Delta Drone : décollage réussi

Publié par Frédéric Cristofol, le 25 novembre 2013   1.7k

Xl drone en vol copie

La société grenobloise de conception, fabrication et location de drones civils professionnels entre dans une phase industrielle, avec la production de deux cents drones « 100 % made in France » d’ici la fin de l’année.

Il mesure 1,20 mètre de côté, pèse moins de 4 kg, possède quatre hélices et va bientôt bouleverser le travail de milliers de professionnels de l’agriculture, du bâtiment, de la montagne, des loisirs, de l’événementiel… Lui, c’est le drone 2.0® Delta H, l’un des deux engins volants conçus, fabriqués et commercialisés par Delta Drone, à Grenoble.

Fondée en mars 2011 par Frédéric Serre, Christian Viguié, Guillaume Pollin et Fabien Blanc-Pâques, cette société ambitionne de devenir le numéro un français des drones civils professionnels, un secteur naissant à l’avenir radieux. Pour ce faire, Delta Drone a déjà levé 6 millions d’euros, recruté une cinquantaine de collaborateurs et aménagé 1 200 m² de l’ancienne usine Cémoi, rue Ampère. Elle a même créé, en février dernier, la première école française du drone, afin de former les télé-pilotes et les préparer à un examen obligatoire.

Côté production, Delta Drone vient d’entrer dans une phase industrielle. Fin 2013, l’entreprise aura atteint son rythme de croisière, avec une quarantaine d’appareils produits chaque mois, de A à Z, dans ses ateliers. Son catalogue comprend pour l’instant deux modèles, un drone de type « hélicoptère », pour les images de précision et les vols à basse altitude (Delta H) et un drone de type « avion », pour les plus longues distances (Delta Y). Ces engins ne sont pas vendus aux professionnels, mais loués à la journée, ou au mois.

Applications illimitées

« Nos drones sont composés de 215 pièces, toutes fabriquées ici, souligne Frédéric Serre, président du directoire. Sur chaque plateforme de base, on ajoute une série de capteurs spécifiques : caméras classiques et algorithmes de traitement de l’image, caméras thermiques, capteurs de densité… Ces composants, associés à des logiciels, permettent de calculer en quelques minutes le volume d’un immense tas de gravats dans une carrière, de repérer les défauts de croissance des végétaux dans un champ [ndlr : pour appliquer ensuite un traitement ultra-ciblé], de connaître l’épaisseur du manteau neigeux sur les pistes de ski, ou encore de détecter des personnes ensevelies sous une avalanche ».

Frédéric Serre, Président du Directoire de Delta drone

Parmi les autres applications développées par Delta Drone, on retrouve, pêle-mêle, le contrôle de l’état des bâtiments, ouvrages d’arts, pylônes et câbles, la cartographie 3D des sites industriels, l’analyse des entraînements sportifs (un système déjà utilisé par le FCG) et la mise à jour de données cartographiques et topographique. Mais aussi la promotion de sites touristiques, le tournage de souvenirs de vacances ou d’exploits sportifs… Comme le résume Frédéric Serre, « les applications des drones civils professionnels sont infinies ! »

>> Source : Article initialement publié dans Captiv Magazine (Avril 2013)

>> Illustrations : Delta Drone