Les secrets de la voix

Publié par Larissa Caudwell, le 2 octobre 2014   2.4k

Xl bb chunk1 13228

Comment utilisons-nous notre voix ? La réponse n'est pas si simple ! Rencontre avec Nathalie Henrich Bernardoni, qui explore les secrets de cet instrument du quotidien.

Nathalie Henrich Bernardoni, chercheure au GIPSA-lab (Grenoble Images Parole Signal Automatique), allie au quotidien ses deux passions : la physique et la voix. Passionnée de chant et chef de choeur, elle aime explorer son instrument préféré, la voix, pour mieux le comprendre et en prendre soin. Portrait d’une physicienne passionnée.

Nathalie Henrich Bernardoni interviendra à la session "Science et musique sur une même partition" des Fondamentales du CNRS le samedi 11 Octobre à 16h30 à la Maison Jean Kuntzman

La voie de la voix

« J’ai toujours aimé chanter. Enfant, je chantais plus que je ne parlais. Mais j’aimais aussi la physique.» En effet, Nathalie Henrich Bernardoni fait de brillantes études et intègre l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, où elle s’oriente tout d’abord vers l’astrophysique, un domaine qu’elle affectionne beaucoup. Puis elle découvre par hasard l’acoustique musicale au détour d’une ballade dans Paris : « Je suis passée devant l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) et j’ai vu une grande affiche pour un master en acoustique et traitement du signal appliqué à la musique. Ce fut pour moi une révélation. » Pouvant ainsi mêler chant et science, Nathalie Henrich Bernardoni se spécialise en acoustique musicale. Après avoir étudié les flûtes traversières durant un stage en Australie, elle poursuit avec un doctorat à Paris, se focalisant cette fois sur la voix. Elle continue désormais ses recherches au GIPSA-lab sur le campus de Saint Martin d’Hères. Dans ce laboratoire sont réunis physiologie, physique, phonétique et cognition pour comprendre la voix et son usage, qu’elle soit parlée ou chantée.

[Edit du 06/10/2015] Conférence de Nathalie Henrich Bernardoni lors d'un Mardi de l'Espace des sciences de Rennes, le 15 septembre 2015 :

Un chant de recherche

Comment produit-on notre voix ? La réponse pourrait paraître simple, mais cela n’est pourtant pas le cas. « La voix est un instrument que nous pensons maîtriser jusqu’à ce que nous en perdions le contrôle. » Sans elle, il nous est difficile de communiquer. C’est aussi un instrument de travail pour un tiers des actifs : professeurs, journalistes, commerciaux… En avoir une meilleure compréhension pour mieux l’utiliser et la protéger est important, et c’est ce que Nathalie Henrich Bernardoni souhaite communiquer au grand public, en particulier grâce à la Journée Mondiale de la voix chaque 16 Avril. L’usage de la voix varie selon les cultures vocales. Ainsi, la physicienne a pu étudier l’utilisation de la voix dans le Human Beatbox, dans le chant lyrique, bulgare, mongol… « Il y a quelques années, nous avons reçu une demande d’un ethnomusicologue qui souhaitait mieux comprendre une technique vocale singulière mise en pratique dans le chant sarde. Nous avons pu élucider la question grâce à diverses techniques expérimentales. »

Prononciation de différents sons (IRM)

Dans le mystère de l’instrument

Pour étudier la voix, Nathalie Henrich utilise toute une panoplie d’instruments de mesure et de visualisation, le but final étant de comprendre l’utilisation des différents organes vocaux et leurs effets sans trop les perturber. « Chaque technique possède ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, dans une endoscopie par le nez, nous visualisons des mouvements articulatoires internes en fond de gorge, mais nous ne pouvons pas voir finement la vibration des plis vocaux (ou cordes vocales). Mais une endoscopie par la bouche va gêner l’articulation, mais permettre de visualiser avec précision la vibration glottique. L’IRM ou les ultrasons sont des techniques moins invasives, mais dans le premier cas, la personne étudiée doit être couchée, et dans le second, la portée est limitée. » Le son de la voix peut lui aussi être disséqué grâce à un traitement du signal. Cependant, qu’elle soit chantée ou parlée, la voix humaine recèle encore de secrets à découvrir.

>> Si vous souhaitez en apprendre plus, retrouvez Nathalie Henrich Bernardoni et bien d’autres aux Fondamentales le 11 octobre prochain !