Que sont-ils devenus ?

Publié par Communauté Université Grenoble Alpes, le 21 mars 2019   540

Xl capture mt180

Rendre attractif la science le temps d’un concours, aider des thésards à vulgariser leur sujet, être une vitrine de la science, MT180 vous montre le thésard et la science d’aujourd’hui. Mais ne vous êtes-vous jamais demandés ce qu’il se passait quand la journée passait, quand on était rendu au lendemain. Cet article vous montrera ce que sont devenus quelques anciens participants grenoblois de MT180 2017.

Commençons par celle qui a remporté le premier prix national de MT180 en 2017, Sabrina Fadloun. Son « Étude d’un procédé de dépôt de cuivre par MOCVD pour la réalisation de vias traversants à fort facteur de forme pour l’intégration 3D » était financée par SPTS technologies, un groupe du secteur privé. Elle y termine sa thèse en décembre dernier et souhaite continuer à travailler dans le monde de la recherche.

Elle n’est néanmoins pas la seule à s’intéresser au secteur privé après sa thèse. Lisa Scanue travaille par exemple chez Probayes en tant que « data scientist ». Ou encore Lisa Guigue qui travaille en tant que CRA chez Sinnovial SAS. En quelques mots, elle coordonne le bon déroulement d’études cliniques chez les rhumatologues. Nous avons aussi Svetlana Meyer qui est devenue responsable scientifique chez Didask, une jeune société voulant changer les techniques d’apprentissage. Elle reste également chercheuse associée au Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition de Grenoble. Preuve que le secteur public reste plébiscité par nos anciens thésards.

Hippolyte Durand, second à la finale régionale de MT180, issu de Grenoble INP, effectue des recherches sur « L’utilisation de nanocelluloses pour le développement de nouveaux dispositifs médicaux ». Et oui, il s’agit de son sujet de thèse de 2017. Il montre à tous que la recherche est un long processus. Mais il serait faux de dire que tous sont restés sur les mêmes recherches. Nous avons par exemple Ali Fouladkar, chercheur en Big Data à Grenoble IAE. Ou même Médéric Descazeaux et Raphaël Bacher, ingénieurs de recherche dans leur domaine respectif. Nous n’oublions pas tous les autres, parfois en recherche de nouvelles opportunités.

Et comme toutes les grandes-mères rappelant leurs vieux souvenirs, voici l’album photo de la promo 2017.

Poncelet Guillaume