Expliquer son sujet de thèse en 3 minutes chrono : le grand défi de MT180

Publié par Communauté Université Grenoble Alpes, le 7 mars 2019   370

Xl 9302bcda 8dc2 4a71 b05c 222c7de525f9

Le défi semble insurmontable au vu des intitulés de thèses dépassant parfois les 140 caractères. Et pourtant c’est le défi que se sont lancés des doctorants francophones de nombreux pays en participant au concours Ma thèse en 180 secondes (MT180).

La France a rejoint le concours en 2014, sur une initiative du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) et de la CPU (Conférence des Présidents d’Universités). L’idée initiée par l’Université du Queensland en Australie, a été concrétisée par l’Association Francophone basée au Canada en 2012.

Le but est de vulgariser un sujet de thèse, le rendant accessible à un public très diversifié et parfois non-amateur de la discipline. Le tout en 180 secondes et à l’aide d’une seule diapositive. Ça c’est pour le concours, mais pour y arriver une formation leur est proposée par l’organisme Spontanez-vous !

Cette formation de communication orale est un vrai plus pour leur carrière professionnelle : avoir une certaine aisance en public, travailler ses mots, faciliter la compréhension et les échanges… Le plus gros challenge, non seulement pour le concours, mais aussi dans leur vie professionnelle, est de communiquer simplement et efficacement.

Un concours en plusieurs étapes 

Des doctorants de chaque université française se sont inscrits pour participer au concours et pour certains suivre la formation de « vulgarisateur » qui leur est proposée. Plusieurs étapes se succèdent : tout d’abord les présélections locales, puis une finale locale au cours de laquelle seulement 2 doctorants seront sélectionnés pour continuer l’aventure (1e prix du jury et prix du public). La suite se joue au niveau national : une demi-finale début avril à Paris d’où sortiront les 16 finalistes français, et une finale qui aura lieu, cette année à Grenoble en juin. Le gagnant de la finale nationale représentera alors la France, lors de la finale internationale à Dakar, en septembre 2019.

Et à Grenoble ?

Le 8 mars prochain auront lieu les présélections de la Communauté Université Grenoble-Alpes (ComUE UGA) : 18 doctorants tenteront alors de relever le défi de cette première étape.

L’un d’entre eux sera-t-il un gagnant international au même titre que les 3 finalistes internationaux que compte la ComUE UGA : Philippe Le Bouteiller en 2018, Sabrina Fadloun en 2017 et Alexandre Artaud en 2015 ?

Une grande nouvelle pour la ville et ses doctorants candidats à MT180 : la finale nationale se déroulera dans notre ville à Grenoble, le 13 juin prochain. Mais avant cela, venez les encouragez le 28 mars pour la finale locale à l’Auditorium Grenoble INP. Vous aussi venez choisir le meilleur médiateur scientifique !

Et à tous les doctorants : bonne chance ! Nous serons nombreux à vous encourager.

Marie Arthuis