Black Clouds

Publié par Nathalie Soulier, le 9 mars 2018   1.4k

THÉÂTRE
JE 22 – VE 23 MARS  20H
Texte et mise en scène Fabrice Murgia

Comme pour chacune de ses créations, Fabrice Murgia s’est nourri de rencontres et d’expériences. Ici, c’est un atelier théâtral mené à Saly, au Sénégal, avec des comédiens locaux. Là-bas, ce sont différentes recherches autour des « brouteurs », ces escrocs en ligne qui sévissent depuis la Côte d’Ivoire pour réclamer de l’argent à l’autre bout du monde. Plus loin, l’auteur a exploré la vie incroyable d’Aaron Swartz, ce jeune informaticien américain adepte de l’internet en libre-accès et pionnier de l’open source, qui s’est donné la mort à 28 ans après avoir défié le FBI et le gouvernement américain. 
Au plateau : quatre comédiens, deux Sénégalais, deux Belges, une envie de nous raconter avec force un grand conte contemporain, dans lequel se chevauchent une série de dialogues, de narrations croisées et de destins partagés.

Black Clouds prendra des accents de comédie quand il s’agira de nous raconter les supercheries orchestrées par les pirates du web ivoiriens, les brouteurs dont la spécialité est d’entretenir des relations amoureuses à distance avec des Occidentaux. L’internet devient alors le lieu de la rencontre entre deux personnes en détresse, l’endroit de la manipulation. Deux personnes ne se connaissent pas mais s’écrivent, elles sont à des kilomètres l’une de l’autre. Dans ce spectacle, on évoquera le tourisme sexuel, cette « néocolonisation des corps ». On traitera de la fracture numérique Nord-Sud : cette Toile tantôt synonyme de partage d’informations et d’émancipation, tantôt de domination et d’asservissement. On s’enfoncera dans le deep web (ce web profond et invisible) et dans sa face plus sombre le Darknet, où la notion même de « frontière » n’a plus aucun sens. Black Clouds nous entraine dans un ailleurs à la fois onirique et bien réel, extrêmement troublant.

Texte et mise en scène Fabrice Murgia — Interprétation Valérie BauchauFatou HaneEl Hadji Abdou Rahmane NdiayeFrançois Sauveur — Accompagnement dramaturgique Vincent Hennebicq — Assistant à la mise en scène Vladimir Steyaert — Création vidéo Giacinto Caponio —  Assistant à la création vidéo Dimitri Petrovic — Création lumière Emily Brassier — Création sonore Maxime Glaude — Costumes Émilie Jonet — Régie générale Marc Defrise — Régie lumière Aurélie Perret — Régie son Sébastien Courtoy — Régie vidéo Ledicia Garcia — Stagiaire mise en scène Emma Depoid — Stagiaire technique Camille Sanchez — Construction décor
Yves PhilippaertsDominique PierrePierre Jardon Les Ateliers du Théâtre National – Bruxelles

Production Cie Artara. Coproduction Fondazione Campania dei Festival – Napoli Teatro Festival Italia, le Théâtre National – Bruxelles, le Théâtre de Namur, le Manège – Mons, le Théâtre de Grasse, la Comédie de Saint-Étienne – Centre dramatique national. Soutien Eubelius. En collaboration avec Fotti.

ATELIER CODAGE INFORMATIQUE
Sa 24 mars

– 10h > 12h > atelier enfants 7/13 ans
– 14h > 16h > atelier parents/enfants
– 16h > 18h > atelier parents/enfants
– 18h > 20h > atelier adultes munis d’un billet pour Black Clouds.
En quoi est-ce que le code, les outils numériques peuvent nous servir dans notre quotidien ? Comment s’approprier l’accès aux nouvelles technologies via le code, le contrôle d’objets, l’open-source… ?
En petits groupes, autour d’un programme pédagogique spécialement adapté à votre âge et à votre niveau, Julien Rolland et son équipe de « Code, Code, Codec » mettront en place, en lien avec le spectacle Black Clouds, les conditions d’apprentissage du code informatique et de l’algorithmique.
Participation : 5 € par personne
Tarif unique (8 personnes par atelier).


+ d'info : http://www.theatre-hexagone.eu / 04 76 90 00 45