Pollution : une demi-heure de vie en moins par jour

Publié par Place Grenet, le 11 juin 2014   3k

Xl pollutiongrenoble

Parce que l’air est pollué, un Grenoblois perd en moyenne une demi-heure de vie par jour. A 50 ans, il aura ainsi respiré de quoi voir son espérance de vie amputée d’une année. C’est Quartz, un outil mis au point outre-Atlantique, qui l’a calculé.

Chaque jour, un Grenoblois voit son espérance de vie fondre d'une demi-heure, occupé qu’il est à respirer l’air (souvent) pollué de son environnement. Quartz, un site internet américain s’est amusé à mettre au point un outil qui permet de calculer, en fonction de la quantité de particules fines (les PM 2,5) dans l’air, combien d’années de vie passent ainsi à la trappe.

Une demi-heure voire une heure de moins par jour

Pour cela, le site s’est basé sur l’indice de la qualité de l'air américain, l’Air Quality Index (AQI). Ainsi, mardi 3 juin 2014, sur la rocade sud de Grenoble, cet indice affichait 76 (voir ici en temps réel). Une valeur modérée mais non sans impact puisque, d’après les calculs des ingénieurs américains, au rythme de 180 heures par an à respirer un air pollué, à 30 ans, le Grenoblois a déjà perdu 225 jours de sa vie. A 50 ans, la facture grimpe, pour atteindre 375 jours, soit plus d’un an. Encore ne s’agit-il là que d’une moyenne. Ce même mardi, le pic de PM 2,5 flirtait, toujours sur la rocade sud, avec les 130. Et là, ce n’est plus une demi-heure de vie perdue par jour mais une heure... Bref, faites vos calculs (1).

45 jours de pollution en 2013

Reste à modérer ces paramètres. L’air n’est pas tous les jours pollué à Grenoble. En 2013, Air Rhône-Alpes faisait état de 45 jours de pollution. Soit un jour sur huit… Et la capitale des Alpes n’est pas la plus mal lotie. Dans le concours des villes les plus irrespirables de France, établi par l’OMS, l'Organisation mondiale de la santé, en 2012, Grenoble figurait "seulement" à la onzième place, loin derrière le trio de tête Paris-Antibes-Lyon. N’empêche. La pollution de l’air fait chaque année des victimes. En 2006, une étude de l’Institut de veille sanitaire menée dans 45 communes autour de Grenoble, prévoyait, à long terme, entre 100 et 200 victimes de la pollution atmosphérique chaque année.

>> Auteur : Patricia Cerinsek

>> Note :

  1. Pour calculer ces minutes de vie en moins, il faut d'abord se procurer le niveau de particules fines PM 2,5. Pour trouver cet indice dans les principales villes et principaux axes routiers de France, aller sur le site de Air Quality Index. Puis, entrer cette valeur sur Quartz.

>> Source : lire l'article original sur le site de Place Gre'Net

>> Crédit : Véronique Serre / placegrenet.fr