Partenaires scientifiques pour la classe : visite du dispositif à l'école du Jardin de Ville à Grenoble

Publié par Maison pour la science en Alpes-Dauphiné, le 4 février 2021   750

Xl image

Transmettre les sciences à l’école primaire en adoptant une démarche d’investigation scientifique, c’est l’objectif du dispositif national « Partenaires Scientifiques pour la Classe ». La Maison pour la Science en Alpes-Dauphiné accompagne les étudiants impliqués au niveau du département de l'Isère. Nous vous faisons un retour sur l’atelier scientifique imaginé par Julia, étudiante en 3ème année de licence de chimie à l’université Grenoble-Alpes.

Investigation à l'école du Jardin de Ville

Nous sommes en pleine phase d’excitation dans la recherche de la bombe qui se trouve dans la classe de Nicolas à l’école du jardin de ville, une classe de CM1 contenant une trentaine d’élèves. Il s’agit de la 5ème et avant dernière séance des Partenaires scientifiques pour la classe donnée par Julia. L'emplacement de la bombe est caché dans un code secret écrit au tableau. La clé pour le décrypter est de décaler chacune des lettres d'un rang vers le début de l'alphabet. B mène à A, T mène à S etc...

Julia devant le code secret MB CPNCF FTU EBOT MB DMBTTF - On vous laisse deviner ...

Cette phase d’excitation générale est le point d’orgue de 5 séances au cours desquelles Julia a abordé les différences entre transformations physique et chimique. Voici quelques exemples mis en avant par Julia. D'un coté les transformations physiques : la neige qui fond ou l'eau qui gèle, le chocolat qui fond (miam !!!). De l'autre coté les transformations chimiques :  le chocolat qui brûle (dégagement de carbone) ou une encre invisible qui devient noire lorsque l'on passe une flamme à proximité.

La série de séances proposée par Julia suit un fil progressif et dynamique. Elle propose aux élèves d'être des acteurs et de travailler en collaboration avec les autres enfants en petits groupes. Dans l'enquête qui les mènera à la bombe, elle leur fait appliquer la démarche scientifique : énonciation d'une problématique et d'hypothèses supposées y répondre, mise en place d'expériences et analyse des résultats pour confirmer ou non les hypothèses de départ, recommencer si les hypothèses ne sont pas validées etc... Elle les amène également à mettre la main à la pâte, à faire des manipulations, ce qui leur permet de mieux comprendre les concepts abordés.

« Malgré quelques doutes sur mes capacités à accompagner une classe de CM1 dans une démarche scientifique, l'enthousiasme des élèves a vite pris le pas sur mes appréhensions. Ma plus grosse difficulté fut de ne pas me perdre dans les explications que je leur donnais. Certaines questions ne sont pas prévisibles, et il faut y répondre de la façon la plus claire et la plus simple possible. »

Julia, étudiante en L3 de chimie

De l'usage des Légos pour illustrer les transformations chimiques

Apports pour l'enseignant·e, l'étudiant·e et les élèves

Nicolas, l'enseignant, porte un avis très positif sur le dispositif. Il est plutôt littéraire et se sent parfois démuni pour enseigner certains concepts scientifiques à ses élèves. L'intervention d'une étudiante experte dans son domaine - Julia est en 3éme année de licence en Chimie à l'Université Grenoble Alpes - et qui, en plus, rend les concepts théoriques accessibles aux plus jeunes, est d'une grande aide pour lui. La sortie du cadre classique de l'école et la nouveauté permettent également aux élèves de donner un peu plus d'attention.

Julia, de son côté, est heureuse d’avoir pu faire son stage de licence dans le cadre des Partenaires Scientifiques pour la Classe car elle aime beaucoup partager ce qu’elle a appris lors de ses études. Elle a fait la majeure partie du travail de fond nécessaire à la mise en place de l'activité, mais elle a également bénéficié du retour de l'enseignant, qui est le plus à même d'apporter un éclairage sur le programme de CM1 et sur le niveau général de la classe, auquel Julia a dû s'adapter. Julia a aussi bénéficié de séances de tutorat encadrées par une ingénieure de formation de la Maison pour la Science en Alpes-Dauphiné, qui accompagne le dispositif.

Comment participer ?

Vous êtes enseignants en école élémentaire de l’Isère et vous souhaitez participer au dispositif « Partenaires scientifiques pour la classe » l’année prochaine. Nous vous invitons à répondre à l’appel à candidature qui arrive dans les boites mails des écoles en septembre.

Vous êtes enseignants à l’université Grenoble Alpes ou dans une école d’ingénieurs du département et vous souhaitez proposer le dispositif « Partenaires scientifiques pour la classe » à vos étudiants dans le cadre de leurs études. Il vous suffit de contacter alpes-dauphine@maisons-pour-la-science.org.


En savoir plus à propos des partenaires scientifiques pour la classe ...

Lors de l'année scolaire 2019-2020, le nombre d'étudiants ayant intégré les Partenaires scientifiques pour la classe est passé de 91 à 103 par rapport à l'année précédente, et ce malgré la pandémie de Covid-19. Cette augmentation montre l'attrait que peut exercer ce programme sur les étudiants mais également sur les enseignants et les écoles élémentaires du département.

- Sur le site de la fondation La main à la pâte : https://www.fondation-lamap.or...

- La maison pour la science en Alpes-Dauphiné accompagne le dispositif : https://www.maisons-pour-la-sc...


Article rédigé par Lionel Favier, stagiaire à la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné