Mohamed Dieng – « Donc ça, ce sont des prostates »

Publié par Lorenzo Jacques, le 25 mars 2019   1.1k

Xl img 7346bis

"Évaluation d’un dispositif médical innovant pour le traitement de l’hémorragie chirurgicale en urologie"



L’interview commence, et une sonde urinaire apparaît dans ses mains.

Et de commencer à nous expliquer sur le champ, interview ou pas, que là c’est la vessie, ici l’urètre, qui passe à l’intérieur, etc… On est déjà reparti dans la vulgarisation. Il faut bien dire que ça fonctionne, sa thèse semble terriblement simple, quand il peut manipuler devant nos yeux un organe inaccessible au commun des mortels. C’est que le véritable organe est sacrément difficile d’accès, et sans équivalent dans le monde animal.

Celui-là, il l’a fabriquée lui-même, en définissant sa géométrie à l’aide d’imagerie 3D, et en en déduisant un moule. Une fois le moule rempli d’une matière transparente, il peut manipuler fièrement son organe artificiel, et nous raconter tous les secrets de sa thèse.

Pas très étonnant, finalement, de retrouver de tels passionnés dans Ma Thèse en 180 secondes. Mais si Mohamed a décidé de tenter l’aventure, ce n’est pas seulement pour sa thèse, mais aussi pour lui. Prostate artificielle ou pas, il voulait progresser à l’oral, et a vu là l’occasion de sortir de sa zone de confort. Et malgré la formation, la route est encore longue, comme il le dit lui-même, il faut un temps de maturation pour réussir à surpasser son stress.

Ce qui est sûr, c’est que sa passion va loin ! Car apparemment, quand tout un labo travaille sur la prostate, les blagues sont particulièrement savoureuses. Mais malgré notre insistance, il a refusé de nous les raconter ☹.

Crédit Photo : Cindy  Shalaby