Communauté

Le Master CCST

Ramène ta flore : Une application pour sensibiliser à la conservation de la flore alpine !

Publié par Galanne Cestre-Lambert, le 4 novembre 2021   1.4k

Dans le cadre du projet CROSCUS, en tant qu’ étudiant.e.s du Master 2 "Communication et culture scientifiques et techniques", nous sommes partis à la rencontre de Flore Sentinelle : un dispositif d'échange et de mutualisation autour de la conservation de la flore alpine. Suite à cette semaine d’immersion et de rencontre, nous avons conçu des prototypes de communication interne ou à destination de divers publics afin de faire découvrir Flore Sentinelle.

Une semaine sur le terrain à la découverte de Flore Sentinelle

Dans le cadre du projet CROSCUS, porté par le Labex ITTEM et le Master Communication et Culture Scientifiques et Techniques (CCST) de Grenoble, nous sommes partis au cœur des Alpes à la découverte du programme Flore Sentinelle. Mis en place en 2008, il s'agit d'un des dispositifs du dispositif du projet Sentinelles des Alpes. Son objectif est de développer les échanges, et de mutualiser les compétences et les connaissances des différents acteurs de la conservation de la flore à l’échelle du massif alpin. 

Durant une semaine, nous sommes allés sur le terrain, à la rencontre de professionnels en charge du dispositif (botanistes, chargés de communication, chargés de mission) issus de divers organismes et institutions. Parmi eux, le Conservatoire Botanique National Alpin  (CBNA), le Jardin du Lautaret, le Parc National des Écrins ainsi que le Parc Naturel Régional du Queyras. L’objectif de cette semaine était d’appréhender le fonctionnement effectif de Flore sentinelle en vue de travailler sur des plans et outils de communication répondant aux différentes problématiques formulées par le CBNA en charge de l’animation du dispositif.

Crédit photo : Alexandre Gros

De l’idéation au prototypage : conceptualisation d’un dispositif transmédia

Après la découverte sur le terrain, nous sommes  entrés dans la seconde partie du projet visant à conceptualiser des dispositifs de communication et/ou de médiation transmédias.

Pour nous aider dans cette tâche, nous avons été encadrés par Laura Schlenker, vidéaste et formatrice dans l’éducation aux médias chez la Fabrique Média.

La première étape a été de définir, par groupe, une problématique à laquelle répondre et émanant des résultats de l’enquête de terrain. Ensuite, nous avons dû imaginer le profil de la personne à qui s’adresse notre projet de communication, on appelle cela un persona. Cette étape a été restituée de manière visuelle sous la forme de poster (voir le notre ci-dessous). 

Crédit photo : Clémentine Martin

Outre les périodes de réflexion et de travail en petits groupes, nous avons participé à différents exercices et phases d’idéation collective visant à éveiller notre créativité et affiner nos concepts.

Par exemple, à partir des problématiques et personas de chaque groupe, nous avons tous ensemble échangé et proposé des idées de concept. Cette phase collective a été très utile aux groupes qui, une fois les idées triées, ont pu affiner et consolider leur projet.  

Après cela, les groupes ont présenté leur idée de prototype. Résultats des courses : des jeux, une application, un séminaire et une mallette interactive. Nous avons ensuite consacré une journée au prototypage de notre dispositif.  L'occasion pour notre équipe, “les P’tites Fleurs", de développer notre concept d’application. 

Crédit photo : Galanne Cestre-Lambert

Une application pour sensibiliser à la préservation de la flore

La sensibilisation à la préservation de la flore fait partie des enjeux du dispositif Flore Sentinelle. Nous avons donc élaboré notre problématique à partir de cela en axant sur une communication externe. L’idée de notre projet est de transformer les randonneurs occasionnels en acteurs de la préservation de la biodiversité. Les notions “d'acteur" et de "sensibilisation" nous semblent importantes, elles incluent une dimension supérieure dans l'action d'informer ; elles induisent une modification des mentalités et, par extension, un appel à une évolution des pratiques en place. Pour cela, nous proposons de développer une application utilisable  hors ligne  pour que le public puisse en profiter lors de ses randonnées. 

Par “randonneurs occasionnels”, nous entendons des personnes qui pratiquent et connaissent la montagne, mais qui ne sont pas expertes, dont les connaissances et la compréhension des enjeux restent lacunaires. Il peut s’agir d’individus relativement sensibles aux questions de préservation de la biodiversité, mais dont les connaissances partielles les empêchent de devenir acteurs, voire, pire, dont les pratiques peuvent être incohérentes quant à leurs engagements.  

Notre projet d’application s’articule en deux parties : 

  • une "visite" virtuelle interactive, utilisable en amont de la randonnée, pour préparer le terrain ou, en aval, afin d'identifier certains éléments croisés lors de la sortie ;
  • Une rubrique "Défis" afin de mettre en application, de manière ludique, les éléments appréhendés, notamment grâce à la visite virtuelle, auprès d'autres usagers, mais aussi essaimer le savoir, et former de potentiels nouveaux ambassadeurs du dispositif "Flore sentinelle".

Une des volontés derrière le fait de développer l’application fût que chacun puisse reproduire, de son côté, ce que nous avons eu la chance de vivre avec les acteurs de Flore sentinelle sur le terrain ; à savoir des  visites guidées avec des explications scientifiques, ainsi qu’une présentation des protocoles. Le concept étant, par le biais de ce dispositif et de ces différents médias, de sensibiliser l’utilisateur à la préservation de la flore et de rendre accessible les enjeux de la méthode scientifique . L’idée globale est de contribuer à l'évolution de certaines pratiques de la montagne. 

Pour mener à bien cela, nous avons d’abord fait un état de l’existant, identifié les moyens à mettre en œuvre, schématisé et prototypé notre application. Puis nous avons participé à une phase de test collective, avec les autres membres de notre promotion. 

Nous voulions analyser et améliorer l’ergonomie et l'attractivité de notre dispositif et, par extension, savoir si l’usage de notre application enjoint ou non à devenir acteur de la préservation de la biodiversité. Nous travaillons encore actuellement à l’amélioration de notre projet, son concept, son caractère intuitif et sa charte graphique, avec comme objectif de le présenter à l’ensemble de la communauté Flore sentinelle. Cette dernière pourra ensuite s’en inspirer, voire adapter et faire évoluer (ou non) ses actions de communication aux enjeux et aux publics que nous avons identifiés. 

Affaire à suivre... 

Découvrez en détail le déroulé de cette semaine de création juste ici : 

Et la suite par ici : 

Cet article a été écrit par Galanne CESTRE-LAMBERT, Clémentine MARTIN, Thomas PELLISIER, étudiant.e.s en Master 2 "Communication et Culture Scientifiques et Techniques".

Crédit photo de couverture : Galanne Cestre-Lambert