Full image blog

Communauté

Le Master CCST

Les portes de la perception… sont ouvertes

Publié par Pierre Jacquet, le 4 mars 2013   2.2k

Xl echoscienceillustr 0

Dans le cadre de son cours de journalisme en Master en communication scientifique, Pierre Jacquet a interviewé un chercheur qui tenait le stand "Lumière et Couleurs" à la dernière Fête de la Science à Grand'Place.

Nous percevons le monde à travers la lumière et les couleurs : la neige est blanche, le ciel est bleu et la nuit les chats sont gris. Mais quel phénomène physique explique cela ? Je suis allé chercher les réponses au stand "Lumière et Couleurs" à Grand’Place Grenoble, lors de la Fête de la science en octobre dernier.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en précisant les raisons pour lesquelles vous participez à la Fête de la Science ?

Je m’appelle Hadrien Grasland, 21 ans. Je suis thésard à l’Institut Néel, une unité du CNRS spécialisée en recherche fondamentale de la physique de la matière condensée : nous étudions les propriétés des matériaux. Ma thèse consiste à étudier le comportement des supraconducteurs soumis à un champ magnétique ou électrique. Ces matériaux ont l’étonnante caractéristique de repousser les champs magnétiques et bénéficient d’une résistance électrique très faible.

Hadrien Grasland derrière le stand qu'il a animé lors de la Fête de la science

Je participe à la Fête de la science car je pense qu’il est important de communiquer ce qui se passe dans nos laboratoires, même si on ne peut pas toujours tout expliquer… Si nous rencontrons des enfants curieux, nous pouvons leur donner un peu d’avance sur ce qu’ils vont voir en cours et peut être même leur donner goût aux sciences !

Quel est le thème de votre atelier ? Quels phénomènes voulez-vous faire comprendre au public ?

Notre atelier a pour but d’expliquer au public les phénomènes liés aux couleurs qui composent la lumière blanche. A l’aide d’un prisme, nous arrivons à décomposer la lumière blanche en plusieurs couleurs distinctes : c’est un spectre de couleurs (un peu comme un arc-en-ciel). Ce phénomène s’appelle la dispersion, nous faisons ainsi comprendre au public que la lumière blanche est en fait constituée de la somme de toutes les couleurs existantes. C’est à partir de ce moment que nous abordons les couleurs primaires : le rouge, le vert et le bleu.

La lumière blanche est constituée d’énormément de couleurs, cependant, notre œil ne voit que les trois couleurs primaires et considère que les autres couleurs sont un mélange de ces dernières. Cela signifie que nous pouvons obtenir l’ensemble des couleurs perçues par l’œil humain simplement en mélangeant trois couleurs. Il est aussi important de rappeler que nos yeux voient la couleur des objets à travers la lumière. Je m’explique : lorsque la lumière blanche est projetée sur un objet que nous voyons vert, celui-ci absorbe toutes les couleurs du spectre sauf une : c’est vert. S’il n’y avait pas de lumière, il n’y aurait pas de couleurs !

Kit du Musée des sciences et de la technologie du Canada pour découvrir les propriétés de la lumière

Quel est l’état de la recherche dans ce domaine? Y a-t-il des applications industrielles concrètes ?

L’avancement de la connaissance est assez évolué et stable pour ne plus faire de recherches fondamentales. Les applications sont nombreuses. Si on veut, dans un domaine industriel, obtenir des couleurs précises il y a deux solutions : la synthèse additive qui a pour principe de mélanger les trois couleurs primaires (base des écrans à LED) et la synthèse soustractive dans laquelle on part du blanc et on enlève les couleurs dont nous n’avons pas besoin (c’est le cas de l’imprimerie). Dans les deux cas et grâce à ces techniques, nous pouvons obtenir toutes les couleurs disponibles !

>> Infos : cet article a été rédigé dans le cadre du cours de journalisme de Muriel Jakobiak aux premières années de Master en communication scientifique à l'Institut de la Communiction et des Médias de l'Université Stendhal. Retrouvez "See'Tea'Zen"", le journal conçu par Pierre en PDF en bas de l'article.

>> Illustrations : Pierre Jacquet, mstcweb (Flickr, licence cc)