Au cœur du mouvement avec la peintre Fabienne Verdier

Publié par La Casemate, le 9 novembre 2022   390

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 9 novembre, par Emmanuel Laisné, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Emmanuel Laisné, chargé de projets à La Casemate. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Emmanuel !

Bonjour Nicolas !

Alors aujourd’hui, vous avez voulu nous partager un article qui s’intéresse au mouvement dans l'œuvre de la peintre Fabienne Verdier ?

Tout à fait Nicolas ! Et j’ai bien vu votre oeil intrigué, nous restons tout-de-même du côté des sciences ou du moins du … côté du regard qu’un scientifique peut porter sur le monde.

L’article dont je vous parle a été écrit par Joël Chevrier. Joël est professeur de physique à l’Université Grenoble Alpes et est un contributeur régulier d’Echosciences mais aussi du média en ligne The Conversation. Sur ces deux plateformes, il décline des réflexions sur la manière de partager les sciences, son exploration des mondes numériques ou de la science fiction et très souvent aussi sur la découverte d’artistes contemporains.

Pour son dernier article, il s’absorbe notamment dans la contemplation de la peinture Aakash, de Fabienne Verdier en nous partageant pour le citer “son étonnement de physicien”. 

Parce qu’un physicien verrait le monde et l’art différemment ?

Alors cela n’est pas tout-à-fait cela que sous-entend Joël Chevrier. Il part du principe que pour aller à la rencontre de l’art, nous sommes tous équipés différemment, et tous libres de nous équiper comme nous le souhaitons en embarquant nos représentations du monde. 

Le concernant, face à cet anneau bleu fascinant, un anneau qui inscrit en lui une sphère contenant le mouvement, une représentation de la voûte céleste, du firmament, du vide et de l’atmosphère à en croire le sous-titre de l’oeuvre … Et bien, il n’a pas trouvé mieux, selon ses propres mots, que de s’équiper en scientifique.

Oui mais, est-ce que cette façon de s’équiper crée un regard particulier ?

Alors je sens bien avec votre insistance que vous avez saisi que c’est bien là que réside tout l’intérêt et la saveur de l’article ... Dans le fait de cheminer dans les pensées de Joël Chevrier et de partager son étonnement de physicien. Un étonnement qui tient beaucoup au fait qu’il a le sentiment que l’artiste à saisi dans sa peinture l’importance de notions qu’il a du lui-même patiemment apprendre auprès de ses collègues lorsqu’il était jeune chercheur.

Il y voit les symétries à l'œuvre dans l’interaction gravitationnelle, dans la croissance de cristaux ou même dans l’infiniment petit lorsque brisées elles donnent naissance au mécanisme de Higgs qui lui-même donne leur masse aux particules.

Et est-ce que je dois en conclure qu’un scientifique est condamné à décortiquer l’art par le prisme des sciences, sans se laisser pénétrer par l’oeuvre ?

Et bien, cela pourrait être vrai, si Joël Chevrier ne s’attardait pas sur la façon dont l'œuvre de Fabienne Verdier, le bouscule. Elle lui procure le même choc que certains phénomènes physiques qu’il a eu du mal à appréhender. Et comme eux, elle l’incite à poser un regard nouveau sur le monde. Comme si arrivé, équipé en tant que physicien, il revenait de sa contemplation avec de nouveaux outils pour appréhender le mouvement présent dans Aakash que Fabienne Verdier sait si bien retranscrire.

Bref, je sais qu’il n’est pas aisé de parler de peinture à la radio et parfois encore plus hasardeux de plonger dans la tête d’un physicien mais je ne peux que vous inciter à tenter l’expérience en lisant l’article.

Et cet article est à retrouver sur echosciences-grenoble.fr. Merci Emmanuel pour ce partage et à bientôt !

A bientôt Nicolas

Article : https://www.echosciences-greno...