Communauté

Science F(r)ictions

Le Syndrome de l’Ile de Pâques, témoignage d’une vieille branche

Publié par Iliana Tosi, le 9 décembre 2021   960

2021. Article de SF écrit par Iliana TOSI, Étudiante M2BEE.

Nous sommes en 2574, l’Histoire de notre planète Terre a été marquée de bien des façons. Aujourd’hui encore, une nouvelle avancée technologique a fait parler d’elle. Alors que nous subissons une surpopulation massive avec près de 25 milliards d’êtres humains, les chercheurs du Laboratoire d’Ecologie Alpine de la ville de Grenoble ont utilisé leur dernier outil Stomata, pour transmettre un message d’alerte. Retranscrivant la parole de la flore, il a permis au dernier arbre connu au monde de s’exprimer.

Je suis celui qu’on appelle « Le Grand Chêne de Venon », âgé d’environ 900 ans je suis l’unique survivant de la déforestation. Jean Chalon a dit « Ecouter un arbre vaut mieux que tout », alors écoutez mes paroles avisées, maintenant que vous avez réduit au silence tous mes frères et sœurs.

Comme vous le savez l’intérêt pour l’écologie a lourdement chuté dans les années 2150 au profit de la surexploitation agricole. Les conséquences du taux de croissance démographique ont été majeures et décisives pour la planète. Notamment, la grande directive mondiale de déforestation massive des forêts, pour assurer la pérennité de la race humaine. Chaque parcelle un tant soit peu boisée a été transformée en gratte-ciel ou victime d’une agriculture intensive. Cela a coûté la vie à de nombreuses espèces animales et végétales vivants dans ces milieux, mais également à celles qui se sont faites dévorées pour compenser la famine mondiale. Ce que vous avez l’air d’oublier toutefois, c’est que les conséquences écologiques pour les êtres humains sont sur le point d’arriver. N’avez-vous pas retenu la leçon de l’Ile de Pâques ?

«Les conséquences pour les êtres humains sont sur le point d'arriver »

Je vais vous raconter le désastre écologique de cette société ancienne qui a conduit, en partie, à sa perte dans l’isolement le plus complet. Ce récit me provient d’un dialogue entre mycorhizes à racines que la flore me transmet depuis des siècles. Ainsi, l’Ile de Pâques avec ses terres stériles, sans arbres et à la biodiversité extrêmement limitée était autrefois un milieu riche en arbres subtropicaux, en oiseaux et en coquillages. Que s’est-il passé me diriez-vous ? Sans surprise, le passage de l’humain aux alentours de l’an 900 ap. JC, où l’ile a été colonisée par des Polynésiens lors de l’expansion polynésienne préhistorique. A partir de ce moment, cette civilisation a utilisé les ressources de l’ile pour subvenir aux besoins d’une population croissante et construire ses célèbres statues. La population maximale sur cette ile de 171km² a été estimée entre 6000 et 30 0000 habitants. Les Moaï, ces imposantes statues reposants sur des Ahu et parfois surmontées de Pukao, nécessitaient beaucoup d’humains pour leur construction, leur transport et leur érection. La fabrication de corde provenant de l’écorce de hauhau (Triumfetta Semitriloba) était indispensable pour ces travaux, amenant à utiliser la ressource forestière à cette escient.

Photo de moaï posés sur un Ahu. Un des moaï est coiffé d’un pukao. Source : Pxhere.
Photo de moaï posés sur un Ahu. Un des moaï est coiffé d’un pukao. Source : Pxhere.

Vous vous croyez sauvés de cette destinée car les matériaux et matières premières de votre civilisation ont changé ? Il n’est pas uniquement question de déforestation des arbres pour leur matière, mais c’est également un moyen de produire plus de culture pour nourrir la population. Sur ce point là, vous pouvez commencer à vous questionner sur votre devenir.

Jo Anne Van Tillburg et son mari Jan étaient des archéologues américains qui ont enrichi les connaissances sur l’ile. Ils ont estimé que ce travail de construction a conduit à une augmentation de 25% des besoins alimentaires en 300 ans. Combiné avec la croissance démographique, des solutions ont dû être trouvées. D’une part, la faune de l’ile a été dévorée et d’autre part, l’agriculture s’est intensifiée. Autrefois riche de six espèces d’oiseaux terrestres et de 25 espèces marines, plus aucun oiseau terrestre indigène n’était présent après le passage de cette société. Les chasses excessives, la déforestation et la prédation par les rats (introduit par les colons Polynésiens) ont eu raison de l’avifaune. D’autres espèces animales ont également subit cette chasse excessive des Pascuans, traduisant la nécessité de se nourrir. La déforestation commençant avec l’arrivée des colons vers 900 ap. JC, elle a atteint son apogée vers 1400 ap. JC et s’est terminée entre le XV ieme et le XVII ième siècle selon la localité. Cela a causé la disparition d’au moins 21 espèces d’arbres.                                                                                                                                                   

Les conséquences immédiates ont été la disparition des matières premières, la disparition des ressources alimentaires et la baisse du rendement des récoltes. Comment cela peut-il être possible si les cultures agricoles se sont intensifiées ? Le bois des arbres servait à construire des pirogues pour la pêche en haute mer, sans cela le choix de ressource alimentaire eut été devenu encore plus limité.

La conséquence fortement probable qui risque de toucher votre civilisation, avare de terre cultivable est l’érosion des sols par la pluie et le vent. Un sol érodé est un sol qui se détache, se déplace, puis se dépose 10 à 40 fois plus vite que son taux de formation. La couche fertile est emportée ailleurs sur le terrain, où elle s'accumule avec le temps, ou hors du terrain. C’est un phénomène naturel qui touche tous les sols, seulement il est 500 à 10 000 fois plus rapide sur un sol non boisés que sur un sol possédant des arbres. Nous les arbres, permettons en effet de protéger le sol du rayonnement solaire, de l’évaporation, du vent et de l’impact direct de la pluie. La productivité des sols étant impactée, les cultures ont été abandonnées et les rendements agricoles diminués. La déforestation et l’abandon des terres qui s’ensuivit ont mené à la dessiccation des sols (desséchement des sols) et au lessivage des nutriments (déplacement des éléments nutritifs vers les couches profondes).

D’autres conséquences liées à la déforestation peuvent également être considérées. C’est pourquoi le régime des perturbations au niveau de la fréquence des incendies, du CO2 atmosphérique, de la sècheresse, des inondations, du cycle de l’eau ou encore une perte significative de la biodiversité sont autant de conséquences qui ne vous laisseront pas de bois.

Conséquences de la déforestation. Source : Freepik
Conséquences de la déforestation. Source : Freepik

«Les conséquences immédiates ont été la disparition des matières premières, la disparition des ressources alimentaires et la baisse du rendement des récoltes.»

Les conséquences ultérieures à la déforestation massive sur l’Ile de Pâques ont été la famine des humains suivit d’une baisse démographique. Cette terre devenue stérile et pauvre en biodiversité n’avait plus aucune ressource alimentaire à offrir à cette société. La seule et unique solution qui restait a été adoptée, le cannibalisme. L’arrivée de colons Européens à partir de 1722 avec l’expédition de Jakob Roggeveen a continué d’affaiblir les Pascuans avec l’apport de maladies encore jamais rencontrées par ce peuple.                                                                                                     

L’effondrement de la société Pascuane a suivi rapidement le moment où elle avait atteint un pic démographique, où la construction de monument était intensive et où l’impact humain sur l’environnement était le plus marqué. Près de 90% de la population a été victime de sa propre perte.

«Les conséquences ultérieures à la déforestation massive sur l’Ile de Pâques ont été la famine des humains suivit d’une baisse démographique. »

Alors oui vous allez me dire que cette ile était un milieu fragilisé, que les Pascuans n’avaient pas la technologie que vous avez actuellement, que vous êtes bien plus nombreux et que la globalisation va vous sauver. Mais tout comme les clans de l’Ile de Pâques, les ressources sont partagées et vous interagissez tous ensembles grâce à la mondialisation. Cette ile est tout autant isolée au milieu du Pacifique que l’est la Terre dans l’espace. Et lors de cette situation critique, ils n’avaient personne vers qui se tourner, tels vous autres humains. Tout comme eux et les autres sociétés qui se sont effondrées, les signes avant-coureur de l’« échec des Etats » sont validés : la pression environnementale et démographique, créant des conflits. 

Si les habitants de l’Ile de Pâques n’ont pu résoudre leurs problèmes locaux dans le passé, comment le monde actuel pourrait-il espérer résoudre ses problèmes globaux ?                   

Alors si vous voulez un conseil, arrêtez de voir simplement l’arbre qui cache la forêt et commencez à vous inquiéter du devenir de vos sols et de votre monde tel que vous le connaissez.

Références

Diamond, J. (2004). Effondrement Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie.

L’érosion du sol – Causes et effets. (n.d.). Retrieved October 19, 2021, from http://www.omafra.gov.on.ca/french/engineer/facts/12-054.htm

Wohlleben, P. (2015). La vie secrète des arbres (Les Arenes Eds).