Communauté

Humagora

[Podcast] La recherche à l’international : le cas des violences conjugales

Publié par Laboratoire Pacte, le 8 avril 2024   330

Ce nouvel épisode de InPacte marque le retour d’un invité de la saison précédente : Thierry Delpeuch, sociologue spécialisé dans les questions de droits, de justice, de police et de sécurité. Avec lui, nous nous penchons sur la coordination d’un projet à l’échelle européenne, au travers de ses deux études sur les violences conjugales : Improdova et Improve.

Comment émerge un projet à grande échelle ?

La plupart du temps, la collaboration à l’échelle de l’Union Européenne prend racine dans le croisement de plusieurs dynamiques. D’un côté, l’UE lance régulièrement des appels d’offres pour associer différents pays membres afin de traiter des sujets qu’elle considère comme cruciaux pour la science. De l’autre côté, les chercheurs et chercheuses tendent à fonctionner en réseaux au fil de leur carrière, ce qui facilite l’émergence spontanée de groupes de travail internationaux. Par ailleurs, l’UE elle-même motive la constitution de tels consortiums en proposant des forums et des points de contact nationaux afin de favoriser les rencontres.  Ainsi, les projets Improdova et Improve ont émergé à l’occasion d’un appel d’offre portant sur les violences conjugales, une thématique qui avait déjà été envisagée par Thierry et ses contacts internationaux par le passé et dont ils se sont emparés pour travailler ensemble.

Une richesse d’expertise à partager 

La collaboration internationale, tout particulièrement en sciences sociales, propose un atout de taille : elle permet d’étudier des phénomènes dans différents territoires et de les comparer avec des variables qui changent d’un pays à l’autre. De même, dans une optique d’innovation face à des problèmes partagés, l’association de plusieurs pays permet un plus grand éventail de solutions, ce qui enrichit considérablement le travail des chercheurs. Un enrichissement qui se ressent également dans le partage d’expériences et dans la mise en œuvre des solutions envisagées. Le cas des violences conjugales, en revanche, est assez particulier dans ce contexte. En effet, c’est un domaine de recherche qui est relativement homogène au niveau international puisque des instances telles que l’ONU s’intéressent depuis plusieurs décennies à la question de l’égalité homme-femme. De fait, il existe déjà des standards dans les manières de lutter contre les violences, notamment à l’échelle de l’Union Européenne. Par ailleurs, malgré la diversité et la potentielle richesse évoquée plus haut, les ressorts de la violence conjugale ne sont pas différents d’un territoire à l’autre, puis qu’il s’agit d’un phénomène généralisable à l’échelle de l’Humanité qui s’affranchit des différences culturelles et institutionnelles entre les pays.

Vers un objectif commun

Pour autant, la coordination de plusieurs pays pose un certain nombre de challenges. D’un point de vue très pratique, la première difficulté se retrouve au niveau de la langue, dans la mesure où le sens des mots varie souvent légèrement d’un territoire à l’autre. Des subtilités linguistiques qui impliquent un temps d’acclimatation assez long pour s’assurer que tout un chacun soit compris et que le vocabulaire soit homogénéisé. De même, la complexité se retrouve au niveau de la collaboration d’un grand nombre de personnes allant au-delà du cercle de la recherche – pour Improve, cela implique des associatifs, des policiers, des travailleurs sociaux ou encore des médecins. Une problématique qui a déjà été évoquée à plusieurs reprises au cours de cette saison et qui garde tout son sens en changeant d’échelle. D’ailleurs, d’après Thierry, les différences de culture professionnelles sont souvent bien plus grandes que celles de cultures nationales mais sont contrebalancées par un cadre d’organisation très strict posé par l’Union Européenne. Il en est ressorti des règles de déontologie communes, basées sur un fond commun de pratiques, de savoir-faire et de façons de voir, qui ont d’ores et déjà abouti à plusieurs publications dans le cadre du projet Improdova. Ces publications, aussi bien adressées au milieu académique que tournées vers le grand public, rappellent ainsi que la recherche, quelle que soit son échelle, aspire à améliorer la vie des citoyennes et citoyens.

Retrouvez tous les épisodes de InPacte sur :

Acast : https://shows.acast.com/in-pacte

Spotify : https://open.spotify.com/show/2PH1zBR9gHghtQrB8lxD55

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/2336642

Apple Podcast  : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/in-pacte-le-podcast-qui-donne-la-p...

YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCW4hfhliDqy_qytMKus6ktQ/

InPacte est une création du service communication de Pacte et d'Emilie Wadelle