"RUN BILLY RUN" : récit de création d'une lampe en zootrope et ombres chinoises au Fablab de la Casemate

Publié par Ewenn Palluel, le 28 février 2021   180

Xl capture d e cran 2021 02 28 a  12.19.50

NOTRE ÉQUIPE

Lundi 22 février 2021. 10h. C’est le jour 1. Le soleil est à son zénith, les étudiants du master Transmédia promotion 2022 sont heureux de se retrouver enfin en chair et en os à la Casemate. On nous présente l’endroit, et quel endroit ! Trois énergumènes, Mehdi, Benjamin, et Ewenn, se retrouvent ensemble sur une table, faute de place. Joris fraîchement débarqué de Gap, valise à la main et cheveux décoiffés s’assoit à notre tablée, faute de place. Le hasard fait bien les choses. Les échanges sont vifs et chacun n’hésite pas à donner son avis et émettre ses doutes.

lampe travail


Les idées fusent. Dans le palmarès des idées les plus farfelues on a une statuette de notre responsable de master qui tiendrait notre lampe.

equipe

De gauche à droite : Mehdi, Joris, et Benjamin. Caméra : Ewenn

Pour le reste, voici nos notes : Statuette - Cube - Projecteur - “Manège” modulable - zootrope - Dynamo ? Levier ? - Plaque tournante - Stroboscopique ? - Bois textile imprimer 3d, inverser le zootrope

Ombres, enfants, « boite noire »  - Enfantins forêt, fleurs, dessins jolis, -  Gravure fine sur le cylindre - Volets, ouverture pour le « filtre ». Filtre. 

NOTRE PROJET

croquis lampe

Croquis du prototype de la lampe


Le tempête d’idées accouche d’un concept : créer un zootrope alternatif, “inversé”, avec une lumière au centre qui projette des figurines et dessins en bois sur un papier transparent, avec le principe des ombres chinoises.

Plus précisément nous voulons faire tourner une planche en bois circulaire sur laquelle on mettrait des figurines qui tourneraient en projetant leurs ombres grâce à la lumière centrale. Le zootrope par sa nature même est un objet qui utilise la lumière et joue avec. Nous voulons utiliser ce concept des débuts du cinéma en animant un personnage projeté régulièrement par une petite fenêtre.

Croquis du plateau de la lampe à taille réelle

Nous définissons ensuite les matériaux à utiliser et les différentes pièces à construire.


LES MATÉRIAUX

Pour créer la structure, l’équipe choisit assez naturellement de se porter vers le bois. C’est le matériau le plus disponible à la Casemate, le plus facile à manier et couper au laser, et le plus solide pour créer la structure. Nous choisissons également de créer nos engrenages au bois, le faire à la machine 3D aurait pris trop de temps et n’aurait pas tellement été utile.

En ce qui concerne le cylindre nous avons besoin d’un papier transparent pour créer une fenêtre qui permette de projeter nos ombres. Pour la partie opaque nous choisissons d’utiliser du liège. C’est un matériel souple que nous pouvons facilement arrondir, et que nous pouvons graver et transpercer pour avoir un décor à notre scène animée.


LE PROTOTYPAGE

prototype

Un prototype 100% scotch et débrouille !

Pour le prototypage nous commençons par créer une structure 100% scotch et débrouille avec une charpente qui ferait rougir Viollet-le-Duc. Le prototype nous permet de nous faire une idée, de tester la hauteur de la lumière et donc de prendre des premières mesures plus précises. Il permet également de tester les matériaux et d’expérimenter sur le support.

structure proto

Structure intérieure du prototype

Des problèmes s’accumulent en pensant plus concrètement à notre projet. Par exemple, comment créer un engrenage avec changement d’angle ? On apprend que c’est compliqué, et nous partons plutôt sur un engrenage à un axe avec une manivelle qui tourne à l’horizontale. Le deuxième problème est qu’il est difficile de mettre à la fois un axe et notre lampe au centre. Deux solutions existent mais encore trop complexes et avec une pièce que l’ont n’est pas sûrs de trouver au Fablab. Nous finissons par décider de mettre la lampe au-dessus. Ce n’est pas le plus esthétique et pratique, mais le plus réaliste. Troisième problème : nous n’avons pas les machines au FabLab pour créer un plateau avec un diamètre de 52cm, et encore pire un engrenage de quarante-huit centimètres qui correspond au diamètre de notre plateau. Or on avait conçu le projet avec de telles dimensions qui permettent d’avoir des ombres projetées précises. 

Finalement nous projetons les ombres avec un plateau réduit à trente centimètres de diamètre, et ça fonctionne.

ombre

Un aperçu des ombres portées de notre lampe






LA CONSTRUCTION DU PRODUIT FINAL

structure bois

La structure en bois de la lampe

Notre équipe commence la conception du produit final en retard, le jeudi 25 février au matin. Le boulot en perspective est important : créer la structure bois, tester nos dimensions, obtenir des fichiers vectorisés d’un décor animé, créer et tester les engrenages, trouver un support adapté qui laisse la place à la manivelle… 


C’est en anticipant tout ce travail que nous avons appris à nous répartir les tâches. Benjamin et Ewenn s’étaient chargés de la découpe et de la décoration du cylindre avec du liège. Benjamin s’est ensuite occupé de coller les petits Billy sur le plateau tournant. 

assemblage

Phase d'assemblage du bois et du liège. Le liège est maintenu par des pinces permettant de laisser un temps de repos à la colle

Joris était le plus habile sur Illustrator. Il découpait les engrenages dans la machine à laser. Entre-temps, Mehdi se chargeait de l’axe en aluminium et découpait des tiges de chutes en bois. billy plateau

Billy sur le plateau tournant

A la fin de la journée, toute l’équipe s’est rassemblée autour de nos différentes parties, pour tester les engrenages et le mouvement du plateau. Les dimensions des engrenages ne fonctionnaient pas, et nous n'avions toujours pas trouver de solution pour soutenir le cylindre, ni pour soutenir le second engrenage, sans parler de la manivelle qu’on ne pouvait ajouter sans que le tout ne s’effondre. En plus, un problème au niveau de la machine à laser ne nous a pas permis de bien découper le liège afin de laisser sortir de la lumière mais de simplement graver des dessins. Nous avons tout étalé sur notre table, mettant en évidence ce qui devait être mesuré à nouveau, afin de reprendre le lendemain de façon plus organisée.

Le vendredi matin, le 26 Février, nous étions les premiers devant la machine à laser pour découper des engrenages avec de nouvelles mesures. Mehdi a repris le travail sur l’axe du second engrenage, Ewenn et Benjamin ont collé le liège autour du cylindre, ont ajouté le filtre blanc, et ont découpé le plexiglasse.

  engrenages

Le casse-tête des engrenages...

A midi, les trois autres équipes avaient fini et étaient sorties pour déjeuner. Avec 1h30 restante, nous avons dû laisser tomber l’idée de la manivelle, pour tout assembler au plus vite. Un dernier problème de dimension nous a poussé à découper de nouveaux engrenages, et de changer de plan pour les poutres soutenant le cylindre. Le produit final a finalement été posé sur une base à poutres verticales. assemblage

Et le casse-tête de l'assemblage...

Après plusieurs essais, le plateau de Billy tournait enfin. La finition était abîmée par des bouts de bois inutilisés et de la colle sortait de tous les coins. Cependant le plateau de Billy tournait, et nous en étions fiers. Nous emmenons notre projet final à 13h20 à la salle de présentation, 10 minutes avant l’arrivée du jury. 


BILAN

Lampe RUN BILLY RUN

Billy se met en mouvement grâce à l'engrenage à droite actionné à la main




Notre projet de lampe, de mettre la lumière en action, était ambitieux. En effet, en plus de réfléchir à l’objet en soi, il fallait également qu’il soit fonctionnel d’un point de vue mécanique pour que l'illusion que nous souhaitions créer puisse fonctionner. De nombreux problèmes, aussi passionnants que difficiles à résoudre, sont alors venus se confronter à notre projet au fur et à mesure des jours, chacun souvent amenant une fois résolu un nouveau problème. Si l’idée de base était excellente selon nous, la réalisation n’a alors pas pu être à la hauteur de ce que nous aurions souhaité au début au vu des problèmes rencontrés.

Néanmoins, des solutions ont été apportées lorsque cela a été nécessaire. Le produit final n’est pas aussi soigné qu’escompté, mais complètement fonctionnel  ;  le plateau tourne, Billy saute. Nous avons donc réussi à mener l’objectif à terme et avons acquis de l’expérience technique des machines, de la connaissance théorique des mécanismes et des logiciels, et ce avec l’aide de Gaëtan et Barth au Fablab. Nous sommes convaincus que si c’était à refaire ou avec un peu plus de temps, notre équipe serait parvenue à rendre un objet pleinement à la hauteur des nos attentes initiales.

En conclusion, nous avons collectivement retenu un certain plaisir à fabriquer, à expérimenter, et à trouver des solutions à tous les problèmes qui se sont posés au cours de cette semaine.

lampe run billy run

La lampe "RUN BILLY RUN"