Noix, pisé et imaginaire au Grand Séchoir de Vinay

Publié par Marion Sabourdy, le 22 juillet 2013   4.1k

Xl grandsechoir

Le 12 juin dernier, nous visitions le Grand Séchoir – Maison du Pays de la Noix à Vinay. L’occasion de découvrir un musée accueillant et en pleine réflexion sur sa future programmation.

Le 12 juin dernier, nous visitions le Grand Séchoir – Maison du Pays de la Noix à Vinay. L’occasion de découvrir un musée accueillant et en pleine réflexion sur sa future programmation.

Pour des isérois habitués à en manger sous toutes ses formes, un musée sur la noix de Grenoble ne semble a priori pas forcément attirant. Et pourtant, le Grand Séchoir remporte le pari de la mise en scène de ce fruit et des pratiques industrielles et culturelles qui l’accompagnent, tout en misant également sur des expositions temporaires variées.

Sculpture en forme de cerneau de noix dans le parc du musée

Une expo loin d’être « à la noix »

Comme son nom l’indique, le Grand Séchoir est un ancien séchoir à noix restauré qui présente « l’histoire du pays de la noix de Grenoble et des hommes qui ont fait la renommée de ce fruit ». Nelly Puaux nous propose une petite visite des différentes salles. Dans des pièces lumineuses et colorées, le musée présente ainsi la noix sous toutes ses formes : biologie (comment poussent les noix ?), histoire (comment elles étaient récoltées dans les années 1930 ?), industrie, architecture (séchoirs autonome, mixte ou « en sacoche »)…

Au milieu de l’exposition, un film nous permet de suivre la vie de deux nuciculteurs modernes avant de découvrir les nombreuses variétés de noix qui poussent dans le monde entier, les maladies et nuisibles qui s’attaquant à ce fruit et enfin les mille et une façons de déguster ou préparer les noix : apéritifs, digestifs, pâtisserie, huile (pour manger ou s’éclairer)…

Ecoutez les noix qui vous racontent leur histoire

Pour agrémenter leur visite, les curieux – ils sont 14 000 à venir chaque année – pourront également visiter le parc où sont plantés des noyers (arbres AOP devant le bâtiment, anciennes variétés locales sur le côté et provenant du monde entier à l’arrière) ainsi que des vignes. Visiteurs et élèves peuvent ramasser et déguster les noix, notamment lors de la Semaine du goût. Les raisins sont vendangés chaque année par l’école de Vinay et pressés par un voisin passionné.

Une exposition temporaire sur le pisé

Près des bureaux administratifs de la Communauté de communes de Vinay qui a porté le projet du Grand séchoir, nous entrons dans la salle dédiée aux expositions temporaires. Ouvert en juin 2005 après deux ans de travaux de restauration, le musée y a d’abord accueilli une exposition lié à cette rénovation puis des tableaux du peintre Jean Vinay, deux expositions pour enfants et une présentation de films amateurs locaux filmés entre 1910 et 1980.

Cette année, jusqu’au 31 décembre, vous pourrez y découvrir une nouvelle exposition sur le pisé. « Pisé, entrez en matière » retrace les différentes constructions en terre dans le monde dont certaines sont classées au Patrimoine mondial de l’UNESCO. « Finalement, la terre est un matériaux à portée de pied » blague Nelly en présentant la maquette d’une maison marocaine.

Une deuxième partie présente les constructions en terre française, notamment en pisé, « une terre située sous la couche de terre végétale et composée d’argile et de grains de toutes les formes » explique Nelly. Vous découvrirez la technique de construction des maisons en pisé, couche par couche à l’aide d’un coffrage, « une technique délaissée après la seconde guerre mondiale pour de nombreuses raisons (savoir-faire perdu avec les soldats, nécessité de construire vite, terre vue comme le matériau du pauvre) mais qui revient à la mode ».

Comment fabriquer une maison en pisé

La dernière partie évoque justement les constructions actuelles en pisé, un matériau qui répond aux normes environnementales et énergétiques actuelles. Deux vidéos présentent la construction et la restauration d’une telle maison. Lors des Journées du patrimoine le laboratoire grenoblois CRAterre animera des ateliers expérimentaux de découverte de la matière terre. Plusieurs associations et artisans proposent également des animations ; l’entreprise coopérative Caracol vient par exemple de réaliser des bancs en pisé pour le parc lors de la manifestation « Rendez-vous aux jardins ».

Un musée en pleine réflexion

Pour la prochaine exposition temporaire Marion Carcano, la directrice, souhaite de nouveau concevoir une exposition à destination des enfants. En effet, une précédente exposition temporaire de trois mois autour du livre « Les voyages d’Hippolyte Podilarius » avait fait l’unanimité. « Les enfants la visitaient avec l’école et revenaient le weekend avec leurs parents » précise Nelly. Les esquisses de l’auteure Maria Jalibert s’accompagnaient des décors créés à l’intérieur de coquilles de noix.

Pour faire écho à cette expérience, Marion Carcano fait actuellement des recherches autour des contes d’Andersen et notamment de celui de la petite Poucette dans son berceau en coquille de noix… Une façon décalée, ludique et poétique d’aborder ce fruit !

>> Illustrations : Grand Séchoir, maison en pisé par Ch.Huret