Dialogue intergénérationnel

Publié par MariaRosa Quintero Bernabeu, le 30 mars 2015   1.8k

Xl letterwriterune

... ou comment faire communiquer de vieilles machines.

Nous sommes connectés en permanence. Nous envoyons des messages depuis notre portable avec de multiples programmes qui nous permettent de communiquer instantanément avec nos amis. C'est tellement actuel, n'est-ce pas ? À ACONIT, nous nous sommes lancés le défi de faire pareil, c'est-à-dire d'envoyer des messages avec nos « machines » et de créer notre propre programme pour le faire. La seule différence : ces machines ne sont pas des « portables », elles ont quelques années, plutôt des décennies et ne rentrent pas dans la poche !

La communication Homme-Machine a évolué constamment au fil des progrès technologiques, depuis les terminaux électromécaniques jusqu'aux écrans tactiles. Derrière ce que l’on voit (la mécanique) se cache toute la « micro-électronique » : les transistors, les circuits intégrés, les tubes à mémoire, les surfaces tactiles, les écrans LSD, plasma… Et une innovation permanente !

Un Friden Flexowriter

ACONIT a dans ses réserves des machines qui illustrent cette évolution de la communication homme-machine. Nous avons décidé de les mettre en scène et de créer un programme qui permette à ces vétérans de communiquer entre eux. Ils vous racontent une histoire qui va de 1965 à 1985 environ. Avant, l'ordinateur travaille en mode isolé et n'a qu'un opérateur qui peut communiquer avec lui avec des manettes puis un clavier (mais sans écran). Sur une ville comme Grenoble, il en existe moins de 20. A partir des années 70, l'ordinateur permet à plusieurs utilisateurs de travailler « à distance et en parallèle » et de communiquer avec lui grâce au « terminaux » que nous vous présentons. On commence donc à parler de communication homme-machine.

Au-delà du début des années 80, on peut mettre en réseaux des terminaux, avec écrans, des ordinateurs et la communication commence à ressembler à ce que vous connaissez. Cette exposition est donc l'histoire de cette formidable accélération technologique. Ce projet a été le travail de stage de Georges Schwing et il a été présenté officiellement lors de l'évènement SEMICON Europa du 7 au 9 octobre à Alpexo (Grenoble).

Cinq terminaux développés entre 1975 et 2000 ont été mis en réseau :

  • DEC Letterwriter (1975), qui imprime avec tête à aiguilles
  • TVI 920 (1975), un des premiers terminaux écran / clavier
  • Texas Silent 700 (1975) à tête thermique, c'est-à-dire chauffante pour papier thermosensible
  • DEC VT220 (1980), le nec plus ultra des terminaux écran / clavier
  • Minitel (1985), le terminal du premier réseau grand public

Un Texas Instruments Silent 700 de 1976 environ

Deux autres terminaux, plus anciens, c'est à dire d'avant 1970, ASR33 électro-mécanique et Tektronix 4014 à tube à mémoire, sont également présentés mais ne sont pas en état de marche. Chaque terminal est accompagné d'un panneau bilingue qui explique ses principales caractéristiques. Le visiteur peut envoyer un message d'un terminal actif à un autre. Le "tchat" des ancêtres !

Et puis... pour nous connecter avec 2015, une tablette, avec le logiciel de démo ICALLA, permet de faire afficher par nos vénérables terminaux le message que vous écrirez du bout du doigt sur la tablette. Cette exposition, présente dans le hall d'ACONIT, est visitable sur rendez-vous. Elle est également disponible à la location.

>> Crédits : ACONIT, verdebinario (Flickr, cc), ncsunewsdept (Flickr, cc)