À la découverte de la formation “Défi science, technologie et art en Savoie” 2021/2022

Publié par Maison pour la science en Alpes-Dauphiné, le 11 avril 2022   770

Comme depuis plus de 12 ans, le défi « science, technologie et art » a lieu en Savoie. À cette occasion, des professeurs des écoles du département assistent à une formation de la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné, conjointe avec l'Éducation nationale et le CCSTI de Chambéry, pour les préparer à relever ce challenge avec leurs élèves. 

Chaque année se tient le défi « science, technologie et art » en Savoie pour les classes de cycle 1, 2 et 3 (de la maternelle à la sixième) du département. Les élèves  d’une même classe s’organisent  par petits groupes pour relever le défi de l'année. Il consiste à confectionner un objet technique en suivant une démarche d’investigation scientifique et en apportant une touche artistique. Pour l’année 2021/2022 le défi lancé par le groupe départemental en charge du projet, dont fait partie la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné, est : « inventer et fabriquer un système permettant de déclencher des mouvements ou des sons à la manière des machines de Rube Goldberg ». 

Une machine de Rube Goldberg est une machine qui va effectuer une tâche très simple en utilisant des mécanismes délibérément complexes, qui s’enchaînent. Elles  doivent leur nom au dessinateur américain Rube Goldberg. On les retrouve souvent dans les films et dessins animés à objectif plutôt humoristique et, généralement, elles sont fictives. 

Un petit exemple de ce qui existe ici :

Pour aider les professeurs qui souhaitent participer au défi, une formation organisée par la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné s’est tenue le 9 mars 2022 à Porte-de-Savoie. Pendant la demi-journée, les professeurs ont pu échanger avec différents formateurs pour préparer au mieux le projet.

Professeurs à la formation Défi 73

L’insertion académique

Le défi est dans un premier temps replacé dans le contexte des programmes du cycle 1,2,3 et du Socle commun de connaissances de compétences et de culture. Olivier Thenail, inspecteur de l’éducation nationale,  rappelle les compétences qui sont mises en jeu dans le défi, pour les cycles 1, 2 et 3, de la petite section à la sixième. Le défi est utilisé comme prétexte pour permettre aux élèves de travailler différentes compétences.

Les connecteurs logiques 

Yvan Pigeonnat, ingénieur de formation à la Maison pour la science, et spécialiste dans l'enseignement des mathématiques est ensuite intervenu pour insérer une réflexion sur l’utilisation des connecteurs logiques. Ce sont des mots que l’on utilise au quotidien pour décrire des enchaînements d’actions. On dit alors qu’une action va en impliquer une autre, ou pas... Pour illustrer cela, les professeurs vont travailler sur un jeu dont la question est : quelles actions en impliquent d’autres ?  Démonstration ici !

Ensuite, Yvan a proposé de considérer le concept de “cause à effet” sous un point de vue  strictement mathématique. On a pu se rendre compte du niveau d’exigence attendu dans ce domaine des sciences.

Une machine de Goldberg à la loupe

>

Vient ensuite le temps d’analyser directement une machine de Goldberg avec Patrick Arnaud, ingénieur de formation à la MPLS Alpes-Dauphiné. Les professeurs, répartis en groupe, décrivent l’action de cette incroyable machine qui a été inventée pour tout simplement s’essuyer la moustache après une bouchée. Et vous, quelle suite logique pouvez-vous trouver ? 

Le corps humain, une machine qui fonctionne bien

En parlant de machine qui fonctionne très bien et dont chaque action peut en entraîner une autre, intéressons-nous au corps humain ! Débute le 22 mars et jusqu'au 27 août l’exposition « Mission corps humain » , à la Galerie Eurêka à Chambéry. L’occasion pour la médiatrice, Audrey Popineau, de venir nous parler des mécanismes du corps humain. Un temps où les professeurs ont, comme pour la machine de Goldberg qu’ils ont analysée juste avant, retracé les actions qui s'enchaînent pour la digestion ou la marche à pied. 

Le temps du numérique

Cette année, le rendu du défi est sous forme de vidéo. C’est une opportunité de prendre en main des outils que tous n’ont pas l’habitude de manier. Pendant 20 minutes les professeurs en stage échangent donc sur les outils qu’ils peuvent utiliser pour filmer, couper et envoyer leur vidéo au jury. 

Les jurys ont lieu le 12 mai, ils sont composés d’ élèves  de cycle 3, d’une  sixième SEGPA. Ce sont eux qui décideront si le défi est considéré comme validé ou non ! Suivez le compte Twitter de la Maison pour la Science en Alpes Dauphiné ! pour connaître l’issue de ce défi !

Dans l’Académie de Grenoble, ces défis se réalisent également depuis quelques années en Isère. La MPLS y a également proposé une formation et les jurys se tiendront le 13 mai. 

Pour accéder au thread de cette formation c’est par ici : 


Article rédigé par Clémentine Martin, stagiaire en master 2 communication et culture scientifique à la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné.


Pour consulter l’offre de formation : Site internet

Pour nous contacter : alpes-dauphine@maisons-pour-la-science.org

Compte Twitter : @MPLSAlpesDauph