Communauté

Mémoires du Futur

Entrer en résonance avec une personne est-ce vraiment la rencontrer ?

Publié par Jean Claude Serres, le 29 avril 2024   670

En réfléchissant à la nature d’une rencontre profonde,il me semble à première vue qu'entrer en résonance avec une autre personne est la meilleure façon de ne pas la rencontrer, c'est-à-dire de ne pas rencontrer son altérité. 

L’activité de penser se réalise en notre for intérieur, notre intimité cérébrale. La parole intérieure s'inscrit dans des langages internes plus vastes et performants que les langages externes qui nous servent à communiquer avec les autres. 

Dans le champ de réflexion de la parole intérieure : penser par soi-même voire penser contre soi-même (Cf. Nathan Devers) nécessite d'interroger les modalités d’apprentissages. Ainsi nous pouvons caractériser quatre canaux pour penser et apprendre.

Nous pouvons discerner plusieurs processus de parole intérieure ou acte de penser : 

  1. pensée-récit : logique déductive, thèse antithèse, cause-effet, récit etc.
  2. pensée-paysage : image (faible imagination) schéma (plan, volume, vectorielle à n dimensions, multipolaire et fractale, en interdépendance
  3. pensée-résonance : coup de foudre, fréquence de résonance cérébrale, musicale
  4. pensée-métaphore : métaphore (relation de relation), analogie, expérientielle, corrélation

Dans la réalité, notre façon de penser puis de communiquer imbrique très fortement ces différents processus, sans que l’on puisse précisément les distinguer. En fait, chacun des quatre canaux se ramifie en plusieurs modalités de pratiques différentes. 

Les canaux un et deux s'appuient sur le fonctionnement cérébral symbolique et connexionniste  d’élaboration des savoirs. Pour aller du savoir à la connaissance et puis à la compétence il nous faut ensuite intérioriser et exercer. 

Au contraire, les canaux trois et quatre s'appuient sur le fonctionnement cérébral expérientiel sans passer par l’étape symbolique. L’usage des métaphores (relations des relations) plus que l’analogie permet à la personne d'éprouver sans mentaliser par le passage au symbolique ou paysage. 

On pourrait considérer que la pensée-résonance relèverait uniquement d’un processus métaphorique. Cependant le cerveau neuronal ou biologique produit des états de conscience discrets par synchronisation des fréquences d’excitation neuronales. Quand un coups de foudre amoureux ou simplement intellectuel se réalise, les deux cerveaux se trouvent sans doute en résonance magnétique ou cognitive. L’un peut poursuivre la phrase initiée par l’autre.

Dans cette figure, j’ai développé la pensée résonance en quatre sous pôles :
a) la pensée intuitive liée à l’écoute des signaux faibles ( la conscience silencieuse du “soi” dans le questionnement sur l’égo).
b) la pensée musicale, la sensibilité aux rythmes, entrer en transe.
c) le coup de foudre : entrer en résonance avec une autre personne, “un extérieur à soi”
d) la synchronicité ( la simultanéité d’action sans lien causal)

Cette réflexion de la pensée-résonnance ouvre la porte au questionnement sur les phénomènes d’hypersensibilité. Quinze pour cent de la population est “hyper sensible”. Ce n'est pas une maladie mais une capacité de perception plus développée pour un grand nombre de registres ( empathie, émotion, cognition, sensoriel, artistique, spirituel, intuition). La pensée peut entrer en résonance avec ces perceptions.

Chacun de nous possède ou a développé certaines facultés de sensibilité au ressentis, aux perceptions qui peuvent être détectées au cœur du “soi” dans une conscience silencieuse méditative ( pleine attention). Ces sensibilités peuvent aussi envahir la sphère de la conscience active du “moi” et influencer nos actions voire les perturber dans une hypersensibilité généralisée. Le schéma suivant essaie de représenter la multipolarité des domaines de sensibilité évoluant de zéro à dix en intensité. L’hyper sensibilité généralisée pose un problème d'intégration sociale. La personne concernée doit apprendre à vivre avec cela, l'accepter, ne pas être culpabilité. Cependant  les ressentis et perceptions n’ont pas force de vérité et doivent être non dominateurs (égocentrisme dominateur).

Modalités de sensibilité

Voir l'hyper sensibilité expliquée par Fabrice Midal  https://www.youtube.com/watch?...