Expédition DAMONA : des étudiant·es, de la science participative et un voilier !

Publié par Grenoble INP - Ense3 , UGA, le 8 septembre 2023   1.8k

L'Expédition DAMONA : c'est quoi ?

L'Expédition DAMONA est portée par six étudiants et étudiantes de l'école d'ingénieur Grenoble INP - Ense3, UGA, spécialisée dans l'énergie, l'eau et l'environnement. Nos objectifs sont de faire une transatlantique à la voile afin de travailler sur des projets scientifiques sur nos lieux de passage et en mer et de contribuer à la science participative. Nous appliquerons nos connaissances scientifiques au service d'une idée et d'un projet qui nous tient à coeur ! Il se partage en trois grandes missions.

De gauche à droite : Swann Delfau, Didier Le Fourmis qui nous a formé lors de notre semaine de voile à l'ECCM Antibes, Youen Boudier, Elsa Tognellini, Elouan Berthelot, Paul Novarina et Gervais Castel.

Nos missions !

Mission 1 : le Bateau-lab !

Notre première mission est de faire de la collecte de données et de la science participative. Pour cela, nous allons collaborer avec différents organismes afin de participer à différents programmes scientifiques. Notre premier collaborateur est Astrolabe Expeditions avec lequel nous travaillerons sur SensOcean, SargaSea et Ketos.

SensOcean : 

À ce jour, les mesures sont principalement effectuées par des navires océanographiques et des stations fixes, mais ces méthodes sont coûteuses, limitées en nombre et présentent des difficultés pour mesurer les paramètres physiques des eaux de surface. Les voiliers, peuvent fournir des mesures plus proches de la surface, couvrir des zones différentes et constituer une flotte importante. En intégrant des appareils de mesure de température et de salinité en temps réel sur des voiliers de plaisanciers, il est alors possible d'augmenter considérablement la résolution spatiale et temporelle des mesures. 

©Astrolabe Expéditions

Pour ce programme, notre kit de mesure comprend une sonde de température, une sonde de salinité, un GPS et un boitier de communication. 
Nous fixerons le boitier à notre voilier. Celui-ci recueillera les données de température et de salinité de surface en continu pendant tout le trajet. Ces données seront ensuite enregistrées et triées sur une plateforme indépendante pour en vérifier la qualité puis envoyées directement sur la base de données Coriolis. Les données seront ensuite en libre accès pour toute personne souhaitant les utiliser.

SargaSea :

©Astrolabe Expéditions

Les échouements massifs de Sargasses, un genre d'algues brunes de la famille des Sargassaceae, provoquent des dommages écologiques, économiques et sociétaux majeurs dans les Caraïbes et sur les côtés africaines. Ces échouements ont des conséquences catastrophiques pour la faune et la flore ainsi que pour la santé humaine. 
Les Sargasses se déplacent sur l'Atlantique sous forme de radeaux de différentes formes : filaments, patchs ou gros radeaux pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de long, et plusieurs mètres d'épaisseur. 

Voici les objectifs du programme SargaSea :
- Identifier clairement les morphotypes impliqués dans les radeaux.
- Avoir un aperçu de la proportion de chacun des morphotypes dans les radeaux sur l'Atlantique Nord.
- Obtenir des échantillons secs de chacun des morphotypes afin d'analyser leur empreinte chimique.

Pour cela, nous séparerons les différents morphotypes et pèseront chaque lot. Cette étape permettra de connaître la proportion relative de chacun des morphotypes dans le radeau collecté, en un point donné de l'Atlantique tropical. Enfin, nous ferons sécher au soleil pendant 24 à 48h un fragment de chaque morphotype qu'on conditionnera dans un sachet avec la date, le point GPS et le morphotype identifié. 

Cette fois-ci, notre kit de mesure comprendra une épuisette, un peson (précision 10 grammes) et des sachets pour la conservation des échantillons.

Ketos :

Le programme Ketos a plusieurs objectifs :
- Etudier l'aire de répartition, les densités relatives et les mouvements saisonniers de différentes espèces de cétacés.
- Améliorer les connaissances sur la communication des cétacés.
- Participer au développement des catalogues d'identifications des différents observatoires de mammifères marins.
- Nous impliquer dans une démarche scientifique.
- Sensibiliser le public à la sauvegarde des cétacés.

Pour ce programme, notre kit de mesure sera constitué d'une plaquette d'identification des espèces de la zone d'étude avec arbre d'identification des espèces, d'un kit acoustique comportant un hydrophone directionnel, un hydrophone tracté, un amplificateur et des écouteurs, de fiches d'observations, de jumelles et d'un appareil photo.

Ce programme est organisé autour de deux axes : la photo-identification qui repose sur l'existence de caractères morphologiques globalement stables telle que la forme de la nageoire, permettant une identification de chaque individu et l'acoustique passive qui consiste à enregistrer tous les sons présents dans le milieu marin à l'aide d'un hydrophone puis identifier les signaux spécifiquement émis par des cétacés. Ces signaux sont ensuite analysés en fonction de leurs caractéristiques fréquentielles, de leurs formes et de leurs durées. On peut ainsi estimer la distribution géographique et saisonnière des cétacés identifiés. 

Notre deuxième partenaire est OceanEye, avec lequel nous collectons des microplastiques grâce à un filet d’échantillonnage. L'objectif de cet échantillonnage est de comprendre la problématique du transport des débris marins et d'évaluer avec précision l'ampleur de cette pollution afin de préserver nos océans et leur écosystème. 

Pour ce qui est de la procédure de collecte, nous plaçons le filet fixé à l'armature à l'arrière du bateau pendant 30 minutes. Nous relevons la vitesse du vent réel toutes les 5 minutes avec un anémomètre. Une fois la collecte terminée, nous récupérons le dispositif et récupérons la chaussette dans laquelle nous plaçons du sel. Nous stockons tout cela dans un sachet scellé sur lequel nous notons le numéro de l'échantillon. Enfin, nous complétons une fiche indiquant notamment l'heure, la vitesse du vent réel, la position du bateau, l'état de la mer et d'autres paramètres. 

©Oceaneye

Une fois les échantillons collectés, nous les transmettons à Oceaneye. Ils sont triés selon leur taille, classés et analysés pour déterminer les concentrations de polluants. Les données obtenues sont utilisées pour des études internes ou partagées avec des scientifiques. Une cartographie est même accessible en ligne. 

Pour ce programme, notre kit de mesure est constitué d'un filet avec mailles calibrées à 330 um, d'une armature métallique pour y fixer le filet, de flotteurs latéraux et enfin d'un débimètre Hydrobios. 

©Oceaneye


Le dernier organisme avec lequel nous collaborons est ODATIS. Cette collaboration nous permet de rendre accessibles nos données à tous ceux qui en auraient besoin. ODATIS est un portail qui fédère au niveau national les activités de gestion de données et d'expertise scientifique en océanographie. Il a pour objectif général de promouvoir et faciliter l'utilisation des données d'observations réalisées dans l'océan ou à son interface avec les autres milieux. Ainsi, une fois nos données collectées, vérifiées et approuvées, nous les déposerons sur la plateforme en libre accès pour tous. 

Nous faisons également partie de la flotte de bateaux labellisés Wings of the Ocean. Être labellisé traduit notre implication pour la préservation des océans et nous permet de rejoindre un mouvement de dépollution mondial. Nous réaliserons des actions de dépollution sur la zone de notre choix afin de participer à la cartographie de la pollution plastique dans le monde. 

Missions 2 : des actions à terre !

La dimension majeure que nous souhaitons apporter au projet est un travail de collaboration avec les populations et les associations locales sur des problématiques territoriales et environnementales qu'ils rencontrent. Dans deux de nos destinations, nous ferons une escale plus conséquente afin de mener une action durable.

Voici quelques exemples d'actions auxquelles nous allons participer lors de nos escales :

Au Cap-Vert, en partenariat avec Biosfera à Sao Vicente :

  • Nettoyages de plage
  • Mise en place d'un programme de collecte
  • Construction de Machine Low-Tech Precious Plastique
  • Implantation d'un centre de Tri et de recyclage
  • Développement d'une activité durable et création d'un emploi

En Martinique, en collaboration avec l'Association Graine Martinique et Michel Pétris :

  • Construction de machines Low-Tech de Precious Plastique
  • Mise en place de centre de transformation avec le CCA (Campus Caraïbéen Arts)
  • Développement d'une activité durable et création d'un emploi

Mission 3 : transmettre !

L'un de nos objectifs principaux est de faire de la vulgarisation scientifique sur des sujets qui nous touchent ou sur des problématiques environnementales que nous rencontrerons lors de notre voyage. Pour cela nous allons utiliser différents moyens. Tout d'abord nous avons organisé le 5 mai dernier une soirée à l'Ampérage avec des collectifs et des artistes autour du projet et de nos actions. Nous avons également collaboré avec PIGMA, une marque grenobloise afin de créer une collection de t-shirt écoresponsables et esthétiques. Vous pouvez la retrouver ici : PIGMA | Mode Streetwear (pigma-nodal.fr)

Une fois que nous serons partis, nous le ferons à travers des vidéos, des publications sur les réseaux sociaux et/ou des échanges de vive voix. Nous allons également collaborer avec l'école l'Encre Bleu (56) de la métropole afin que les générations futures soient informées en temps réel sur les problématiques environnementales rencontrées lors de notre aventure. Cette proximité avec une école permettra une sensibilisation plus efficace ! Nous souhaitons aussi organiser un accompagnement de nos partenaires avec des retours d'expérience, des fresques et des temps d'échanges.  Enfin, nous réaliserons un retour d'expérience de notre projet pour les étudiants et étudiantes de Grenoble INP - Ense3, UGA et nous souhaiterions également partager notre périple au plus grand nombre !

Le départ approche ! Quel sera le trajet ?

Le départ est prévu pour la fin septembre. Nous partirons de Marseille où se trouve notre bateau en direction des îles Canaries, puis nous nous dirigerons vers le Cap Vert où l’escale sera longue ! Nous travaillerons là-bas pendant environ 1 mois avec Biosfera. Nous affronterons ensuite la première transatlantique (aux alentours de janvier normalement) avec au minimum deux semaines de navigation non-stop !
Puis, place au calme et au soleil des Antilles pour 2 à 3 mois où nous vadrouillerons d’île en île avec notamment un arrêt plus long en Martinique pour travailler avec Michel Pétris.
Enfin, nous effectuerons la transatlantique retour en passant par les Açores, un trajet plus long et plus coriace mais nous aurons acquis de l'expérience pendant les huit premiers mois !

Et voici notre bateau ! 

Après maintenant 10 mois de travail acharné à mener études, projets musicaux, vie étudiante et construction de ce projet de césure, nous avons hâte de partir ! À maintenant 1 mois du saut dans le grand bain, on fait appel à vous pour concrétiser notre ambition ! Chaque geste compte, une évocation dans une conversation, un don, un partage ! Si vous souhaitez vous aussi faire partie de l’aventure et nous aider concrètement voici le lien de la cagnotte : https://www.helloasso.com/asso...

Toute l'équipe DAMONA