Comment la couleur bleue a-t-elle envahi nos placards?

Publié par Annaïck Moreau, le 29 mars 2023   900

Avez-vous remarqué que la couleur bleue est partout sur nos vêtements, à l’instar des bleus de travail des ouvriers des usines, des uniformes des gendarmes et des policiers français ou de nos jeans très présents dans notre dressing? Mais saviez-vous qu’il n’en a pas toujours été ainsi au cours de notre Histoire? 

Plante de guède ou pastel des teinturiers

En effet, dans l’Antiquité gréco-romaine, la couleur bleue était très peu présente sur les vêtements. Pour les Romains, elle est l’apanage des barbares Celtes et Germains qui s’enduisaient le corps d’une décoction de la plante de guède ou pastel des teinturiers pour effrayer leurs ennemis. Ils utilisaient les feuilles de cette plante aussi pour teindre leur vêtement mais la couleur tirait plutôt vers le bleu grisé. Pour cette raison, elle aurait ainsi attiré le mépris des Romains. 

Sur cette fresque retrouvée à Pompéi, la Reine Omphale du royaume de Lydie, situé en Asie Mineure (l’actuelle Turquie), ainsi que ses deux servantes portent un vêtement aux nuances de bleu.

Dans la sémantique, les Grecs utilisaient les mots glaukos et kyaneos ou les Romains caeruleus mais leur signification n’est pas claire pour les historiens et il est difficile de savoir si ces mots désignaient bien le bleu en tant que tel ou s’il pouvait s’agir de vert, de gris, de brun ou de noir. Ce sont donc les apports de d’autres langues qui fixeront le vocabulaire pour désigner cette couleur, notamment le germanique blau pour le “bleu” et l’arabe lazaward pour “l’azur”.

Durant les premiers siècles du Moyen Age, le bleu reste encore très discret : seuls les paysans ou les personnes de modeste condition teignent leurs vêtements de cette couleur. Mais, les teintes ternes ne permettent pas encore au bleu d’acquérir une grande renommée ou d’être reconnu dans la société. Or, tout change à partir des XIIème et XIIIème siècles. 

“La Révolution bleue” du Moyen-Age (XIème - XVème siècles)

La Vierge Marie peinte par Antonello de Messine (XVème siècle)

Cette révolution trouve son origine dans la théologie et la symbolique. En effet, le ciel divin qui autrefois n’avait pas de couleur fixe, devient bleu à partir du début du XIème siècle. Il en est de même pour la Vierge Marie d’origine divine : si autrefois dans la peinture, les émaux, l’enluminure ou les vitraux, elle portait des couleurs sombres de deuil comme le brun, le gris ou le noir, elle se pare à partir de la fin du XIème siècle et le début du XIIème siècle d’un bleu marial éclatant et vif. 

Cette révolution est ensuite poursuivie par le choix des couleurs arborées par le Roi de France notamment Philippe II Auguste (1165-1223) qui est le premier en Occident à porter des vêtements bleus. Son petit-fils Louis IX plus connu sous le nom de Saint Louis (1214-1270) poursuit cette mode car il considère que le Roi est le représentant de Dieu sur terre. Les autres monarques européens notamment anglais et espagnols adoptent à leur tour des vêtements bleus. La mode est lancée au XIIIème siècle puisque l’aristocratie puis la bourgeoisie les portent à leur tour. 

Sur cette miniature de la Bible moralisée de Tolède datant de 1240, le roi Louis IX porte une tunique bleue.

La demande explose et les teinturiers se plient à cette nouvelle mode en faisant de nouveaux progrès techniques et chimiques. La production de la guède qui était jusque-là artisanale, devient industrielle et permet à certaines villes françaises comme Toulouse ou Amiens de devenir riches. Le bleu devient au XIVème siècle, le principal concurrent du rouge qui était dominant jusque là, il est même considéré à partir de cette époque comme son contraire. Et cela n’est pas sans conséquence puisque les teinturiers de garance qui teignent les vêtements en rouge, subissent de plein fouet cette nouvelle concurrence.


Le bleu, une couleur à la mode dans le vêtement à l’époque moderne (XVIème - XVIIIème siècles) ?

Plante de l'indigotier

La couleur bleue commence à s’imposer dans les sociétés européennes à l’époque moderne, à la faveur du protestantisme. Apparue au XVIème siècle, la Réforme protestante critique violemment la Papauté et la couleur rouge qui la représente. Les réformateurs privilégient alors des couleurs de vêtement moins ostentatoires, morales et modestes. Ils se prononcent en faveur des couleurs sombres comme le noir, le brun, le gris, etc… Le bleu foncé tire son épingle du jeu et est privilégié. Les sociétés occidentales deviennent de plus en plus demandeuses de cette couleur. 

Grâce au développement des échanges aux XVème et XVIème siècles, l’indigo importé d’Inde remplace toutes les techniques précédentes. Cela est dû à ses vertus colorantes très fortes qui rendent sa couleur plus vive et permettent une meilleure teinture. Il est produit à partir des feuilles et des tiges de la plante de l’indigotier. Toutefois, la production de ce colorant bleu est coûteuse : seuls les bleus vifs et profonds sont portés presque exclusivement par l'aristocratie et la bourgeoisie.

A partir du XVIIIème siècle, l’essor de la production dans les colonies d’Amérique, notamment le Guatemala, Saint-Domingue (l’actuelle Haïti) et la Caroline du Sud (colonie anglaise) permet sa diffusion dans les classes les plus modestes. En effet, l’exploitation des esclaves fait baisser les coûts de production et rend l’indigo plus accessible

Cocarde tricolore de la Révolution Française

En 1789, lors de la Révolution française, la couleur bleue acquiert une nouvelle dimension symbolique et politique. Le peuple s’approprie le bleu qui était auparavant la couleur de la royauté et il l’utilise de manière symbolique pour montrer que le pouvoir leur appartient. Le bleu se retrouve à cette époque associé au blanc et au rouge sur de nombreux vêtements et accessoires comme les cocardes ou les foulards.

III-  L’omniprésence du bleu dans les vêtements, à l’époque contemporaine (XIXème - XXIème siècles)

Lors de la révolution industrielle et le développement du réseau ferroviaire, l’importation des teintures et la production textile se sont fortement centralisées autour des ports des grandes villes d’Europe. De plus, les techniques d’extraction des pigments se développent et facilitent les procédés de coloration. Par ailleurs, cet essor est aussi permis par la mise au point d’un indigo synthétique mis au point en 1860 par Adolf von Baeyer.

C’est en 1853 que Levi Strauss et Jacob Davis s’associent pour créer le “jeans”. La conception de ce type de pantalon s’adresse, à l’époque, aux travailleurs, bûcherons ou chercheurs d’or notamment pour la solidité du textile. Ainsi, le jeans devient au sein de la société, une pièce incontournable et intemporelle

Puis dans les années 1920, aux  Etats-Unis, débute la commercialisation en masse du « blue jeans » et le bleu devient alors la couleur la plus portée, en Occident.

Acteur James Dean

Après la Seconde Guerre Mondiale, la commercialisation s'intensifie davantage avec les magasins américains qui exportent de nombreux jeans à travers le monde. Depuis 1950, le jeans devient alors une pièce populaire qui se généralise et qui est porté par des stars, notamment le célèbre acteur James Dean.

Le peuple va s’emparer de la couleur bleue dans la vie quotidienne. C’est ainsi que le bleu de travail va naître et détrôner la couleur crème utilisée initialement pour les vêtements de travail. Il va devenir un marqueur d’une classe sociale

Dans la société contemporaine, le bleu est devenu synonyme d’élégance et de chic, car il reste discret et s’accorde avec tout, il domine l’imaginaire collectif. Il symbolise également le calme et la sécurité et est associé à la notion de paix. Ainsi cette couleur est largement utilisée pour les uniformes des gendarmes/policiers (gardiens de la paix) mais sert également pour les institutions telles que les instances européennes comme le drapeau des Nations-Unies, de l’Union Européenne et les Casques Bleus de l’ONU.

Au fil des siècles, le bleu s’est peu à peu imposé dans la société occidentale. Peu porté dans l’Antiquité, il est “apparu” au Moyen Âge dans les vêtements de la Vierge Marie et du Roi pour ne plus jamais disparaître. Il devient même une couleur majoritaire à l’époque moderne et commence à être porté par toutes les couches de la société, de l’aristocratie aux catégories les plus modestes. Il poursuivra son ascension fulgurante jusqu’au XXIème siècle où le blue jeans l’imposera définitivement dans notre garde-robe. Aujourd’hui, il est devenu la couleur préférée des Européens qui l'apprécient pour son côté neutre, sobre et calme. Selon l’historien Michel Pastoureau, il en serait ainsi pour 55% des Français et des Italiens interrogés, 50% en Allemagne, 45% en Espagne et la proportion est à peu près la même pour les femmes que pour les hommes et les différentes catégories socio-professionnelles.

Remerciements

Nous remercions Mme Marguerite Martin, Maîtresse de conférence à l'Université Paris 1 Sorbonne pour ses précieuses ressources bibliographiques et la correction de notre article. 

Autrices

Emeline MONGIN, Annaïck MOREAU et Sarah PERRAUD

Pour aller plus loin

Ouvrage :

PASTOUREAU Michel, Bleu, histoire d’une couleur. Paris : Les éditions du Seuil, 2006. 216p. ISBN : 978-2-02-086991-1

Articles : 

MARTIN Marguerite. La reconfiguration des circuits d'approvisionnement en indigo, en France, 1789-1820. In Hypothèses. 2014/1 (17). Pages 101 à 114. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2014-1-page-101.htm?contenu=article. (Consulté le 22/03/2023).

PASTOUREAU Michel. La révolution des couleurs ou le triomphe du bleu. In : L'Histoire. 1999. Disponible sur https://www.lhistoire.fr/la-r%C3%A9volution-des-couleurs-ou-le-triomphe-du-bleu (Consulté le 15/03/23). 

TECHNO-SCIENCE. NET. Bleu-Définition. In : Techno-science.net. Dernière modification en 2023. Disponible sur : //www.techno-science.net/definition/7246.html (Consulté le 21/03/23).

PRINTEMPS. Ce que la couleur de nos vêtements dit de notre époque. In : Printemps. 2021. Disponible sur : https://www.printemps.com/fr/f... (Consulté le 23/03/23).

Podcasts : 

BONNEC Sidonie. Le bleu, Histoire de la couleur préférée des Français. In : France Bleu. 2021. Disponible sur : https://www.francebleu.fr/emissions/minute-papillon/le-bleu-l-histoire-de-la-couleur-preferee-des-francais (Consulté le 19/03/23)

PASTOUREAU Michel. Le bleu, histoire d'un paradoxe. In : France Culture. 2013. Disponible sur :  https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/hors-champs/le-bleu-9270094 (Consulté le 19/03/23).

PASTOUREAU Michel. On se trompe, le Moyen Age n'est pas une période sombre. In : France Inter. 2023. Disponible sur https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-heure-bleue/l-heure-bleue-du-mercredi-22-fevrier-2023-4792936 (Consulté le 19/03/23).

Vidéos : 

GRAND PALAIS. MOOC Couleurs : Bleu. In : Youtube. 2020. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=jp_pGceQKz8 (Consulté le 19/03/23).

MUSEE DU LOUVRE. La révolution bleue des 12è et 13è siècles. In : Youtube. 2020. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=MO2fghnrfiU (Consulté le 18/03/23)