Comment la couleur bleue a-t-elle envahi nos placards ? - Echosciences sur RCF Isère

Publié par Echosciences Grenoble, le 25 septembre 2023   430

Depuis septembre 2019, RCF Isère offre du temps d'antenne à Echosciences Grenoble, tous les jeudis à 12h05, dans "l'Echo des médias" des "Midis RCF" présenté par Nicolas Boutry.  L'occasion de vous parler des derniers contenus intéressants partagés par les membres d'Echosciences. Retrouvez toutes les chroniques dans ce dossier ou sur le site de RCF-Isère !

La chronique du 21 septembre 2023, par Marion Sabourdy, en son et en texte ci-dessous :

Sur RCF Isère, c’est l’heure de l'Écho des médias. Aujourd’hui, nous retrouvons Marion Sabourdy, responsable éditoriale d’Echosciences Grenoble. Vous allez nous présenter les dernières nouvelles de cette plateforme. Bonjour Marion !

Bonjour Nicolas !

Alors Marion, aujourd’hui, vous souhaitez nous parler d’une couleur…

Oui Nicolas et j’aimerais vous la faire deviner. Si je vous dis : roi, ciel, marine, turquoise, indigo, azur, outremer, cobalt…

Je pense à la couleur bleue !

Vous avez raison. Et si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que les couleurs ont une histoire et qu’étonnamment, le bleu, couleur préférée du monde occidental, était méprisé dans l'Antiquité. Je l’ai appris en lisant l’article “Comment la couleur bleue a-t-elle envahi nos placards ?” sur Echosciences.

Mais comment ça, méprisé à l’Antiquité ?

Et oui, parce qu’à l’époque romaine, le bleu était l’apanage des barbares Celtes et Germains qui s’enduisaient le corps d’une décoction de guède pour effrayer leurs ennemis. Ça ne s’arrange pas vraiment jusqu’au début du Moyen-Age, où seuls les paysans teignaient leurs vêtements de cette couleur.

A quel moment le bleu obtient-t-il ses lettres de noblesse ?

Cela se fait en plusieurs temps. D’abord à partir du début du 11ème siècle lorsqu’en théologie et en symbolique, le ciel divin devient bleu, puis entre la fin du 11ème et le début du 12ème siècle lorsque les représentations de la Vierge Marie la parent d’un bleu marial éclatant et vif. Ce changement est renforcé par la décision du roi Philippe Auguste de porter des vêtements bleus. Il est le premier en Occident à le faire et sera suivi par son petit-fils Saint Louis puis par les autres monarques européens et enfin par l’aristocratie et la bourgeoisie.

Et le bleu, ce n’est pas qu’une affaire d’histoire ou de mode. C’est aussi de la technique…

En effet Nicolas. L’effet de mode fait que la demande explose et que les teinturiers s’adaptent. La production de guède devient industrielle et le bleu est au 14ème siècle le principal concurrent du rouge garance. Aux siècles suivants, l’indigo importé d’Inde remplace toutes les techniques précédentes. Ses vertus colorantes très fortes rendent sa couleur plus vive et permettent une meilleure teinture. Il faudra attendre 1860 pour voir la mise au point d’un indigo synthétique, par le prix Nobel de chimie Adolf von Baeyer.

Et maintenant, quand on parle du bleu, on pense par exemple à la première des couleur du drapeau français et aussi au maillot des équipes nationale de sport. On pense particulièrement aux Bleus, les rugbymen français en ce moment.

Bien sûr, une jolie réappropriation par le peuple d’une couleur auparavant symbole de la royauté. On peut penser également aux jeans, commercialisés en masse dans les années 1920 aux Etats-Unis puis exportés dans le monde entier. Mais aussi au bleu de travail, marqueur d’une classe sociale. Aujourd’hui, le bleu est devenu synonyme d’élégance, de calme et de sécurité. Il est utilisé pour les uniformes des gardiens de la paix, le drapeau de l’Union Européenne et par les Casques bleus de l’ONU.

Et bien merci Marion pour ce petit voyage dans l’histoire du bleu. Vous avez une petite suggestion de lecture à ce sujet ?

Oui, je vous invite à découvrir les écrits de l’historien spécialiste des couleurs Michel Pastoureau et les autres ouvrages proposés à la fin de cet article, que vous pouvez retrouver sur echosciences-grenoble.fr.

Merci Marion, à très bientôt !

>> Photo : Christopher Fausten (@christopher_rcf)