L’économie : une science comme les autres ?

Publié par Marie Christou-Kent, le 30 mars 2018   270

Xl pedestrians 400811 1280

J’ai assisté au Café Science du 4 avril 2017. La question posée : L’économie obéit-elle à des lois ? que l’on pourrait reformuler en : l’économie est-elle une science comme les autres ?

Etant biologiste, mes notions d’économie sont assez limitées. Heureusement, le sujet abordé lors de ce Café a provoqué des discussions autour de thèmes fondamentaux, accessibles pour un auditoire non-expert. Nous étions accompagnés comme d’habitude par 3 intervenants, qui étaient cette fois-ci deux enseignants-chercheurs et un maître de conférences en économie. Comme lors de ma première expérience d’un Café Science, la salle était remplie, l’ambiance chaleureuse et l’auditoire motivé avec plein de questions.

Pour débattre autour du thème proposé, il fallait commencer par définir ce que nous entendions par « science ». Il existe de nombreuses définitions, mais au sens large, on peut définir la science comme l’étude du monde naturel et de ces phénomènes. Selon l’un des intervenants, « être scientifique c’est quantifier ; on fait de la science dès qu’on commence à compter ». Mais l’objet d’étude de la science économique c’est l’homme et ses actions. La question qu’il faut alors se poser est : est-ce qu’on peut considérer l’homme comme un objet mathématique ? Et si on peut l’étudier, est-il possible de prédire l’activité humaine ?

Cette question a provoqué beaucoup de discussions, et dûes peut-être à la présence de plusieurs physiciens dans l’auditoire, quelques analogies ont été établies entre science économique et physique. Les « lois » traditionnelles de l’économie ont été comparées aux hypothèses de la physique classique : abstraites et simplifiées, elles décrivent des cas « parfaits » qui n’existent pas dans la nature. Les deux disciplines partagent la philosophie que si l’on peut tout savoir, on peut tout prédire.

Pourtant l’homme est complexe, imprévisible et irrationnel, ce qui rend compliquée la prédiction de ses actions. La prise de conscience de l’importance du rôle de l’homme dans l’économie est la raison pour laquelle une nouvelle discipline, dite « économie comportementale » a vu le jour. Si les principes d’économie « classique » peuvent être rapprochés de ceux de la physique classique, l’économie comportementale se rapprocherait de la physique quantique, dans la mesure où on peut y appliquer un principe d’incertitude :  à un évènement donné correspond un spectre de conséquences possibles, et de scénarios, et même si on savait tout, on ne pourrait prédire le futur que d’une façon probabiliste.

Nous pouvons peut-être aller jusqu'à dire que la difficulté d’intégrer la composante comportementale dans les théories scientifiques de l’économie est analogue à la quête d’une théorie unifiant les principes de la physique quantique avec ceux de la physique classique. C’est un exploit qu’on cherche encore à dépasser !

Alors, l’économie est-elle une science comme les autres ? C’est à chacun de se décider ! Mais peut-être qu’il ne faut pas s’attendre à des prédictions exactes lorsque l’activité humaine est concernée.

Marie Christou-Kent, Doctorante en biologie, Université Grenoble Alpes

Source des images : pixabay.com