Les plantes médicinales au cœur d’une formation Maison pour la science

Publié par Maison pour la science en Alpes-Dauphiné, le 2 juillet 2019   420

Xl dsc01602

Article rédigé par Marie Arthuis, stagiaire en communication scientifique à la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné

Les végétaux présentent diverses propriétés dont celle de nous soigner. Des professeurs de collèges s’y sont intéressés lors de la formation proposée par la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné intitulée « Plantes médicinales : de la plante aux substances végétales actives ». Cette structure pédagogique rattachée à l’Université Grenoble-Alpes, propose des actions de développement professionnel en sciences et en technologie aux professeurs des écoles et de collèges, dans l’esprit « La main à la pâte ».

La formation a été déclinée en deux sessions de deux jours au cœur de la faculté de pharmacie (site SantUGA - La Tronche) et sur le campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères. Ce sont au total 45 enseignants (en grande majorité en Sciences de la Vie et de la Terre) qui ont pu bénéficier de cette action de développement professionnel.

Une mise en situation d’investigation captivante

La première journée a commencé par la présentation des participants au travers d’une image en lien avec la botanique : autant d’histoires autour des végétaux que de personnes dans la salle (convivialité, partage, sens et souvenirs). 

Les enseignants ont mis en place une démarche d’investigation par groupe pour répondre à la problématique suivante : un élève se serait empoisonné avec une plante récupérée dans le bois au sein du collège. Quelles stratégies mettre en place pour comprendre ce qu’il s’est passé, informer les élèves et les avertir ? Les enseignants regorgent d’idées pour faire participer les élèves à toutes les démarches : identification, cartographie du biotope, cartel de prévention…

Les enseignants absorbés par la mise en situation d’investigation

S’en suit alors une conférence passionnante de Serge Krivobok, Docteur en Pharmacie et Maître de Conférences à l’UFR de pharmacie, qui nous explique l’histoire des plantes médicinales, leur classification et quelques exemples atypiques comme le plantain, utilisé pour soigner les plaies.

La découverte du Jardin Dominique Villars

L’après-midi s’est déroulé au cœur du jardin Dominique Villars, sur le site de la faculté de Pharmacie de La Tronche. Les enseignants partent à la découverte des plantes médicinales présentées selon leurs propriétés thérapeutiques ou pathologies à soigner, guidés par les explications de Serge Krivobok le responsable du jardin. Certains d’entre eux ont même pu récupérer quelques boutures à replanter.

Les deux groupes ayant participé à la formation - Crédit photo Paul Savary

Les deux journées ont été espacées d’un mois et un enseignant a pu mettre en place la première activité d’investigation avec ses élèves sur l’intoxication par l’ingestion d’une plante, situation qui a passionné les collégiens.  

« Faire le lien entre ce qu’on aime et l’application avec nos élèves, c’est très enrichissant et satisfaisant » - un enseignant

Les enseignants visitent un laboratoire de Pharmacognosie

La seconde journée de formation était orientée sur les classes moléculaires thérapeutiques au sein des plantes. Ainsi, les enseignants ont eu l’opportunité de visiter le Département de Pharmacochimie Moléculaire (DPM - UGA). Ils ont pu découvrir les processus d’identification et d’extraction des substances végétales actives, notamment sur les plantes alpines. En parallèle, Benjamin Boucherle, Docteur en Pharmacie et Maître de Conférences en Pharmacochimie, a présenté ses travaux de recherche en pharmacognosie, l’étude des extraits végétaux et des molécules d’intérêt thérapeutique. 

Découverte des outils utilisés dans l’extraction de molécules thérapeutiques

L’après-midi, les enseignants ont bénéficié d’ateliers de pratique expérimentale autour de la menthe poivrée : observation microscopique des poils sécréteurs et identification des composants par chromatographie. Ces activités sont tout à fait transposables en classe et les enseignants étaient ravis de pouvoir expérimenter à nouveau. Carole Moncenis, formatrice pédagogique, a proposé aux enseignants plusieurs pistes de réinvestissement pédagogique en classe, aux enseignants. 

Les enseignants concentrés lors des expérimentations autour de la menthe poivrée
Observation d’un poil sécréteur au microscope et résultat de la chromatographie

À l’occasion du bilan en fin de formation, les enseignants ont souligné l’accessibilité des enseignants-chercheurs avec qui ils ont pris plaisir à échanger au cours de ces deux journées de formation. Ils ont aussi apprécié la diversité des activités proposées, aussi bien pour leur enrichissement personnel que pour les réinvestissements en classe. Cette action sera à nouveau proposée aux enseignants l’année prochaine dans le cadre du plan académique de formation.


Pour consulter l’offre de formation et s’inscrire : site internet

Pour nous contacter : alpes-dauphine@maisons-pour-la-science.org

Compte twitter @MPSAlpesDauph