône  : épicéa, sapin, mélèze, etc.


Vendredi 27 novembre
On m’appelle également la Dame Blanche. Bien que ma vue soit excellente, je repère mes proies à l'ouïe. J’avale mes proies entières et je rejette des pelotes comprenant les parties indigestes. Qui suis-je ?

Il s’agissait de la chouette effraie ! Cet oiseau se caractérise par son masque facial en forme de cœur entourant ces petits yeux sombres. Comme la plupart des chouettes et hiboux, elle vit la nuit et il est donc rare de l’apercevoir en plein jour où elle reste dans son nid par peur des prédateurs. Aussi appelée l’effraie des clochers, elle tient son nom de son cri strident qui autrefois, effrayait les villageois.