Communauté

Une Saison...

La Tour Perret transformée en phare de la qualité de l'air à Grenoble - Echosciences chez RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 16 mars 2022   740

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 10 mars, par Emmanuel Laisné, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de retrouver l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Emmanuel Laisné, chargé de projets à La Casemate. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles d’Echosciences Grenoble. Bonjour Emmanuel !

Bonjour Nicolas !

Alors de quoi allez-vous nous parler aujourd’hui ?

Et bien permettez-moi de vous le faire deviner ! Si je vous dis : un édifice emblématique de la ville de Grenoble … qui a marqué l’histoire du béton armé … et été construit en 1925 à l’occasion de l’exposition de la houille blanche…

C’est bon, je crois que comme nos auditeurs je l’ai. Vous allez nous parler de la Tour Perret.

C’est bien cela ! Et ce n’est pas pour vous parler patrimoine et architecture mais plutôt qualité de l’air et santé … Je vois d’ailleurs à vos yeux que ça vous surprend mais c’est bien l’objet d’un article publié la semaine passée. Article qui nous apprend que la Tour s’est transformée depuis le 11 février en un “phare de la qualité de l’air à Grenoble”.

Pendant trois mois, elle va donc revêtir des illuminations qui varient selon l’indice de qualité prévu pour le lendemain avec six couleurs différentes, bleu, vert, jaune, rouge, pourpre et magenta.

Alors personnellement je n’ai pas encore eu l’occasion de les voir … mais à quoi correspondent-elles ces couleurs ?

Elles sont une sorte de thermomètre basé sur l’indice Atmo. Un indice national qui s’intéresse à la concentration de cinq polluants majeurs dans l’air que nous respirons : les particules fines, l’ozone, le dioxyde d’azote ou encore le dioxyde de souffre. Autant de polluants qui sont connus pour provoquer au mieux des irritations des voies respiratoires mais aussi pour aggraver ou initier des maladies respiratoires ou cardiovasculaires voire sur le long terme être à l’origine de cancer si on en juge par les informations du site du ministère des solidarités et de la santé.

Ça n'est pas très réjouissant.

Non mais c’est aussi pour cela finalement que cette initiative est intéressante. Sans mauvais jeu de mot, elle a le mérite de mettre en lumière cet indice, que certains connaissent peut-être déjà, en lui donnant un ancrage dans notre quotidien. Et peut-être de nous alerter sur la situation. Ainsi, si vous avez levé les yeux vers la tour Perret au cour de la semaine écoulée, vous avez du vous rendre compte que la tour n’a pas changé une seule fois de couleur. Elle est restée rouge témoignant d’une qualité de l’air mauvaise principalement en raison de la présence de particules fines qui proviennent en général du chauffage au bois et des industries.

C’est donc avant tout un moyen de communiquer. D’où l’expression “phare de la qualité de l’air” mentionné dans l’article ?

Oui mais comme un phare vous pouvez aussi modifier votre comportement en fonction, adapter votre trajet ou votre navigation si je poursuis la métaphore. Cela va de privilégier le vélo pour éviter d’ajouter à la pollution ambiante, à limiter les activités physiques trop intenses pour ne pas hyperventiler au milieu des gaz d’échappement et préserver votre santé. En somme pédalez, mais lentement …

Merci pour ce conseil ! Avant de nous quitter, un événement à nous partager ?

Oui, pour rester dans la thématique, la MJC du Pic Saint-Michel à Claix organise ce soir à 20h une conférence intitulée “Environnement en France, est-ce grave docteur ?”. Toutes les informations pour participer sont disponibles sur l’agenda d’Echosciences echosciences-grenoble.fr.

C’est noté ! A bientôt Emmanuel !

A bientôt Nicolas !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)