Full image blog

Communauté

Le Master CCST

La communication au service des Sciences de la Terre, de l’Univers et de l’environnement

Publié par Virginie Strohmeyer, le 21 janvier 2021   400

Xl uga patrimoinest osug

Au mois de novembre 2020, malgré le second confinement, notre promotion de Master 1 CCST à l’Université Grenoble Alpes a pu rencontrer par visioconférence différents acteurs des métiers de la communication scientifique et technique. Ces rencontres ont eu lieu dans le cadre du cours “Institutions, métiers et environnements de la CST” encadré par Marion Sabourdy.

Le premier rendez-vous a eu lieu le 5 novembre dernier en présence de Marion Papanian, Chargée de communication et culture scientifique au sein de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG).

L’OSUG : 1 acronyme, 8 labos

Si le nom vous dit quelque chose, il n’est pas forcément facile de savoir ce qui se cache derrière cet acronyme et comment fonctionne cette institution de recherche. 

L’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG) est un établissement placé sous la tutelle de 4 établissements scientifiques et d’enseignement supérieur (EPST* et EPSCP**) : le CNRS, l’IRD, l’INRAE et l’Université Grenoble Alpes (UGA) et d’un établissement public administratif (EPA) qui est Météo-France. Les Observatoires des Sciences de l’Univers (OSU) ont pour mission l’observation, la recherche, la formation et la diffusion des connaissances. Pour mener à bien ses missions, l’observatoire est composé de 8 laboratoires, de 5 équipes associées et de 2 unités d’appui et de recherche: les recherches sont donc variées et couvrent différents domaines, de l’astrophysique, à la climatologie en passant par l’écologie ou l’étude des risques naturels.


Le travail des scientifiques de l’OSUG est donc de comprendre la formation, l’évolution et la variabilité du système Terre et des systèmes astronomiques.

L’Observatoire bénéficie du programme d’investissement d’avenir via un Laboratoire d’Excellence (LabEx). Ce projet “Habitability in changing worlds” lui permet d’accéder à des fonds supplémentaires pour répondre à des défis scientifiques et des enjeux sociétaux majeurs (en termes d’exploration de l’Univers, de changements climatiques et environnementaux, de dynamique interne de la Terre, d’exploitation des ressources et de maîtrise des risques) et contribuer aux réflexions de la “La place de l’Homme dans l’Univers”. La communication scientifique est primordiale pour permettre au public d’accéder aux actualités et continuer à découvrir les secrets de la Terre aux confins de l’Univers. 

Pour en savoir plus sur l’Observatoire, nous vous invitons à aller faire un tour du côté de leur site internet : https://www.osug.fr/

* EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique
**  EPSCP : Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel

Être sur tous les fronts

Retrouvez le live-tweet de Virginie en déroulant le thread sous ce tweet :

https://twitter.com/ninoutak/status/1324282812078448642?s=20

Au-delà de l’aspect “communication institutionnelle” se cache une multitude de projets et de missions pour les chargés de communication. Si la mission première est bien de valoriser la recherche faite au sein de l’observatoire, l’équipe de communication va devoir jongler entre plusieurs aspects de la communication interne et externe.

En interne, c’est-à-dire au niveau de l’OSUG et du monde de la recherche, les chargés de communication vont avoir un rôle très important pour fédérer les laboratoires et leurs réseaux. En plus des différentes newsletters préparées et envoyées aux personnels de l’observatoire et à leurs partenaires, l’organisation de journées évènementielles tient une grande place dans leur travail : journées internes de présentations de travaux, tables-rondes sur l’actualité scientifique et de la recherche, séminaires ou encore animation du réseau intranet (communication sur les projets Labex, vie à l’Institut, etc). Bien sûr, il y a une part de travail spécialement dédiée à la gestion du site internet et des réseaux sociaux ! Ces deux outils sont un peu un entre-deux : ils vont servir à la fois pour communiquer des actualités à destination de la presse ou même du grand public (notamment les réseaux sociaux) mais également permettre de tisser des liens professionnels. 

Et la médiation scientifique dans tout ça ?

Pas le temps de s’ennuyer à l’OSUG ! Pour varier un peu, Marion Papanian nous explique qu’elle coordonne des actions de coordination de la médiation scientifique. Depuis 2016, l’OSUG a aménagé un espace muséographique (actuellement fermé en raison de la crise sanitaire) dans lequel il est possible de retrouver des collections de roches, minéraux et fossiles ainsi que d’autres merveilles de la nature ou de l’Univers. Il est gratuit et accessible à tout le monde !

Espace muséographique de l'OSUG. Crédits : Michel Dietrich, Pierre Jacquet / OSUG

D’autres actions sont menées auprès du grand public, notamment des soirées dédiées à l’observation du ciel en compagnie de chercheurs de l’IPAG (Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble). Un autre rendez-vous incontournable qui se tient chaque année est également mis en avant à l’OSUG : la Fête de la Science. 

Il reste encore beaucoup de défis à relever pour l’OSUG, en termes de communication et de médiation ! De quoi permettre à de futurs communicants comme nous d’étancher notre soif de curiosité et de partage !

Clémentine Martin, Léna Gauthier, Tancrède Ménard & Virginie Strohmeyer