Chamrousse, le plus vieil océan de France ! Echosciences sur RCF-Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 8 avril 2024   470

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 4 avril 2024, par Marion Sabourdy, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Marion Sabourdy, coordinatrice de la Fête de la science en Isère à Territoire de sciences. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Marion !

Bonjour Nicolas ! Alors, est-ce que vous avez préparé votre maillot de bain ? Je vous emmène découvrir le plus vieil océan de France, accessible en 45 minutes depuis vos studios !

De quel océan me parlez-vous Marion ?

De Chamrousse !

Oula, la montagne aurait bien changé alors !

Précisément Nicolas, elle a bien changé depuis… 350 millions d’années. Bon, je vous avoue, c’est mon poisson d’avril, péché sur Echosciences dans une série de vidéos conçues entre autres par deux enseignantes-chercheuses et une chargée de communication de l’Institut des sciences de la Terre de Grenoble. Il s’agit de courtes vidéos très pédagogiques, avec des animations et de sublimes plans sur les montagnes autour de Grenoble.

Alors Marion, dans le passé, à la place de Chamrousse, il y avait donc un océan ?

Oui Nicolas. A Chamrousse, on retrouve les restes d’un plancher océanique, c’est-à-dire des roches qui étaient immergées au fond d’un océan il y a très très longtemps.

OK, je comprends mieux. Mais si elles ne sont plus sous l’eau maintenant, que s’est-il passé ?

L’histoire commence par une collision entre deux croûtes continentales qui bordaient le plancher océanique et qui l’ont coincé et porté en altitude. Ensuite, le tout s’est érodé et un nouvel océan est arrivé, nommé Thétys. Des sédiments se sont déposés, formant ce qui deviendra le Vercors et la Chartreuse. Mais souvenez-vous, le reste de notre vieux plancher océanique est toujours là et il a été à nouveau porté en altitude, grâce à la formation des Alpes. Hop, voilà Chamrousse !

Et chose incroyable, ce plancher est à l’envers ! Plus on monte vers la Croix de Chamrousse, plus on va en profondeur. Tout en haut, on retrouve notamment une roche de couleur verte, la serpentinite.

Wahou, ça fait rêver comme nom. Vous en avez d’autres ?

Oui Nicolas. J’ai découvert les fulgurites (j’adore ce nom).

Un vrai nom de super-héros !

A vrai dire, la création de ces roches ressemble à la genèse d’un super-héros. Lors d’un impact de foudre, les conditions de pression et de température sont équivalentes à celles rencontrées dans les profondeurs de la terre. Les roches foudroyées se transforment partiellement, jusqu’à la fusion. Et paf, ça fait des fulgurites !

Merci Marion pour ce voyage dans le temps et l’espace ! A propos d’océan, vous souhaitiez nous faire une petite annonce.

Oui Nicolas. Il se trouve que la prochaine Fête de la science, du 4 au 14 octobre, sera sur le thème des mers et des océans. Un appel à participation est en cours, jusqu’au 15 mai. Alors si vous habitez en Isère et que vous êtes scientifique, médiateur ou membre d’une association de passionnés de géologie, de paléontologie ou de toutes autres sciences, n’hésitez pas à proposer un événement sur le site fetedelascience.fr

Merci Marion. Et comme d’habitude, les vidéos que vous avez citées sont accessibles sur le site echosciences-grenoble.fr. A bientôt Marion !

A bientôt Nicolas

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)