L’art d’explorer la lumière dans l’espace - Echosciences chez RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 9 janvier 2020   410

Xl 3qa

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier !

Retrouvez la chronique du 9 janvier 2020, par Marion Sabourdy, en son et en texte ci-dessous :


Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l’Echo des médias. Aujourd’hui, Marion Sabourdy nous présente les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Marion.

Bonjour Nicolas !

Aujourd’hui Marion, avec le contexte social plutôt sombre, vous souhaitez nous montrer que même dans le noir le plus profond réside un peu de lumière ! 

Oui Nicolas, et pour cela je m’appuie à nouveau sur un article du physicien Joël Chevrier, qui se passionne pour de multiples sujets. J’avais déjà parlé à votre micro de son article “Textiles et numérique”. Aujourd’hui, c’est au peintre Pierre Soulages qu’il s’intéresse, au point d’écrire son 3ème article sur Echosciences à ce sujet.

Ah, je vois le rapport avec le noir, la couleur qui obsède Pierre Soulages depuis des dizaines d’années…

Oui Nicolas. Le noir, mais surtout “l’art d’explorer la lumière dans l’espace”. C’est d’ailleurs le titre de l’article de Joël Chevrier. Celui-ci s’appuie sur différentes expositions de l’artiste, dont celle qui a lieu actuellement au Louvre, celle dont il a été un des commissaires scientifiques à Lausanne en 2016 ou encore les vitraux de l’abbatiale de Conques.

Selon Joël Chevrier, les surfaces noires et complexes des oeuvres de Soulages, ces couches épaisses de peinture striées et rayées, jouent de la réflexion et de l’absorption de la lumière - et on sait à quel point ces notions sont importantes pour les physiciens. Il va d’ailleurs souvent admirer l’Outrenoir du Musée de Grenoble, qui est éclairé par un puit de lumière naturelle et dont l’apparence change au rythme des heures et des saisons.

En somme, ces œuvres le poussent à réfléchir à ses thèmes de recherche, en tant que physicien !

Oui Nicolas, il nous explique notamment que, qui que nous soyons, simple curieux ou scientifique, nous ne pouvons approcher la lumière qu’à travers la matière. Pour étudier ou capter la lumière, il faut donc construire des matériaux ou des dispositifs aptes à mettre en oeuvre ce couplage entre lumière et matière. Il donne notamment l’exemple du Prix Nobel de physique 2009 attribué aux inventeurs du circuit semiconducteur à imagerie, le capteur CCD, une des technologies utilisées dans nos caméras.

Au-delà du noir et de la lumière, qu’est-ce qui fascine tant notre physicien, dans l’oeuvre de Pierre Soulages ?

Assurément, ce qui intéresse Joël Chevrier, ce sont les dizaines d’années de recherche acharnée autour d’un même thème. Il donne d’ailleurs la clé de sa fascination pour cette oeuvre, à travers une interprétation d’un poème d’Yves Bonnefoy. Selon lui, artiste ou scientifique, chacun oscille entre “l’angoisse de la recherche et la joie de l’oeuvre accomplie”.

Il termine avec un message à la fois dur et plein d’espoir dans lequel certains auditeurs se reconnaîtront peut-être : “Les scientifiques échouent beaucoup avant de réussir. Pierre Soulages a détruit de nombreuses toiles insuffisantes à ses yeux. Mais tous continuent sans arrêt.”

Merci Marion pour la présentation de cet article et cette note d'espoir. Il me semble que pour terminer, vous aviez une petite annonce à passer

Oui Nicolas ! Une fois n’est pas coutume, je vais parler au nom de l’équipe de La Casemate et d’Echosciences Grenoble. Le mois prochain, nous co-organisons et nous participons à deux événements d’ampleur dans la Métropole : la Scientific Game Jam, du 7 au 9 février et le Salon Experimenta, la semaine d’après, du 13 au 15 février. Et dans le cadre de ces deux événements, nous cherchons des bénévoles qui souhaiteraient intégrer notre petite équipe web.

En quelques mots, pouvez-vous décrire ces deux événements ?

La Scientific Game Jam est un événement qui se déroule sur un week-end et pendant lequel plusieurs équipes fabriquent un jeu vidéo, de A à Z, à partir d’un thème scientifique. Le Salon Experimenta quant à lui, se déroule pendant la Biennale du même nom, et présente des réalisations arts-sciences, conçues par des artistes en collaboration avec des scientifiques et des ingénieurs.

Qu’allez-vous faire pendant ces événements ? Et qu’attendez-vous d’éventuels bénévoles ?

Nous allons faire la couverture en direct de ces deux événements sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Facebook et bien sûr Echosciences). Nous cherchons donc des personnes qui aiment s’exprimer sur ces réseaux et raconter des histoires en texte, photos, vidéos, sons ou même dessins. Ils peuvent intégrer notre petite équipe sur quelques heures ou pendant l’intégralité des événements, à leur convenance.

Comment les volontaires peuvent-ils entrer en contact avec vous ?

Nous avons publié les infos dans la rubrique “Annonces” d’Echosciences, avec quelques précisions et nos contacts (Scientific Game Jam // Salon Experimenta). N’hésitez pas à nous envoyer un petit message !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)