Aurélie Perret, gardienne des trésors du Fonds Glénat

Publié par Audrey Le Borgne, le 18 décembre 2023   370

Aurélie Perret a connu un parcours riche en rebondissements avant d'occuper son poste de chargée des collections et des expositions pour le Fonds Glénat.

Se destinant dans un premier temps à devenir historienne, elle commence une licence d’histoire de l’art, rapidement elle se tourne vers le professorat après avoir découvert la pédagogie durant ses études. À la fin de sa licence, elle travaille durant un été dans un château musée où elle va se découvrir une vocation pour la médiation culturelle, la richesse des échanges avec un public davantage diversifié lui ayant beaucoup plu. Ses études se poursuivent par un master de recherche en histoire moderne durant lequel elle s'intéresse à l’éducation des filles pauvres aux XVIIes et XVIIIes siècles à Lyon. En parallèle, elle continue de travailler au château musée et diversifie ses missions de médiation.

Le diplôme de professeur ne l’intéressant plus, elle prolonge ses études par une thèse en histoire moderne, sur l'éducation populaire dans les villes d'anciens régimes. Durant cette dernière, et suite au départ de la directrice du château musée, elle assume une mission intérim de 9 mois qui lui fera découvrir des missions de conservations et d’inventaires. À la fin de cette période, elle décide de chercher un nouvel employeur puisque, jusque-là, elle n’avait connu qu’une seule structure de médiation. Les recherches ne furent pas évidentes, en raison de sa thèse en cours et de son niveau d’étude. Elle enchaîne donc les petits contrats dans diverses entreprises ce qui lui permet d’élargir ses domaines de compétences. En 2020, Aurélie Perret soutient sa thèse ainsi qu’une licence professionnelle de guide conférencière. Nouvellement diplômée, elle est recrutée sur un projet de recherche autour de la valorisation du patrimoine immatériel, un programme Erasmus+ qui avait été lancé avec l'Université de Grenoble, la Bulgarie et l'Italie. Au terme de ce contrat d’un an, elle postule à plusieurs postes et accepte, en 2021, celui proposé par les Fonds Glénat.

Aurélie Perret est à présent chargée d’une collection de plus d’un millier d'œuvres. Elle conserve ces collections, en fait l’inventaire, se charge des prêts avec d’autres structures, de la gestion de la restauration des œuvres et aussi de leur mise en valeur. La mise en place des expositions fait également partie de ses missions. Dans le cadre du cabinet Rembrandt, elle est la commissaire d'exposition sur la partie musée, c'est elle qui fait les recherches, qui écrit les textes et qui sélectionne les œuvres lors de petits focus. Pour le montage d’une exposition temporaire, elle gère les prêts, les prestataires venant sur site, le montage de l’exposition avec le scénographe et du suivi avec le potentiel commissaire d’exposition. À ceci, elle s’ajoute la casquette de médiatrice culturelle qu’elle a toujours appréciée et qui, elle l’espère, permettra d’attirer un public plus large. En étant au contact des visiteurs, elle apprend à les connaître et en tient compte dans ses réflexions, pour les expositions par exemple. Elle est tout de même soulagée de pouvoir s’appuyer sur l'attachée de presse avec qui elle s’occupe du site internet, de la rédaction d'articles pour ce dernier et qui se charge de mettre le Fonds Glénat en lien avec des journalistes.

La diversité des tâches paraît être à la fois la principale difficulté de ses fonctions, mais c’est aussi cette polyvalence qui plaît le plus à Aurélie Perret.

Article rédigé par Audrey Le Borgne, Louna Briand et Leila Dufresne,

étudiantes en Master 1 CCST