L’upcycling sportif par l’arche aux innovateurs

Publié par Killy Nov, le 15 juin 2023   510

L’arche aux innovateurs est une association à mi chemin entre le concours Lépine et un serious game de création d’entreprise.

Cette association propose à chacune de ses promotions d’imaginer puis de créer un objet innovant. En parallèle les innovateurs doivent simuler le modèle économique propice à sa commercialisation.

L’équipe 49 avait pour thème le sport.

Nous nous sommes donc nommés équipe Killynov pour rendre hommage au plus célèbre de nos skieurs !

Suite à des débat passionnés nous avons fini par sélectionner notre secteur d’innovation: ce sera la réutilisation de matériels sportifs obsolètes. Il s’agit donc d’une innovation par le low tech.

Nous avons rapidement fait les constat suivants : premièrement, les objets upcyclés sont chers, car transformer des objets nécessite beaucoup de main d’œuvre.

Deuxièmement, beaucoup d’objets ne sont pas réparés ou réutilisés à cause du manque de connaissances techniques.

 

Nous avons alors imaginé un café-atelier ou les clients viendraient apprendre l’upcycling et s’inspirer pour créer de magnifiques objets chimériques :                 Le Café A-TE-LIER.                                                          

Il ne s’agit pas exactement d’un repair-café, puisque nous n’ambitionnons pas de réparer les objets pour prolonger leur durée de vie. Nous les détournons de la poubelle pour leur donner une seconde vie.

 

Dans le cadre de l’arche aux innovateurs, nous fabriquons des objets démonstrateurs. deux modèles de suspensions de plantes avec réserves d’eau. La première dans un casque vintage et la seconde en hybridant un ballon de basket avec une raquette de tennis.

Ces happening créatifs et techniques ont lieu à la CASEMATE, le FabLab de Grenoble.

Les matériels sportifs sauvés de la destruction ont été fournis par la Recyclerie sportive de Grenoble.

 

 

SUSPENSION MURALE RAQUETTE/BASKET

Pour la suspension murale nous avons voulu faire une structure minimaliste avec trois points d’ancrages au mur : le pied de la raquette et deux points de fixation supérieurs qui permettent de lier des suspentes venant de la raquette.

 

 



Pour les deux points de fixation supérieurs nous utilisons des chevilles de guitares de récupération. Nous fabriquons des supports de chevilles tout simplement inspirés de manches de guitare pour l'aspect technique, mais ressemblants à des pédales de vélo pour rester dans le thème du sport .

Nous ajoutons un support en bois inspiré des panneaux de basket pour rendre notre démonstrateur transportable et accrochable.

 

 

ETAPES DE FABRICATION

Pour le panneau de basket ainsi que pour les manches de guitare, nous découpons et marquons du contreplaqué de 15mm à la découpeuse laser.

 

 

 

 

 

Les manches de guitare sont composés de deux épaisseurs de bois 15 mm contrecollés. Après une nuit de séchage, cet ensemble est percé sur la tranche aux dimensions des chevilles de guitare.

 

Le manche de la raquette est coupé et percé.

Nous fixons une tige filetée dans le manche  de  la raquette avec de  la colle époxy bi-composants pour une meilleur solidité .

  

  

  

  

    

Les chevilles de guitare sont fixées au moyen de trois vis placées à l’arrière du panneau de basket.

La raquette est boulonnée à l'arriere du panneau de basket.

 

 

  

L’ensemble panneau de basket/raquette/guitare est prêt à être posé sur son support mural. (Ici, une palette transformée)

 

 

 

 

Nous pouvons maintenant installer les cordages de raquette en suspente et en support du ballon.

 

 

 

 

Le ballon peut maintenant être découpé et positionné dans la raquette.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ballon est ensuite équipé d’un système de récupération et gestion de l’eau d’arrosage. Ce travail est décrit dans le tutoriel du casque.

 


LA SUSPENSION CASQUE

L’objet de cet upcycling n’est pas seulement de retourner un casque et de mettre une plante dedans.  Nous souhaitons créer un système de conservation de l’eau inspiré des oyas.

L’eau d’arrosage est dirigée sous les racines de la plante à travers un tuyau, et ne remonte vers les racines que par capillarité. Cela oblige la plante à créer des racines en profondeur et évite de noyer la plante.

  

 

Pour préparer le casque, nous arrachons les habillages en mousse. Ensuite, nous collons un plastique imperméable récupéré sur un matelas gonflable hors d’usage. (colle néoprène)

 

 

 

 



Nous créons une barrière entre l’eau et la terre: 
- Nous recherchons empiriquement le bon profil
- Nous scannons le profil définitif et le redessinons sur illustrator.
- Nous ajoutons des ouvertures pour le tube d’arrosage et les passages des mèches qui transfèrent l’eau par capillarité

 

  

  

La plaque est découpée à la machine laser dans du PMMA de 3 mm.

Pour le tuyau d’arrosage, nous découpons un bâton de ski orphelin.

Un entonnoir est créé aux mesures du bâton et imprimé en 3D en PMMA.

 

 

 

Nous créons un témoin de remplissage du réservoir d’eau avec un morceau de liège et un pic à brochette.

 

 

 



Les mèches hydrophiles sont réalisées en tissus polaire de récupération.

Pour faire une barrière aux racines, une feutrine de jardinage est découpée autour de la plaque avec 4 cm de débord.

 

 

Le casque est prêt pour recevoir sa plante d’intérieur, mais avant cela, nous installons les cordes de suspension (en matériel d’équitation de récupération).