Full atoutcerveau

Communauté

Atout Cerveau

Marcel Proust n'a pas écrit "Un amour de Swann"

Publié par Laurent Vercueil, le 25 janvier 2018   780

Xl 1200px marcel proust 1895

Ce n'est pas derrière un pilier de Notre-Dame que la révélation m'est apparue. C'est dans la tiédeur un peu moite de la somnolence d'un trajet en TGV que j'ai enfin compris, après, peut-être, quarante ans d'errements : Marcel Proust n'a jamais écrit "Un amour de Swann". 

Je peux dire que j'ai toujours su que Marcel Proust était l'auteur d'une grande œuvre littéraire intitulée "A la recherche du temps perdu", qui commençait par "Longtemps je me suis couché de bonne heure..." et dont une partie s'intitulait "Un amour de Swann".  Toujours, c'est à dire, depuis que je sais qu'il existe quelque chose qui s'appelle la Littérature. Sans doute un peu après mes lectures du "Clan des 7" ou du "Club des 5". 

Et pendant, on va dire, quarante ans, j'ai cru, réellement, que Proust avait écrit "Un amour de Swann". 

Rétrospectivement, je suis surpris. 

Et deux choses me surprennent, en fait : 1) la naïveté qui m'a fait croire que Marcel Proust avait écrit "Un amour de Swann", 2) le processus cérébral qui m'a permis de comprendre, dans une demi-torpeur favorisée par la vitesse ferroviaire, que Marcel Proust n'avait pas écrit "Un amour de Swann". 

1. Naïveté 

Je n'ai pas la compétence qui me permet de savoir de quand date l'expression "Tu es un amour", mais il me semble que ça ne doit pas être si ancien. "Tu es un amour" signifie "Tu es vraiment adorable", ça n'a pas de connotation nécessairement intime. 

Avoir cru que "Un amour de Swann" signifiait "Ce Swann est vraiment adorable" prêtait de ma part une grande mièvrerie à Proust. 

En y repensant aujourd'hui, je suis surpris d'avoir pu penser un seul instant* que l'auteur d ' "A l'ombre des jeunes filles en fleur" pouvait aussi avoir écrit "Ce Swann est vraiment adorable".  

Dans le TGV, je réalisais donc subitement qu' "Un amour de Swann" devait s'entendre "Voici l'un des amours de Swann : il s'agit d'Odette" (évidemment un titre un peu lourd). Proust a écrit "Voici l'un des amours de Swann : Odette" et non "Ce Swann est vraiment adorable", comme je le réalisais subitement, après quarante années d'erreur. 

2. Eurêka!

Par quel chemins cérébraux en suis-je venu à rectifier le sens d'un titre aussi célèbre ? aussi indiscuté dans les tréfonds de mon réseau interprétatif ? Comment l'évidence a brusquement surgi,  clarté subite, comme une révélation derrière un pilier de Notre-Dame ?

 Mark Beeman est l'un de ceux qui s'est le plus intéressé à ce "Aha moment" (l'Euréka d'Archimède, le moment où l'on comprend tout) : Selon lui (par exemple, ici) , les ingrédients nécessaires sont le vagabondage mental (il ne s'agit pas d'une réflexion orientée vers un but), des affects positifs (qui facilitent l'intuition, selon Beeman, en favorisant le traitement attentionnel "top-down"), et une implication prédominante de l'hémisphère droit (d'après ses études en EEG concernant la résolution d'anagrammes et plus précisément, le gyrus temporal moyen droit, comme le montre cette image tiré de l'article dont Kounios est  le premier auteur).

Le chemin de fer a des propriétés insoupçonnables...


* Quarante années, tout de même...