Tangisense : une table pour apprendre et négocier

Publié par Marion Sabourdy, le 29 juillet 2013   2.4k

Xl tangisense

Le Laboratoire d’informatique de Grenoble, en partenariat avec la société RFIdées, a mis au point une table utilisée pour l’apprentissage et la visualisation de problèmes complexes et controversés.

Trois joueurs et un animateur se tiennent autour d’une table qui représente le Parc naturel régional (PNR) du Vercors. Des figurines d’animaux typiques de cette région sont placées sur le pourtour du plateau. A tour de rôle, les joueurs prennent une figurine – escargot, marmotte, lynx ou bouquetin - et la placent à l’endroit qu’ils pensent être son lieu de vie.

La scène ressemblerait presque à une partie du jeu de société Risk - version biodiversité - mais avec un petit détail en plus. La dalle d’une surface d’un mètre carré est dotée de 1600 antennes RFID et interagit avec les « pions », eux-aussi munis de puces RFID. Ainsi, au pied de chaque figurine, la table s’allume de la couleur du joueur et les animaux « interagissent » de différentes manières. Un écran séparé présente les caractéristiques des bêtes et du paysage (plus de détails ici).

Cette application a été développée par l’équipe Multicom du Laboratoire d’informatique de Grenoble (LIG) (1), en collaboration avec le PNR du Vercors. Elle utilise la table Tangisense, mise au point par la société RFIdées [edit du 04/05]. L'ensemble sera présenté dans le Village des sciences lors de la prochaine Fête de la science ainsi que dans des écoles du Vercors, en partenariat avec le CRDP.

L’objectif de l'application ? Faire comprendre aux élèves la notion de biodiversité, d’une manière plus interactive que les dessins de « chaîne alimentaire » des vieux manuels scolaires et plus « tangible » qu’avec des animaux virtuels. « On apprend plus vite en déplaçant des objets, explique Christian Perrot, ingénieur chargé de valorisation au LIG, c’est une forme d’intelligence des gestes ». Une application semblable a également été développée avec le Cemagref (maintenant IRSTEA) sur le thème des forêts (plus de détails ici).

L’intérêt de ce système est de pouvoir jongler entre des paramètres fixes, partagés entre tous les acteurs (la carte du Parc, les caractéristiques des animaux, etc.) et les éléments variables (la stratégie des joueurs, leurs interactions, etc.). « En plus des jeux, Tangisense est un outil bien adapté aux projets collaboratifs, aux exposés de problèmes compliqués et à la négociation de projets » explique Christian Perrot.

En effet, la table - et les applications liées - permettent [edit du 04/05] de mettre en correspondance, de façon naturelle, des objets ou idées qui paraissent éloignés au premier abord. « L’outil peut être utilisé par des architectes ou des pouvoirs publics pour évoquer un projet d’urbanisme avec des personnes non spécialistes ». Autres domaines d’utilisation potentiels : les séances de créativité, la médiation au sein des musées ou encore la création musicale. Une seconde version de Tangisense est en cours d’étude. « Les diodes seront remplacées avec des écrans et la table aura un format 16-9 ».

>> Note

  1. CNRS / Grenoble-INP / UJF / UPMF / U. Stendhal

>> Pour aller plus loin : lire « Tangisense, l’interaction Tangible et Intuitive », « Tangisense, une innovation » et « l’interaction tangible » sur le site de Multicom

>> Illustration : Marion S. pour Echosciences Grenoble