Full saisonplanete2

Communauté

Une Saison...

Isaac, Azar et le socle de Belledonne

Publié par Laura Schlenker, le 10 septembre 2021   820

Xl pierres brillante

Ce texte a été composé lors d'un atelier d'écriture créative "Paroles de roches, pierres et fossiles"  animé par Laura Schlenker de la Fabrique média à la maison de l'environnement de Chamrousse, dans le cadre du projet "Minéraux et Fictions". Retrouvez tous les  textes des participants dans ce dossier.


Isaac, Azar et le socle de Belledonne

Cette nuit, j’ai rêvé d’avoir changé d’apparence. Je n’avais plus cette couleur argentée qui oblige les passants à s’arrêter pour m’observer. Je n’avais plus cette forme irrégulière qui oblige les gens qui m’ont ramassé de me rejeter. Cette nuit, j’ai rêvé que j’étais une pierre tout à fait normale, avec une forme bien lisse et une couleur bien grise.

Mais ce n’est pas la réalité. Je resterais toujours Isaac la pierre qui n’avait pas eu la chance d’être parfaite. Et même mon apparence est désavantageuse. J’aurais aimé être comme Azar mon frère, qui, lui au moins, arrive à s’accepter comme il est.

Azar, c’est mon frère jumeau, on se ressemble physiquement, mais il arrive quand même à être plus parfait que moi. Quelques fois, je me demande pourquoi je ne peux pas juste m’accepter comme je suis. 

Ca ne devrait pas être si compliqué, plein de pierres y arrivent, alors pourquoi pas moi ? Je devrais peut-être entreprendre un de ces longs voyages qui permettent au gens de se ressourcer.

Demain, je partirai sans prévenir Azar. Je monterais en haut de la montagne retrouver notre père fondateur, le socle de Belledonne.

C’est alors que j’entrepris un long voyage vers je ne sais où, dont je ne connais pas la durée. La route est longue et il commence à faire froid. Heureusement que je suis une pierre et que je ne peux pas ressentir la douleur ! C’est la première fois que j’apprends à trouver des points positifs à mon physique.

Après un mois de route et de « self love » j’arrive enfin à atteindre le haut de la montagne. Une grosse voix m’interpelle :

« Tu es de retour Azar ! Tu es devenu encore plus beau et plus fort »

Je comprend alors maintenant comment Azar a fait pour être aussi confiant.


Texte et photographie Aïdalou