Atelier de la CST n°2 : Partager les sciences avec le grand public : techniques de communication orale

Publié par Anais Chery, le 29 janvier 2018   930

Xl dujenemw0aa3ixl.jpg large

Comment raconter un sujet scientifique vis-à-vis d’un public non spécialiste ? Comment créer une communication à la fois rigoureuse, captivante, compréhensible et vivante ? Comment structurer son discours pour différents publics ? Les scientifiques et chargé.e.s de communication des laboratoires de l'Université Grenoble Alpes se sont prêtés au jeu.

À travers des exercices ludiques et des mises en situation collectives, les participants se sont initiés à la communication scientifique à l’oral, à destination d’un public non expert. Léna Robert, chargée de projets médiation scientifique à Science Animation (le CCSTI de Toulouse), a fait découvrir les principes, les outils, les méthodes et quelques initiatives innovantes pour raconter les sciences. Se présenter en 3min, raconter une anecdote, examiner des vidéos...autant d'exercices pratiques pour dénicher les bonnes astuces mais aussi repérer les choses à éviter.

Vous pourrez d'ailleurs trouver une fiche de bonnes pratiques à télécharger ici. Ainsi vous aurez tout clé en main pour dynamiser votre prochaine présentation orale. Vous pouvez même la coupler avec la fiche pratique de Nicolas Beck "Je présente une conférence".

Ce que je retiens de cet atelier 

Pour ma part, je retiens la règle des 3C :

  • Contenu
  • Charisme
  • Clarté 

Ce qui m'a marqué pendant l'atelier

Petit quiz : quelle est l'importance, en %, de ces trois items :

  • Communication verbale (le message)
  • Communication visuelle (expression du visage et langage corporel)
  • Communication vocale (voix) 

Alors, alors ?

-> La communication visuelle est la plus importante (55%), puis vient la communication vocale (38%) et pour finir le message (la communication verbale) avec seulement 7% !

Ce qui m'a fait sourire pendant l'atelier

Lors du dernier exercice proposé par Léna, les participants devaient se représenter mais avec des mots imposés. Chaque participant avait une thématique avec plusieurs mots à introduire dans leur présentation (voir la photo ci-dessous).

Ça nous donne des présentations très drôles et poétiques ! Bravo à tous les participants quel talent de vulgarisateur scientifique ! L’intérêt d’avoir des mots imposés a permis d’illustrer plus facilement des choses complexes, mais aussi raconter une histoire. Un bon exercice que je retiens, merci Léna ;) !