VS Technologies souffle le verre du CEA

Publié par Michel Queruel, le 10 décembre 2012   2.8k

Xl souffleurverre

La réalisation de matériel scientifique en verre demande une précision chirurgicale. Grâce à VS technologie et ses souffleurs de verre, le CEA dispose d'un fournisseur de choix.  

Une fois par semaine, Benoît Eyraud, PDG de l'entreprise lyonnaise VS Technologies spécialisée dans le soufflage de verre se rend sur le site du CEA Grenoble. L'objectif ? Rendre visite aux chercheurs utilisant ses équipements scientifiques en verre afin de s'assurer que tout se passe bien. Chercheur au sein du Service de Physique des Matériaux (DSM / INAC / SP2M / SINAPS), Thomas Charvolin est un de ses fidèles clients : « Nous nous rencontrons pour définir ensemble la manière de réaliser des tubes en quartz. Nous apprécions la société car elle réagit très rapidement. Elle nous fournit de la verrerie sur mesure et hautement performante. C'est important dans notre cas puisque les tubes dans lesquels nous déposons nos échantillons de matière sont introduits dans des fours qui peuvent atteindre 1000 degrés ».

En général, Benoît Eyraud en profite pour prendre d'autres commandes. Il peut s'agir d'une petite colonne à distiller, d'un tube en pyrex destiné à réaliser un test de vieillissement, d'un simple flacon en pyrex ou d'un panier en quartz dans lequel le chercheur déposera des échantillons de matière en vue de les analyser.

Station de soufflage de verre aux portes ouvertes du College des sciences des minéraux et de la terre (EMEX)

Créé en 1994 à partir d'un petit noyau de souffleurs de verre expérimentés, la petite entreprise a du mérite à se développer car elle évolue dans un métier .. en voie de disparition. Il existe très peu d'entreprises artisanales dans le monde capables, comme elle, de réaliser des objets en verre d'une précision aussi élevée. La société qui a réalisé 2,4 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011 avec 14 salariés emploie des souffleurs qui perpétuent une technique dont on situe l'apparition environ 50 avant Jésus-Christ !

L'opération de soufflage ne tolère pas la moindre erreur : en même temps qu'il chauffe le verre avec son chalumeau (à une température voisine de 1500 degrés) afin de le liquéfier, l'opérateur souffle en permanence avec sa bouche dans un petit tuyau afin de maintenir le verre en pression et donner le volume voulu à l'objet qu'il confectionne. Grâce à leur habileté, les souffleurs sont capables de réaliser des tubes dont le diamètre avoisine... le millimètre ! Ce métier impose un degré de technicité particulièrement élevé selon son PDG : « un souffleur peut passer une journée entière sur une pièce... qui finit par se briser le soir ».

Souffleur de verre pour de l'équipement en chimie, Université de l'Iowa (1938)

Quand il vient rencontrer ses clients grenoblois, Benoît Eyraud discute avec eux des prochains projets : « dans la mesure où nous réalisons essentiellement des pièces uniques, la conception d'un objet se fait en partenariat étroit avec le futur utilisateur ». Le chercheur lui présente généralement un plan qui sert de base à la discussion. Quel est le but de la manipulation envisagée ? Quel produit va circuler à l'intérieur de l'objet en verre ?  Dans quel ensemble cet objet sera-t-il intégré ? Dans quel environnement sera-t-il installé ? Qu'elle sera la température ambiante ?

A partir de ces éléments, le patron lyonnais commence à se faire une idée plus précise du "mouton à 5 pattes" qu'il devra réaliser : « dans la moitié des cas, je propose à mon interlocuteur des modifications, des adaptations ou, quelques fois, une solution alternative ». Il se considère comme un conseil : « je dois attirer son attention sur d'éventuelles  difficultés techniques, l'impossibilité de réaliser une opération de vissage, par exemple, et sur les risques encourus ». Bien que  la concurrence internationale s'avère extrêmement vive dans son domaine, Benoît Eyraud reste optimiste: « grâce à notre diversification vers les ensembles clé-en-main et nos efforts à l'export, nos ventes progressent régulièrement  ». La société est particulièrement fière du dernier contrat réussi : la réalisation et l'installation de tout l'appareillage verrier du laboratoire de chimie de l'université du roi Abdallah à Djeddah en Arabie Saoudite !

>> Source : Journal interne du CEA Grenoble n°161, septembre 2012

>> Illustration : VS Technologies, pennstateliveThe University of Iowa Libraries (Flickr, licence cc)