La résidence Thinkrotron 2012-2013

Publié par Kissia Ravanel, le 6 septembre 2013   1.5k

Xl laurentmulot

Comment ouvrir des portes entre le monde des sciences et celui du quotidien ? Comment construire une expérience commune, dans tous les sens du terme, scientifique, humaine, sensible ? C’est le projet que poursuit Laurent Mulot, plasticien en résidence au CCSTI La Casemate pour travailler sur le territoire grenoblois, et tout particulièrement à partir/autour de l’équipement européen de rayonnement synchrotron (ESRF). Sur près de 2 ans (2012-2013), à travers des rencontres entre habitants et chercheurs, des visites du synchrotron suivies d'ateliers de partage d'expériences, des conférences publiques et une grande exposition de restitution "la chambre d'Echo", Laurent Mulot nous invite à explorer notre territoire, à la fois quotidien et scientifique, entre mémoire et futur.

Cette page se veut le carnet de bord de cette aventure partagée.

Thinkrotron : quand les habitants et les chercheurs de l'ESRF se rencontrent

Accueilli en résidence par la Casemate depuis le printemps 2012, l’artiste plasticien Laurent Mulot termine la deuxième phase de son projet en 2013 par la création d’une exposition de restitution. L’invitation en résidence était centrée sur la question de la représentation des sciences, plus particulièrement de l’imaginaire des habitants voisins du quartier de la presqu’ile scientifique à Grenoble, quartier en fort développement urbain. Pendant près d’un an, Laurent Mulot a travaillé au contact de volontaires issus de l’association du quartier St Bruno et de chercheurs de l’ESRF synchrotron, l’un de grands équipements de recherche européens implantés sur la presqu’ile scientifique. Ce travail s’est traduit par l’organisation de plusieurs visites privées des laboratoires scientifiques de l’ESRF par les habitants, ainsi que par plusieurs ateliers d’écriture, visant à transcrire les sentiments éprouvés lors de ces visites. Petit à petit, et au contact étroit des scientifiques, l’artiste s’est orienté vers la question de la mémoire, faisant du centre de calcul (data center) de l’ESRF le point de convergence des récits des habitants et des expériences des chercheurs. Voir la vidéo de la résidence

L'origine du projet

Juin 2013 : première rencontre entre l'artiste les habitants et les chercheurs

Septembre 2013 : deux visites privées de l'ESRF

visite 1

visite 2

Octobre 2013 : L'artiste filme les habitants dans les cabines du synchrotron

visite 3

Novembre et décembre 2013 : les rencontres se poursuivent à l'Union de Quartier Berriat pour échanger sur le ressenti de ces visites (4 ateliers)

Conférence de Laurent Mulot à l'ESAD

Appel à poétiser la mémoire du synchrotron

Janvier 2013 : Atelier 5

En 2013 les rencontres de l'artiste avec les habitants et les chercheurs se poursuivent de manière individuelle sous forme d'interviews audio et vidéo. Ces interviews seront visibles dans l'exposition et la parole des participants accompagnera les objets de l'exposition.

Les rencontres entre Laurent Mulot, Abdelkader Damani (Commissaire de l'exposition) et Catherine Gauthier (Directrice du Muséum de Grenoble) se poursuivent autour de la collection des objets "humides" de la réserve du Muséum.

Lors d'ne visite dans les réserves de l'ACONIT le regard de l'artiste s'arrête sur le "Mind 1024" neurocomputeur conservé lui aussi.

L'exposition "La Chambre d'Echo" se construit autour de ces objets et de la mémoire informatique du synchrotron. Cette exposition questionne "la mémoire, l'histoire et l'oubli"

Autour de cette exposition d'art contemporain qui est un des volets du tryptique Thinkrotron, les partenaires du projet (CCSTI, ESRF, Muséum) ont imaginé un espace de médiation avec des objets de l'ESRF (choix des objets), un film retraçant la résidence à travers les témoignages des participants (CCSTI, habitants, chercheurs, artiste).