Une boîte qui rend les bâtiments intelligents

Publié par Marion Sabourdy, le 7 mars 2012   1.7k

Xl immotronic ok

La société Immotronic a développé un boîtier qui met en réseau différents appareils d’un bâtiment pour mieux en gérer la dépense énergétique et la sécurité.

Et si les appareils d’une même pièce ou d’un même bâtiment « dialoguaient » ensemble ? Et s’ils s’associaient pour nous rendre la vie plus facile ? C’est le pari d’Immotronic, société créée à Crolles en mars 2009 et spécialisée dans la gestion de l’énergie et de la sécurité pour les bâtiments du tertiaire comme les bureaux ou les commerces (1).

Pour ce faire, la société a développé un système de gestion qui lui a valu d’être désignée « Jeune entreprise innovante » par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en août 2009. Relié au réseau d’un bâtiment (interne ou externe via une connexion internet), ce boîtier permet de contrôler la dépense d’énergie et la sécurité des locaux.

Capteurs EnOcean

Le fondateur d’Immotronic, l’ingénieur Philippe Cavenel, formé à l’Ecole Ensimag et passé chez Bull et STMicroelectronics, explique le principe : « un bâtiment est caractérisé par divers paramètres ou « données entrantes » : la température, l’humidité, la luminosité, la présence de fumée ou d’intrus, explique-t-il, schéma à l’appui (voir ci-dessous), en parallèle, on trouve toutes les données « sortantes », c’est-à-dire celles qu’on maîtrise ; l’éclairage, le chauffage et les divers équipements électriques (stores, volets, lave-linge…) ». Selon l’ingénieur, le but de leur système de gestion est de prendre en compte de manière autonome toutes les données entrantes pour ensuite piloter les données sortantes et faire en sorte que le bâtiment consomme moins d’énergie et soit plus sécurisé. C’est la notion de « smart environment » ou environnement intelligent. Bien sûr, les utilisateurs du bâtiment restent maîtres du système de gestion, qu’ils pilotent via un ordinateur, une tablette ou un smartphone.

Schéma de principe d’un système de gestion type

Pour récupérer les « données entrantes », Immotronic a fait le choix d’utiliser des capteurs équipés de la technologie développée par la société EnOcean. Semblables à des interrupteurs, ils ne comportent pas de pile, ni de câble, sont autonomes en énergie et bon marché. « Equiper une chambre d’hôtel de ces capteurs prend moins de temps que de la nettoyer » affirme Philippe Cavenel.

Installés dans une salle de réunion, les capteurs et le boîtier permettent par exemple d’associer le chauffage avec le logiciel de réservation de la salle afin de déclencher les radiateurs avant une réunion et les stopper peu après pour ne pas gaspiller d’énergie. Autre possibilité : éviter au système de disjoncter en lui permettant de couper automatiquement un appareil non utilisé au moment où l’utilisateur en branche un nouveau. « Les applications envisageables dans un bâtiment sont en nombre illimité, dont les réalisations seront progressivement tirées par les contraintes énergétiques, telles que la mise en place progressive de la Smart Grid ».

Boitier PlaceTouch, Interface sur tablette tactile, et quelques capteurs

Afin de rendre leur offre plus flexible, Philippe Cavenel et son associé Lionel Balme, formé au Laboratoire d’informatique de Grenoble, se sont inspirés du fonctionnement des smartphones. « Nous fournissons aux utilisateurs un ensemble d’applications basiques, explique Lionel, s’ils ont besoin d’une application bien précise, soit ils la téléchargent sur un site dédié – l’équivalent des web stores de smartphones - soit ils la développent eux-mêmes et la mettent à disposition des autres utilisateurs ». La simplicité d’utilisation et l’approche « open source » permettent à Immotronic de se différencier des sociétés qui ont développé des logiciels complexes et propriétaires.

« Comme sur un Smartphone »

La société est actuellement en fin de phase de prototypage industriel. « La division étude et recherche d’EDF, à Clamart, nous a commandé un prototype et un scénario d’utilisation à la fin de l’année 2011 ». A la clé : prouver que le système fonctionne pour une série de gestes simples (entrer dans une salle, ouvrir les volets, allumer les lampes…). Et sachant que la technologie d’EnOcean est en train d’être majoritairement intégrée aux équipements électriques produits par les grandes sociétés du secteur, on peut avancer qu’Immotronic a de beaux jours devant elle.

Note :

  1. En parallèle de cette activité, Immotronic sous-traite, de manière confidentielle, une activité de recherche et développement autour des interfaces hommes / machines pour d’importants groupes.

Illustrations : toutes les illustrations proviennent de la société Immotronic. Image de Une : premier prototype du boitier PlaceTouch