Hydrogène pour décarboner le monde : enfin ?

Publié par Patrick Sztulzaft, le 10 avril 2022   530

Image © Occitanie-Europe

Ce café s'est tenu le 5 avril 2022 en distanciel. Vous pouvez le ré-écouter en cliquant ici.

Par ailleurs, vous pouvez consulter les documents partagés pendant le café dans les ressources attachées à cet article (DOCUMENTS, en bas dans la colonne de gauche).

#########################################################################

Il est de plus en plus question de l’hydrogène. Car il semble qu’il puisse avoir un rôle important dans le remodelage qui s’annonce dans notre paysage énergétique. 

Pour autant il y a des usages existants qui vont demeurer, dans le domaine des engrais et du raffinage essentiellement. Mais cet hydrogène est produit par des procédés qui dégagent beaucoup de CO².

Le document prospectif  Futurs énergétiques 2050 de RTE, afin de respecter la contrainte d’une neutralité carbone en 2050, prévoit une pénétration accrue de l’électricité. Et dans ce schéma, un stockage d’énergie massif et à différents termes sera nécessaire, où l’hydrogène pourrait occuper une place.

On imagine également qu’il aurait un rôle à jouer dans d’autres domaines clés, comme la mobilité des personnes et le transport de marchandises, ou la chaleur/énergie.

Du côté des sources : il faut rappeler que l’H² n’existe pas à l’état libre. Il ne constitue donc pas une énergie primaire, mais un vecteur énergétique (ou énergie secondaire).
On distingue :

  • l’hydrogène gris, obtenu à partir du méthane comme actuellement 
  • l’hydrogène bleu, obtenue à partir de méthane plus capture du CO2 
  • l’hydrogène vert, obtenu par électrolyse de l’eau avec une électricité verte

Il semble donc que le défi soit double : d’une part dans la production à grande échelle d’H² d’une manière décarbonée ; et d’autre part dans le développement des nouvelles utilisations, qui demandent de nouveaux procédés.

Enfin faut-il rappeler que ce gaz est très peu dense, difficile à stocker, et pouvant conduire dans l’air à des mélanges facilement explosibles. Et que les notions de coût ont toute leur importance pour la soutenabilité socio-économique de ces évolutions.

Nos invités ont éclairci ces perspectives et répondus aux questions des participants à ce café. 

Nos intervenants : 

  • Pierre Crespi, directeur de l’innovation chez un producteur d'hydrogène
  • Karel Hubert, consultant hydrogène
  • Frédéric Livet, directeur de recherches émérite en science des matériaux

 Modérateur : Jacques Talbot (CSCAG)