JOURNAL DE BORD #8 : Les soutenances

Publié par Rémi Monti, le 14 novembre 2020   130

Xl 124761656 780335552516912 7322179226014592518 n

LABORATOIRE DE DEBRIEF DES SEMAINES PRECEDENTES

En première partie du cours, petit débriefing des semaines précédentes du Média Lab avant les soutenances finales. Le narrateur passera aux lecteurs les détails de cette première heure, entre derniers ajustements relatifs aux droit d'auteurs et peaufinage des soutenances finales ...

Premier groupe à dégainer son pechi koucho (présentation de vingt diapos de vingt secondes chacune) : le projet Ciné-Concert ! Les membres du groupe présentent donc à Jenny-Jean Pelleton et Anaïs Truant, les commanditaires de la cinémathèque, le choix du thème du western et déroulent le programme en se trompant seulement trois fois entre les mots "cinémathèque" et "médiathèque", ça passe. Au programme donc : des balles de winchester qui sifflent dans les grandes plaines,  un John Wayne beaucoup trop classe qui pourfend des Indiens pour défendre les valeurs de l'Amérique, Clint Eastwood qui fume des cigares (vous êtes team Clint Eastwood ou John Wayne ?, vos réponses en commentaire !!), de la musique épique d'Ennio Morricone jouée par des orchestres symphoniques, des duels, la guerre de sécession (team unioniste ou sécessionniste ? pareil, réponse en comm !!), de la bagarre, des troupeaux de bisons, la gueule moustachue d'Eli Wallach au bout d'une corde ... YIIIIIIHAAAAAA ! Ça en jette ! Voici d'ailleurs l'after-movie d'Il était une fois dans l'Ouest :

Un moment d'échange entre le jury et les étudiants suit la présentation. Extrait choisi :

          - Anais Truant : Vous avez fait un budget pour vos ciné-concerts ?
          - Aurore :  ... Non.
Beau moment de partage entre Aurore et le commanditaire ! Absit reverentia vero « Ne craignons pas de dire la vérité ».  Ton honnêteté t'honore, Aurore. De toute façon pas grand chose pouvait nous sauver sur ce coup là, si ce n'est une intervention divine de Ladislas, docteur ès budgétisation, capable de nous pondre un budget équilibré sur trois années en deux temps trois mouvements : du grand art, du budget de patrimoine.

LABORATOIRE D'EVALUATION

Chaque présentation est suivie d'une phase d'évaluation. Une évaluation ? Eh non, deux évaluations pour le prix d'une ! Tandis que les élèves s'évaluent entre eux, le jury évalue la présentation sur un autre document. Le moment est un peu long ... pas grave ! On en profite pour passer la tête à travers le velux pour admirer la vue. Magnifique lumière sur Belledonne, au bout de la rue à gauche on aperçoit presque la casemate et nos amis d'Echosciences. Coucou Echosciences !

LABORATOIRE DE SUITE DES PRESENTATIONS

Place à la seconde présentation, toujours sous forme de pichon kouchi (on le rappelle, présentation rythmée de 6 minutes 40) : c'est au tour du projet Redoublement ! L'idée est alléchante,  doubler un scène de film entouré par une équipe technique de pros. C'est la promesse d'une franche partie de rigolade entre amis, en plus, on repart avec la bande vidéo de l'extrait que l'on vient de doubler. La présentation nous en met plein les yeux, les élèves incarnent à la perfection leur idée, les critiques sont unanimes : le projet est une réussite, voici leur vidéo de promotion :

Troisième pichou macha (faut-il encore rappeler le concept ? Des présentations de vingt slides de vingt secondes chacune). De nouveau, nous vous invitons à zoomer sur les supers fonds d'écrans choisis par ceux qui présentent, on ne peut s'empêcher de penser qu'Auxence aurait fait un super droog, "an horrorshow malchickicaïd" comme l'aurait surement décrit Alex. 

De Niro, la méga classe

Ce projet, intitulé Clip Clap a pour but de mettre en miroir l'influence visuelle que le cinéma a sur des clips, on y retrouve des associations étonnantes :  Metropolis de Fritz Lang / Radio Gaga de Queen, Madonna / Les Hommes préfèrent les blondes, West Side Story / Bad de Michael Jackson ...

Le projet est unanimement salué, Jenny-Jean est fan de clips ; tout le monde veut prendre sa place ; le cinéma Juliet Bertho affiche complet sur les trois dates. D'ailleurs, leur vidéo de présentation est tout à fait captivante, la voici :

Au tour du groupe Sing Along de présenter son machu pichu (dont on ne peut s'empêcher de vanter encore une fois les mérites, favorisant l'éloquence et la concision). Vous l'auriez compris d'après le titre, va falloir chanter. Je citerais ici la note d'intention de mes camarades : "Sing Along vous propose de réenchanter vos soirées entre amis autour d’un karaoké collectif d’un film culte. Mamma Mia, Grease, et tous les films de votre enfance que vous vous surprenez parfois à chantonner les musiques dans votre tête seront diffusés pour vous, à Grenoble". On adhère à fond. Les gourmands attentifs à la présentation retiendront l'idée du buffet présent lors de la soirée, une idée qui, personnellement, me ravit. 

Lors de la phase d'échange est soulevé le potentiel infini d'un tel projet : un festival Sing Along ? Un cycle Disney ? des Sing Along en plein air ? Des buffets à volonté ? Une édition d'un festival en partenariat avec les Grands Buffets de Narbonne ? Encore une fois, l'idée est passionnante et le commanditaire semble satisfait.

LABORATOIRE DE BILAN

Suite au laboratoire de présentations, nous passons au laboratoire de bilan. Des retours sont faits à Laura Schlenker, des discussions productives sont engagées. Le bilan est fait.

LABORATOIRE D'AU REVOIR

Chers lecteurs, c'est le cœur serré que je vous annonce que cet article marque la fin de l'aventure media lab que nous avons partagée toutes ces semaines avec vous. Je tiens à remercier chaleureusement Laura Schlenker de nous avoir accompagné tout au long de projets qui n'auraient pas été les mêmes sans son dynamisme et la qualité de ses cours. Un grand merci à la cinémathèque de Grenoble, à Peggy Zejgman-Lecarne, Jeanny Jean Pelleton et Anaïs Truant de nous avoir proposé un sujet aussi passionnant.

Et merci à vous, chers lecteurs.